Extrait

Une sirène à Paris
de Mathias Malzieu

Le 08/02/2019 à 13:46

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Mathias Malzieu

Albin Michel

06/02/2019

9782226439772

240

18 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782226439772

Editeur : Albin Michel

Prix grand format : 18 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782226433299

Editeur : Albin Michel

Prix grand format : 12,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Après le bouleversant Journal d'un vampire en pyjama, Mathias Malzieu retrouve la veine du merveilleux de La Mécanique du coeur avec cette Sirène à Paris, l'histoire d'amour impossible entre un homme et une sirène dans le Paris contemporain. Nous sommes en juin 2016, la Seine est en crue. De nombreuses disparitions sont signalées sur les quais. Attiré par un chant aussi étrange que beau, Gaspard Snow découvre le corps d'une sirène blessée, inanimée sous un pont de Paris.

 

Premier chapitre

Pour Rosy, la sirène à Paris

 

 

« Les seuls gens vrais pour moi sont les fous, ceux qui sont fous d’envie de vivre, fous d’envie de parler, d’être sauvés, fous de désir pour tout à la fois, ceux qui ne bâillent jamais et qui ne disent jamais de banalités, mais qui brûlent, brûlent, comme des feux d’artifice extraordinaires qui explosent comme des araignées dans les étoiles, et en leur centre on peut voir la lueur bleue qui éclate et tout le monde fait “Waouh !”. »

Jack Kerouac, Sur la route

 

 

1


Il pleuvait en plein soleil sur Paris, ce 3 juin 2016. La tour Eiffel se laissait pousser les arcs-en-ciel, le vent coiffait leurs crinières de licorne. Les grelots de pluie rythmaient la métamorphose du fleuve. Les embarcadères se transformaient en plages de bitume. L’eau montait, montait et montait encore. Comme si quelqu’un avait oublié de fermer le robinet de la Seine.

Sur les berges, des roseraies de parapluies fleurissaient en accéléré. Ambiance défilé de mode en bottes de pluie. Tout le monde voulait voir le fleuve sortir de son lit. Oubliée, Notre-Dame. La nouvelle star, c’était la Seine !

Paris s’argentait sous un crachin de mercure. De part et d’autre des ponts se formaient de gris lagons. Les routes s’évaporaient à la lisière d’un monde nouveau. Le marquage au sol disparaissait dans les abysses. Les feux de signalisation se changeaient en périscopes passant du vert au rouge en silence. Une famille de canards circulait en sens interdit.

Le courant charriait des arbres arrachés aux forêts voisines. Debout sur un tronc, un renardeau s’offrait une visite privée de la Ville lumière. Ballons de foot, fauteuils roulants, bicyclettes et autres coffres-forts dérivaient à sa suite.

Paris donnait l’impression de chavirer dans son propre tourbillon. Les péniches du centre avaient été évacuées. Imperturbables, les bouquinistes de l’île Saint-Louis enveloppaient leurs livres dans des poches en plastique, comme s’ils préparaient des cadeaux d’anniversaire pour les morts. Depuis le début de la crue, plusieurs disparitions avaient été recensées.

 

 

2


Une épidémie de K-way frappait le centre-ville. La pluie continuait de tomber avec la régularité d’une horloge. Ça faisait des bruits d’applaudissements. Bravant les éléments, un vieux patineur à roulettes slalomait le long du pont d’Arcole. Les rares enfants qu’il croisait le regardaient comme un super-héros démodé.

Un joggeur en survêtement rouge le dépassa en chantant fort et faux une chanson de Mariah Carey. Son corps ruisselait mais son cœur semblait imperméable. La pluie ne s’arrêtait plus de tomber. Et la Seine de monter.

 

Sur le pont, les gens pêchaient directement du parapet, d’autres voulaient faire des tours de barque. Certains étaient munis d’épuisettes. C’était la pêche au canard, mais pour adultes. Avec sa barbe et ses rollers quad, Gaspard Snow incarnait parfaitement cet anachronisme. On aurait dit un père Noël en civil abandonné par ses lutins en plein Paris.

 

 

page suivante

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

une-sirene-a-paris-mathias-malzieu

7051