Extrait

Tenir jusqu'à l'aube
de Fives, Carole

Le 27/08/2018 à 07:32 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Fives, Carole

Gallimard

16/08/2018

9782072797392

182

17 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782072797392

Editeur : Gallimard

Prix grand format : 17 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782072797408

Editeur : Editions Gallimard

Prix grand format : 11,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
« Et l’enfant ? Il dort, il dort. Que peut-il faire d’autre ? »

Une jeune mère célibataire s’occupe de son fils de deux ans. Du matin au soir, sans crèche, sans famille à proximité, sans budget pour une baby-sitter, ils vivent une relation fusionnelle. Pour échapper à l’étouffement, la mère s’autorise à fuguer certaines nuits. À quelques mètres de l’appartement d’abord, puis toujours un peu plus loin, toujours un peu plus tard, à la poursuite d’un semblant de légèreté.

Comme la chèvre de Monsieur Seguin, elle tire sur la corde, mais pour combien de temps encore ?

On retrouve, dans ce nouveau livre, l’écriture vive et le regard aiguisé de Carole Fives, fine portraitiste de la famille contemporaine. Après C’est dimanche et je n’y suis pour rien et Une femme au téléphone parus dans la collection « L’Arbalète », Tenir jusqu’à l’aube est son quatrième roman.

 

Premier chapitre

À mon fils Odilon,

 

 

C’était, paraît-il, des chèvres indépendantes, voulant à tout prix le grand air et la liberté.

ALPHONSE DAUDET

 

 

S’échapper

 

 

1

 

Avec quelle confiance l’enfant a avalé ses pâtes, ses légumes. Il a même terminé le yaourt aux fraises, son biberon de lait tiède. Avec ça, il devrait être calé.

Elle lui a lu une histoire, est restée près de lui jusqu’à ce que les petits poings se desserrent et relâchent enfin sa main.

Elle a encore patienté quelques minutes, l’obscurité de la pièce à peine perturbée par le stroboscope de la veilleuse lapin.

 

La porte d’entrée qu’elle referme avec mille précautions derrière elle.

Dans le hall, l’éclairage automatique se déclenche.

Il y a encore tant de monde dehors.

Un grand vent frais.

Marcher, juste, marcher. À peine le tour du pâté de maisons.

De la musique sort des fenêtres ouvertes d’un appartement, des rythmes de salsa. Elle perçoit des silhouettes. Des voix reprennent en espagnol un refrain qu’elle ne connaît pas. Quelqu’un se penche à la fenêtre, elle accélère.

Elle stoppe net devant la vitrine d’une agence immobilière. Les annonces s’illuminent sur les écrans LCD. Dernier étage avec terrasse, 1 100 euros. Triplex ensoleillé, 850. La campagne à la ville, maison + jardinet, 1 200. Idéalement placé, traversant est-ouest, 850. Joli canut, pentes de la Croix-Rousse, 880.

Plus loin un autre appartement, une autre fête. Un son plus rock, plus puissant.

Un livreur à scooter l’évite de justesse sur le trottoir, elle bondit et s’excuserait presque.

Une petite bande éméchée traverse la rue, il est vraiment ! Il est vraiment phénoménal.

Mais son smartphone vibre déjà dans sa poche.

Elle ralentit, savoure ses derniers pas.

Le badge sur l’interphone, les escaliers quatre à quatre.

Sixième étage droite.

Elle rouvre la porte, essoufflée.

 

À l’intérieur, rien n’a bougé.

Dans la petite chambre, le ronflement régulier de l’enfant.

Il est encore enrhumé, demain, elle lui fera un lavage de nez, même s’il déteste ça.

 

C’est bon pour ce soir.

Désormais elle tient ce trésor, elle pourra recommencer.

 

 

2

 

Ils étaient coincés, piégés, dans cette minuscule salle d’attente.

Une femme brandissait sous leur nez un sein énorme, avant d’y plaquer la tête d’un nourrisson tenu en écharpe. Sur le canapé, une mère voilée faisait écouter à sa fillette des comptines glanées sur son smartphone. Tapis tapis rouge, scandait la machine. Pas un jouet dans cette pièce, pas un livre, pas un camion de pompiers cassé ni même une pauvre peluche, c’était un pédiatre qui s’imaginait peut-être que les enfants n’avaient pas besoin de jouer, un idiot bien sûr, pourquoi avait-elle traversé la ville pour un idiot, est-ce qu’elle avait besoin de ça, de cette fatigue supplémentaire ?

Elle aurait dû se fier aux quelques avis sur Google à propos d’Alain Gérard, pédiatre à Lyon 5e arrondissement.

Myriam M n’écrivait-elle pas le 12 décembre, il y avait à peine trois mois, que ce spécialiste avait refusé de peser et de mesurer sa fille, sous prétexte qu’on l’avait consulté en urgence pour une simple otite. Il avait même insinué, précisait, outrée, Myriam M, que sa fille « faisait des comédies », et l’avait finalement traitée de « petite princesse ». Mais le pédiatre s’y entendait pour vous tendre la machine à carte bleue, alors ça oui, et Myriam M de conclure « Soixante euros pour trois minutes, c’est un voleur ! »

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

tenir-jusqu-a-l-aube-fives-carole

6923