Extrait

Une vie politique ; entretiens avec Philippe Artières et Eric Favereau
de Daniel Defert

Le 18/01/2015 à 07:36

Auteur : Daniel Defert
Editeur : Seuil
Genre : pamphlets politiques, faits de societe, actualite, temoignages, biographies
Date de parution :
ISBN : 9782021055085
Total pages :
Prix : 22 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782021055085

Editeur : Seuil

Prix grand format : 22 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782021165579

Editeur : Seuil

Prix grand format : 15.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
En 1984, le sida entre tragiquement dans la vie de Daniel Defert avec la mort de Michel Foucault. En hommage à celui qui fut son compagnon de vie pendant près de vingt-cinq ans, le sociologue crée Aides, la première association française de lutte contre le sida, dont l’action sera déterminante dans la gestion de l’épidémie. En plaçant le malade au centre, Aides redéfinit la façon de penser la santé publique et convoque la sexualité, l’affect et l’intime au cœur de la lutte. Une nouvelle forme de militantisme voit le jour, dont Daniel Defert est l’un des artisans. Mais cette histoire s’inscrit dans la continuité d’une vie d’engagement: le combat en faveur de la décolonisation, Mai 68 et l’aventure de la Gauche prolétarienne, la création avec Foucault du Groupe d’information sur les prisons (GIP)… À chaque fois, Daniel Defert s’attache à partir des besoins et de la parole des premiers concernés, qu’ils soient ouvriers, détenus, homosexuels, usagers de drogues ou porteurs du VIH. Sous la forme d’un entretien accordé par l’auteur à Philippe Artières et Éric Favereau et d’une sélection de textes d’intervention, ce livre restitue le parcours d’un intellectuel qui a pris part aux grandes mutations sociales et politiques de la seconde moitié du XXe siècle et qui a su mettre ses expériences antérieures au service de la lutte contre le sida. Agrégé de philosophie et sociologue, Daniel Defert a fondé et longtemps présidé Aides. Auteur de nombreux articles, il a coédité les Dits et écrits de Michel Foucault (1994) et édité ses Leçons sur la volonté de savoir (2011).

 

Premier chapitre

 

 

 

 

 

 

 

 

PREMIÈRE PARTIE

 

PARCOURS : ENTRETIENS AVEC DANIEL DEFERT

 

 

 

 

 

 

1.

 

Où commence une vie

 

 

Votre histoire familiale est-elle déterminante dans vos engagements ?

 

Bien que sociologue, je verrais ma vie d’abord liée à des événements plutôt qu’articulée à des déterminants sociaux au sens strict, même si je suis sûr que vos questions vont contribuer à l’articuler ainsi. Ces événements ? La guerre d’Algérie, ma rencontre avec Foucault ainsi que l’ascèse et l’aventure intellectuelle que j’ai, sinon partagées, du moins vécues auprès de lui, 68 et les années qui suivirent avec les prisons, la mort de Foucault et la confrontation au sida. De ces épisodes, je me sens plus témoin qu’acteur.

Souvenirs d’enfance ? Le plus net est probablement la libération de ma ville. Je n’avais pas encore sept ans. J’ai vu arriver les autobus que nous prenions pour aller en vacances dans le Morvan, couverts de branchages et de Français casqués allongés sur le toit, fusils pointés, et une population craintive puis en liesse. Les Allemands avaient quitté la ville dans la nuit, et nous, ma famille, qui étions mitoyens d’un hôtel occupé bruyamment par la troupe, notamment des Russes blancs, n’avions rien entendu. Je revois chaque heure de cette journée, les arrestations immédiates de gens que j’identifiais – d’ailleurs nous connaissions autant les arrêtés que les nouveaux chefs –, les femmes tondues sur la place Vauban, le pillage de la Kommandantur où j’ai récupéré un casque, les feux de pancartes nazies, l’alerte au milieu de l’après-midi, le cri « ils reviennent ! », les rideaux de fer baissés. Les jours suivants, mes parents se sont empressés de me faire confectionner par notre menuisier un fusil de bois pour jouer au résistant avec mes camarades. J’ai rapidement troqué mon fusil et mon casque allemand pour avoir le droit de porter un voile d’infirmière.

 

Vos premières émotions fortes sont donc liées à cette libération politique…

 

Je ne peux pas me retenir d’associer la violence de ces émotions à celle qui me saisit en 1962, pendant les accords d’Évian, lorsque mes camarades dévoilèrent le portrait de Ben Bella au 115, boulevard Saint-Michel, l’adresse du local des étudiants algériens pro-FLN. Jusque-là, le drapeau algérien l’avait masqué, entre le deuil et l’attente. Oui, je découvris que rien ne me bouleversait plus qu’une libération. Des années plus tard, apercevant Ben Bella à Londres, sans réfléchir j’ai couru le lui raconter. Il m’a saisi dans ses bras et on a été tous les deux étranglés d’émotion. Il a sorti son stylo de sa poche et me l’a donné, que je conserve à côté de celui de Foucault. Je sais combien est fragile une libération. Je suis enchanté que le mariage gay soit acté. Toute libération révèle l’impensé de l’injustice qui l’a précédée – une injustice dont il est difficile de se sentir complètement innocent.

 

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

une-vie-politique-entretiens-avec-philippe-artieres-et-eric-favereau-daniel-defert

5699