Extrait

Reviens
de Samuel Benchetrit

Le 20/08/2018 à 15:52 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Samuel Benchetrit

Grasset Et Fasquelle

16/08/2018

9782246784029

252

19 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782246784029

Editeur : Grasset Et Fasquelle

Prix grand format : 19 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782246785583

Editeur : Grasset

Prix grand format : 13,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Un écrivain se retrouve seul, son fils, source de son inspiration, étant parti faire le tour du monde durant un an. L'écrivain ne parvient pas à écrire son prochain roman et ne trouve plus aucun exemplaire de son dernier paru, qu'il lui faut envoyer à un producteur qui en aime le sujet et se dit désireux de l'adapter au cinéma sans l'avoir lu. Pilon total  ; plus aucun stock chez son éditeur  ; Amazon, dont le livreur sonne à la porte de ses rêves, incapable de lui trouver le bon titre  : c'est dans une maison de retraite

 

Premier chapitre

Pour Saul

que j’aime.

 

 

1.


Je notais toujours les mêmes phrases dans mes cahiers. Des sortes de promesses que je ne tenais jamais. Les plus belles étaient écrites le soir ou au milieu de la nuit, où je me jurais, imbibé de whisky, de ne plus jamais toucher une goutte d’alcool, et ça dès le lendemain, et aussi de faire du sport, d’être doux, économe, travailleur, tolérant, discipliné, propre, d’aller chez le dentiste, de me rendre à pied aux rendez-vous, de donner rendez-vous à plus de quinze minutes de chez moi, d’être courageux, souriant, voyageur, curieux, spirituel, silencieux, attentif, cuisinier, raisonnable, endurant, déterminé, déterminant, d’aimer la pluie, les grandes chaleurs, les fruits, le poisson, le tourisme, les films en couleurs, les films récents.

Parfois même, je signais ces vœux. Signature solennelle adressée à je-ne-sais-qui à l’intérieur de ma tête (il devait bien y avoir quelqu’un, mais nous n’avions jamais été présentés). Je laissais le cahier ouvert histoire qu’il soit parfaitement visible à mon réveil. Au plus fort de ma détermination à évoluer, je le posais carrément debout contre la machine à café. Et le jour arrivait, et je retrouvais mon cahier, et déjà cela me paraissait moins formidable. Mais je gardais encore un peu de compassion pour l’ivrogne de la veille. Je voulais le respecter. Le considérer comme une sorte de prophète touché par une grâce à 40°. Je limitais ma consommation de cafés à dix au lieu de quinze, et je ne fumais pas avant d’avoir bu une première gorgée. Je relisais mes promesses. La première : « Être propre. » Soit commencer cette journée par une douche et un brossage de dents. J’étais assez motivé. Mais mon corps manquait maladivement de nicotine. Une cigarette avant le grand nettoyage n’y changerait rien. En général, je la fumais aux toilettes, dans cette pièce de deux mètres carrés, la plus froide de l’appartement, à cause de la fenêtre ouverte en permanence.

Je ne fumais pas partout chez moi. Seulement dans ma cuisine, deux fois plus grande que les toilettes, et aux toilettes justement. C’est une règle que je m’étais imposée depuis que j’avais un enfant. Étrangement, je n’en faisais pas mention dans mes cahiers, nulle part n’était écrit : « Je suis un père formidable qui se détruit les poumons uniquement aux gogues et dans sa cuisine pour protéger l’autre locataire mineur. » Je ne pouvais plus vraiment traduire cet hommage, depuis que mon fils fumait lui-même comme un pompier. Ajoutant sa chambre comme nouveau territoire de fumette. J’y allais volontiers, prétextant un reproche, pour profiter aussi du plus grand espace fumeur de la maison.

Aux toilettes, le froid envahissait mes pieds, puis remontait le long de mes jambes, et continuait son chemin jusqu’à geler mon cerveau en même temps que mes résolutions. J’ajoute que je dormais en caleçon et que j’aurais pu régler le problème en me couvrant chaudement pour aller aux wc. Mais l’idée de faire une machine à laver, de déplier le séchoir à linge, de récupérer et ranger les vêtements (qui en général restaient sur le séchoir jusqu’à écoulement total), avait pour moi la même ampleur que d’organiser la prochaine cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

reviens-samuel-benchetrit

6910