Extrait

Parisien(ne)s
de Olivier Roubin

Le 03/12/2015 à 10:35 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782312040899

Editeur : Les Editions du net

Prix grand format : 17 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Toute une vie, toute une carrière professionnelle, une soirée, une nuit d'amour, une relation amicale ou amoureuse, l'union d'une famille, peuvent n'être en réalité que des fictions, des faux-semblants, qui font des personnes, des choses, des événements, de la vie, ce qu'elles ne sont pas. Il vaut peut-être mieux vivre un beau roman ou une belle histoire (comme dit la chanson !), coucher ou vivre avec une copie du dernier top model homme ou femme, être en haut de l'affiche et riche à millions... Mais la vraie vie, c'est peut-être bien aussi. Huit histoires, pour des destins et des âmes pas si petites que cela, qui se croiseront et s'entremêleront ou pas, dans un des décors les plus merveilleux et magiques du monde : Paris. Il y aura peut-être un peu de chacun(e) de nous chez telle femme ou chez tel homme, dans une tranche de vie, dans des impressions. Dans ce fameux vécu qui fait ce qu'on devient chacune et chacun. En tout cas il y a un peu de moi un peu partout, forcément. Comme dans un puzzle, comme dans un morceau de musique, comme dans un film au cinéma, comme à un feu d'artifice l'été en baie de Cannes. Comme des histoires de femmes et d'hommes, à partager ensemble.

 

Premier chapitre

Avant-Propos

 

Toute une vie, toute une carrière professionnelle, une soirée, une nuit d’amour, une relation amicale ou amoureuse, l’union d’une famille, peuvent n’être en réalité que des fictions, des faux-semblants, qui font des personnes, des choses, des événements, de la vie, ce qu’elles ne sont pas. Il vaut peut-être mieux vivre un beau roman ou une belle histoire (comme dit la chanson !), coucher ou vivre avec une copie du dernier top model homme ou femme, être en haut de l’affiche et riche à millions… Mais la vraie vie, c’est peut-être bien aussi. 

Les moments vrais que l’on vit, que l’on partage, en famille, en amour, en voyage, en concert, au cinéma, dans un avion, sur un quai de gare, au débarcadère sur une île, en partant ou en revenant, jeune ou vieux, seul ou accompagné, est ce que ce n’est pas cela finalement, la magie ? 

On peut se dire que l’on vit dans plusieurs dimensions parallèles en même temps, en fonction des moments, des gens, des lieux : on est enfant, adulte, parent, amant, mari, femme, ami, connaissance, anonyme ou pas ; tellement de personnes qui vivent des histoires, particulières ou communes, qui se croisent ou pas. 

J’ai voulu saisir quelques-unes de ces dimensions-là, sur quelques jours, après quelques mois, après quelques années, avec huit personnages, quatre femmes et quatre hommes, et quelques autres que l’on dit secondaires, et qui n’en seront pas moins importants. Huit histoires, pour des destins et des âmes pas si petites que cela, qui se croiseront et s’entremêleront ou pas, dans un des décors les plus merveilleux et magiques du monde : Paris. 

Cette ville unique, bercée d’Histoire et d’histoires humaines, est un peu comme un vaste aiguillage humain : on y vit, on y passe, on en part, on y vient ; on se croise, on se toise, on s’ignore avec précaution, on se calcule, on s’estime, on s’y cache, on s’y exhibe ; on y passe une soirée à dix Euros, ou à dix mille Euros ; on s’y balade, on y dort, on y court, on y stresse, on y câline ; on y est célibataire, en couple, en famille, amant, maîtresse, prince, princesse, sur un trône ou déchu, star ou anonyme, propriétaire d’un loft sur l’île Saint-Louis ou Sans Domicile Fixe ; on y rit, on y pleure. 

Il y aura peut-être un peu de chacun(e) de nous chez telle femme ou chez tel homme, dans une tranche de vie, dans des impressions. Dans ce fameux vécu qui fait ce qu’on devient chacune et chacun. En tout cas il y a un peu de moi un peu partout, forcément. Comme dans un puzzle, comme dans un morceau de musique, comme dans un film au cinéma, comme à un feu d’artifice l’été en baie de Cannes. Comme des histoires de femmes et d’hommes, à partager ensemble. 

 

Au fait : est-ce que vous aimez les puzzles ? 

 

 

Chapitre I

 

Sur un banc

C’était un beau soleil de début d’automne. Elle s’était arrangée pour quitter plus vite son travail, en commençant une heure plus tôt ce matin. Marion BARON est assise sur un banc dans le parc des Buttes Chaumont, un peu à l’écart, son sac à main posé à côté d’elle, les jambes croisées. Elle joue machinalement avec un de ses escarpins du bout du pied. Elle a pris son gros pavé du moment qu’elle était en train de lire, la trilogie U. S. A, qui rassemble trois romans de James Elroy, l’auteur du Dahlia Noir. Une plongée noire et hyper documentée dans l’Amérique entre l’assassinat de JFK jusqu’aux années Reagan. Elle n’était pas du tout fan des romans de gare de Levy, Werber ou Musso. Elle préférait les polars. 

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

parisien-ne-s-olivier-roubin

6142