Extrait

Sur le ciel effondré
de Colin Niel

Le 02/10/2018 à 08:03 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Colin Niel

rouergue littérature

BD

03/10/18

9782812616952

14.99 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782812616952

Editeur : rouergue littérature

Prix grand format : 14.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
En raison de sa conduite héroïque lors d’un attentat en métropole, l’adjudante Angélique Blakaman a obtenu un poste à Maripasoula, dans le Haut-Maroni, là où elle a grandi, côtoyant le peuple des Wayanas. Alors qu’un jeune garçon disparaît, elle mène l’enquêteavec le capitaine Anato dans ce territoire amérindien que se disputent âprement orpailleurs et évangélistes.

 

Premier chapitre

Aux fils, aux pères

À ceux qui tentent

À ceux qui tiennent

Et quand les sauts s’affolent

Et quand se dressent les inselbergs

 

 

 

 

Prologue

 

Pirogue immobile, coincée dans un de ces lacets qui perçaient la jungle comme autant d’hameçons dans la cuirasse d’une sorte de monstre aquatique. Au-dessus des gendarmes, trois urubus tachaient la voûte de leurs ailes noires, planeurs fantômes déchirés entre ciel et canopée. Le plafond nuageux évoquait le reflet en noir et blanc du tapis infini des cimes amazoniennes, une autre terre en négatif où d’autres hommes s’essaieraient à d’autres vies. Autour des uniformes, les moustiques tiraient des bords en escadrons voraces, à l’assaut des peaux moites qui dépassaient des polos. Proie principale : le lieutenant Cédric Vigier, à la proue de l’embarcation. Le sang de la métropole, favori des insectes. Comme si ce Blanc-là n’allait jamais se tropicaliser. D’un geste bruyant, il trucida un des vampires entre ses paumes. Grimace de victoire en regardant la petite tache rouge au creux de sa ligne de vie. Les trois autres passagers restèrent de marbre devant l’exploit.

– Capitaine, il est quelle heure ?

Deux rangs derrière, André Anato, venu de Cayenne le matin. Carrure épaisse sous le gilet pare-balles, crâne lisse et brillant. Son regard étrangement clair plongé dans le sous-bois, fouillant les arbres comme s’il allait en sortir quelque démon. Il inclina le poignet.

– Quinze heures dix.

Vigier soupira. Deux heures qu’ils suaient comme des tapirs sous les frondaisons, à la merci des moustiques. À se demander si les infos de Blakaman étaient fiables. C’est par là qu’ils vont passer, on ne peut pas les rater : elle avait l’air tellement sûre d’elle quand ils avaient quitté Maripasoula. Tous les garimpeiros du secteur avaient à gagner dans l’arrestation de la bande d’Eduardinho, c’est ce qu’elle répétait sans cesse. Cette fois, on vous tient, songea Anato. Neuf mois d’enquête pour identifier, rechercher et bientôt interpeller ces trois Brésiliens qui voulaient imposer leur loi sur le Maroni. Non pas exploiter l’or comme le faisaient leurs dix mille compatriotes venus piller le sous-sol de la Guyane, mais rançonner les orpailleurs. Des braqueurs de mines, armés et violents, c’est de ça qu’on parlait. À côté des kilos d’or qu’ils s’étaient accaparés, on attribuait au chef de bande au moins huit meurtres, entre exécutions sur contrat pour le compte de patrons de chantier, vengeances personnelles et coup de sang sur une prostituée pas assez docile. Sans doute la partie émergée de l’iceberg : sur les centaines de sites miniers clandestins qui trouaient la forêt, on savait rarement ce qui se passait une fois gendarmes et militaires rentrés dans leurs casernes. Combien de décès jamais déclarés, de corps enterrés à la va-vite ou seulement déposés dans le sous-bois, versés à la chaîne alimentaire qui unissait la faune amazonienne ? Une chose était sûre en revanche : laissée en liberté, la petite bande allait encore faire parler d’elle. Y compris sur des chantiers autorisés, tenus par des sociétés minières identifiées. Comme celle d’Évelyne Bienvenu. Oui, Anato espérait pouvoir revenir à Cayenne et annoncer à l’exploitante que, cette fois, c’était terminé. Qu’elle pouvait rassurer ses hommes toujours sur site, reprendre le travail sans la crainte permanente d’un nouveau racket. Au moins jusqu’à ce que d’autres viennent prendre la place d’Eduardinho et de ses complices.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

sur-le-ciel-effondre-colin-niel

6972