Extrait

Recherches de la France
de Pierre Nora

Le 04/01/2014 à 20:18 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Pierre Nora

Gallimard

histoire essais

02/10/2013

9782070140466

608

24.50 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782070140466

Editeur : Gallimard

Prix grand format : 24.50 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Editions Gallimard

Prix grand format : 17.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
'Après Historien public, qui se voulait un portrait d’époque à travers les engagements d’un itinéraire individuel, après Présent, nation, mémoire, qui tentait de dégager par ces mots les pôles de la conscience historique contemporaine, ce troisième volet de mon entreprise réunit les principaux essais que j’ai consacrés à la France, son identité et sa mémoire. L'organisation de ce rassemblement fait apparaître une image fortement unitaire: celle de l’État-nation dans son âge accompli. Celui-ci s’enracine chronologiquement de la Révolution de 1789 aux retombées du gaullisme et du communisme, ces deux versions ultimes de la France qui ont mélangé, à doses variables, l'idée nationale et l'idée révolutionnaire. Car ce sont en définitive les entrelacs de la nation, de la République et de la Révolution qui forment le sujet de ce livre: de la nation universelle à la nation communautaire, de la République de combat à la République patrimoine, de la Révolution conquérante à l'épuisement du projet révolutionnaire. L'ensemble ne constitue pas une histoire personnelle de la France, mais une manière personnelle d’écrire cette histoire: une histoire éclatée où l'analyse approfondie de chaque éclat dit cependant quelque chose de la singularité mystérieuse du tout. ' Pierre Nora.

 

Premier chapitre

 

 

PRÉSENTATION

 

 

Après Historien public, qui se voulait un portrait d’époque à travers les engagements d’un itinéraire individuel, après Présent, nation, mémoire, qui tentait de dégager, par ces trois mots, les pôles de la conscience historique contemporaine, ce dernier volet de mon entreprise réunit, comme annoncé dans la présentation du premier, les principaux essais que j’ai consacrés à la France, son identité et sa mémoire.

L’organisation presque naturelle de ce rassemblement fait apparaître une image fortement unitaire : celle de l’État-nation dans son âge accompli.

C’est la raison pour laquelle, à mes yeux, le cœur vivant de ce livre en cinq parties est la troisième. S’y trouvent juxtaposés des sujets apparemment sans rapport : l’analyse d’une histoire de France en vingt-sept volumes, qui date des débuts du XXe siècle, l’étude d’un mouvement d’extrême droite qui n’est plus qu’un lointain souvenir, l’évocation parallèle du gaullisme et du communisme, éteints tous deux depuis plus de trente ans. Leur rapprochement exprime pourtant le vrai sujet du livre, à savoir les entrelacs de la Nation, de la République et de la Révolution. L’Histoire de France d’Ernest Lavisse représente la synthèse républicaine qui veut réconcilier la France issue de la Révolution avec celle de l’Ancien Régime. L’Action française exprime l’envers de la République, le gaullisme et le communisme, sa contestation, en même temps qu’une volonté de la réaliser en la dépassant. Du coup se dessinent les contours chronologiques de cette France unitaire jusque dans ses divisions : de la Révolution de 1789 à la fin du gaullisme et du communisme, ces deux versions ultimes de la France qui ont mélangé toutes les deux, à doses variables, la nation et la Révolution. On va de la nation universelle à la nation communautaire, de la République comme combat à la République patrimoine, de la Révolution conquérante à l’épuisement de l’idée révolutionnaire. C’est la fin d’un projet national incorporé. Toutes les percées idéologico-politiques qui se sont depuis affirmées — socialiste ou libérale, européenne, souverainiste ou écologique — n’ont fait que souligner l’ébranlement de cette identité historique traditionnelle.

Marx voyait dans la France le modèle de l’histoire classique parce que, du féodalisme médiéval à la monarchie unitaire et du régime révolutionnaire de la bourgeoisie aux luttes du prolétariat, elle offrait les enchaînements de l’Histoire à l’état pur et dans les contours le plus nets1. Je lui emprunterais volontiers la formule en la détournant de sa dialectique temporelle. La France est le pays qui a réuni, à l’état le plus pur, l’ensemble des paramètres politiques majeurs qui ont commandé l’avènement de l’Europe moderne et même du monde. Mais elle a vécu cette vocation à l’universel d’une façon qui lui est toute particulière, et c’est ce mélange unique et bizarre que j’ai cherché à saisir par différentes pistes et à peindre par multiples touches : un portrait de la France qui fut au service de la France qui vient.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

recherches-de-la-france-pierre-nora

2478