Extrait

Profession : Régulateur, tome 6
de Daniel Safon

Le 14/06/2014 à 18:01

Auteur : Daniel Safon
Editeur : Numeriklivres
Genre :
Date de parution : 09 / 06 / 2014
ISBN :
Total pages : 178 pages
Prix : 2.99 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Numeriklivres

Prix grand format : 2.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Flinguer le Président de la République? Bien sûr que c’est mal! Mais bon, s’il a décidé de nettoyer les « porte-flingues » de son prédécesseur en les passant au presse-purée, tu fais quoi, toi, Totor? T’attends tranquillement de recevoir ton olive en plein bocal? Ben moi non, c’est pas dans ma nature. Alors forcément, ça fiche le bazar dans le landernau, on est poussé à des extrêmes. Qu’on regrette, parfois. Encore que...

 

Premier chapitre

Personne n’a encore compris comment Safon écrit sa série « PROFESSION : RÉGULATEUR ».

Il ne nous a pas habitués à se lâcher comme ça, il fait d’ordinaire des ouvrages beaucoup plus sobres –  enfin, plus « sobres », c’est une façon de parler.

À notre avis, il doit pour cela se mettre dans un état psychologique particulier, c’est pas possible autrement… À moins qu’il ne se pochtronne d’abord au Nirvana Ambré, pour créer l’ambiance, et que ça lui procure des sensations cosmiques. En tout cas, il entre dans une parenthèse dans laquelle il n’est plus le même homme.

Quand les transes ont besoin de trouver une abréaction, il ouvre sauvagement un document Word vierge (et qui va pas le rester longtemps), et, comme une vache au repos, fait remonter de sa panse toutes les influences mal digérées qui constituent le parfum de sa langue saburrale.

D’abord, il doit s’immerger dans un climat revendicatif et gouailleur à la Audiard, doublé d’une couche d’ironie à la Canard Enchaîné. Ensuite, il déverse sur son clavier tous les ingrédients qu’il a ruminés depuis toujours : des histoires à la Tarantino, une distanciation à la Frères-Cohen, un vocabulaire à la San-Antonio, une violence visuelle à la Besson (le cinéaste), et il mélange tout ça que c’en est un bonheur. Et ça donne quelque chose de très personnel, d’original, et, bon, disons-le, de particulièrement gouleyant. C’est pour ça que nous l’éditons.

Bien sûr qu’un jour « ils » nous trouveront bien une loi pour empêcher Safon de délirer comme ça. Mais en attendant, dégustez…

Complètement ravi d’avoir de ses nouvelles !

Ce bel enfoiré de Grodot !

Vous savez, vous savez forcément : Bruno Grodot, le gentil flic d’Aix-en-Provence monté ensuite à Paris XIIe, qui se faisait appeler Nathaniel Bronx parce que ça faisait quand même plus sérieux pour pécho les gonzesses !

Ah la la, ça faisait plaisir !

Pas que je me plaise pas en Amérique du Sud. Que j’aie pas le mal de Pantruche. Non, le Pérou, c’est bien. Lima, tout ça, non, sans déconner, c’est bien. Surtout si on parle espagnol.

Et surtout si on se retrouve là parce qu’on était en danger de mort dans son propre pays ! Mais ça, y’a que ceux qui ont lu De la viande collée aux mursqui peuvent comprendre… Les autres, c’est pas grave, ils peuvent prendre le train en marche et passer outre.

Parce qu’alors, de deux choses l’une : soit, avant de continuer la lecture de cet édifiant ouvrage que je vous conseille (et que de toute manière vous avez déjà acheté parce que vous l’avez entre les mains (à moins que vous ne l’ayez volé, ce que la morale réprouve (mais en même temps, hein, Totor, la morale, par les temps qui courent, qu’est-ce qu’on en a à foutre, non mais je te demande un peu))).

Je sais plus ou j’en étais.

Si. De deux choses l’autre : soit tu interromps ta lecture, tu cours te procurer De la viande collée aux murs [ 1 ] et tu le lis avant de reprendre la délectation de cet ouvrage que je te conseille (je ne sais plus si je ne l’ai pas déjà dit, ça) ; soit je fais un résumé.

 

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

profession-regulateur-tome-6-daniel-safon

4146