Extrait

Zoo city
de Lauren Beukes

Le 14/11/2013 à 03:39 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782258102637

Editeur : Presses De La Cite

Prix grand format : 17 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Presses de la Cité

Prix grand format : 12.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Dans ce roman visionnaire, lauréat du prix Arthur C. Clarke en 2011, Lauren Beukes offre sa vision hallucinée de Johannesburg. Ancienne journaliste et ex-junkie, Zinzi habite Zoo City, un quartier de Johannesburg peuplé de criminels obligés de vivre avec un animal à leur charge. Si l'animal meurt, son propriétaire aussi. " Animalée " après la mort de son frère dont elle se sent responsable, Zinzi est affublée d'un paresseux symbiotique qui a élu domicile sur son dos. Elle survit grâce à des arnaques Internet et à son talent pour retrouver les choses perdues – mais également les personnes disparues, une activité fort lucrative qu'elle déteste pourtant. Lorsqu'un producteur célèbre lui demande de rechercher une pop star dont on est sans nouvelles, Zinzi, à cours d'argent, accepte cette mission à contrecœur. Elle espère cependant tenir là son billet de sortie de Zoo City. Au lieu de cela, elle s'enfonce plus encore dans les bas-fonds du ghetto...

 

Premier chapitre

Avant-propos

 

 

 

Mes idées de roman se développent comme un polaroïd quelque part dans mon rhombencéphale. À l’origine de Zoo City, l’image d’une femme dans un appartement délabré, un paresseux accroché aux épaules comme un sac à dos. J’ai su aussitôt que l’animal était à la fois un fardeau et une chance de rédemption – l’accablant poids de l’espoir.

Je savais aussi qu’elle allait devoir accepter un travail dont elle ne voulait pas et que ce job la conduirait dans des endroits abominables. Que d’autres personnes seraient affublées d’animaux magiques, bénédiction et malédiction à la fois. Que le tout baignerait dans une ambiance de film noir, mais un film noir avec de l’arnaque à la nigériane, des réfugiés et des ados à problèmes à la place des poulettes à problèmes et autres archétypes habituels. À l’exception d’un meurtre, évidemment. Le meurtre était inévitable.

Et puis, je savais que l’action se déroulerait à Johannesburg. J’ai grandi dans cette ville et, même si je n’y vis plus, elle me colle à la peau. Comme n’importe quelle cité, c’est un lieu de contrastes, mais son fouillis de problèmes sociaux y paraît plus tangible, d’une évidence aveuglante, plus que dans les autres métropoles que j’ai pu visiter.

 

Tout est dû à son incroyable carambolage de cultures et d’économies, des taudis sans électricité aux  paradis pour consommateurs rivalisant avec ceux de Dubai. Ici, les immigrés s’abritent des violences xénophobes dans des refuges ignobles, qui sont néanmoins toujours préférables à la vie dans la rue, pendant que la nouvelle élite noire partage un déjeuner d’affaires avec la vieille élite blanche dans les restaurants branchés des banlieues verdoyantes. Corruption et népotisme glissent leurs doigts poisseux à tous les niveaux du pouvoir, comme à la sale époque de l’apartheid ; c’est même encore pire, parce que nous ne nous sommes pas battus pour en arriver à ça.

Johannesburg est hanté par son passé, par le spectre du crime et de la violence, par la manière dont technologie et magie coexistent là où on ne s’y attendrait pas. Malgré ses fantômes, c’est aussi un endroit incroyablement vivant, vibrant d’opportunités, d’espoirs. Les gens y sont, pour l’essentiel, ouverts et amicaux. C’est une ville d’immigrants : les premières vagues de Juifs, de Chinois, de Grecs et de Libanais ont été rejointes par un flux d’Ivoiriens, de Camerounais, de Nigérians et de Zimbabwéens. Ce brassage se reflète dans la cuisine, dans les rues et particulièrement dans le langage, la manière dont l’argot, et notamment le tsotsitaal – le jargon des gangsters –, s’empare des meilleurs mots de chaque langue pour les remixer sans vergogne.

Dans Room 207, le roman qu’il a consacré à Hillbrow, Kgebetli Moele qualifie Joburg de « cité des rêves ». Et c’est vrai ; on y vient pour les réaliser, qu’il s’agisse d’ambitions colossales ou du simple besoin de vivoter un jour de plus. La flamme de l’espérance y brûle avec ferveur, et parfois aussi avec noirceur.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

zoo-city-lauren-beukes

2244