Extrait

Nés pour être damnés
de Jamal Benbrahmi

Le 26/03/2018 à 06:25 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Jamal Benbrahmi

Serpent A Plumes Editions

11/01/2018

9791097390181

112

13 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9791097390181

Editeur : Serpent A Plumes Editions

Prix grand format : 13 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9791097390198

Editeur : Le Serpent à Plumes

Prix grand format : 9,49 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Un homme né un vendredi 13 et son épouse née un vendredi 13 ont un enfant né un ... bon, là le père triche un peu, c'est un jeudi 12 mais en échange de quelques grammes d'herbe, c'est bon, le petit sera déclaré né un vendredi 13 aussi. Le Guinness Book valide, une secte Irlandaise le reconnaît aussitôt comme son Messie tandis qu'une autre voit en lui l'Antéchrist à occire au plus vite. Le père du Messie, également narrateur et plus ou moins vampire, doté d'une épée magique et de la faculté de voler, défend sa famille

 

Premier chapitre

Notre ancêtre était un chrétien fervent… Les autres disciples l’enviaient, à cause de certains pouvoirs transmis par les saints qui l’avaient élevé… Il ne se servait de son épée que pour la bonne cause…

Il fut exilé dans les tribus arabes.

Maudit être, introduit dans un piètre être, qui ne fait que transmettre les commandements d’une génération d’êtres qui ne font qu’accomplir la vengeance de leur ancêtre.

La malédiction continuera à s’abattre sur vos semblables êtres jusqu’à ce que l’Antéchrist apparaisse. Ce ne sera pas mon fils…

Ce sera trop tard et je n’aurai plus rien à vous dire.

 

 

1


Vendredi 13

 


* * *

 

 

Ce jour du 13 janvier j’étais seul dans mon bureau, rien n’avait changé ou presque à la gare ferroviaire, je venais tout juste d’avoir trente ans et c’était mon anniversaire. Le bureau où je me trouvais datait de l’époque coloniale, en témoignait la pile de calendriers qui s’étaient entassés durant toutes ces années. On les utilisait comme sous-main pour écrire… Combien de fois je les avais triés… Jusqu’au premier : 1947. Les anciens étaient en carton dur. Cette fois, je me suis arrêté à 1961, l’année où je suis venu au monde. Dans les calendriers français chaque jour représentait une fête religieuse… Voyons voir… Janvier, le 13 : Baptême de Jésus-Christ… C’était un vendredi ! Malédiction… Non… superstition.

J’avais trente ans, le mariage, je n’y songeais même pas. Les filles, ce n’était pas mon truc, mais je dois avouer que je me rendais quelques fois dans les maisons closes, le reste de mon temps c’était les boissons et la drogue… Ça a duré pendant plus de quinze ans. Ras le bol… Il fallait que ça change. Mes amis qui étaient passés par ce chemin me disaient qu’il fallait opter pour le mariage. Ils n’avaient pas tort, dès l’instant où j’ai eu tranché en faveur de cette solution le changement s’est fait sentir. Ma femme, je ne l’avais pas vraiment connue avant, mais je dois dire qu’avec elle j’ai oublié l’alcool et la drogue, et je consommais de moins en moins de cigarettes.

Il y avait foule ce jour à la mairie, je venais pour inscrire la naissance de mon premier enfant, et comme je déteste attendre, je suis allé prendre un café juste en face. Le livret de famille entre les mains, je regardais ce qui était inscrit… Moi… Puis mon épouse Melouka… Tiens, elle est née un 13… Elle aussi ? 13 juin 1969… Et si c’était un vendredi ? J’ai couru à mon bureau, il fallait que je sache, et j’ai fouillé les calendriers… 1975/1974… 1970… voilà… 1967…

Il n’y était pas. Je téléphonai à ma belle-mère, au cas où elle connaîtrait le jour où elle avait mis au monde sa fille Melouka. Négative fut la réponse, étant donné qu’elle avait eu au total onze enfants, dont deux étaient décédés à leur naissance, et qu’elle ne se souvenait même pas du dîner d’hier. Je suis donc allé voir mon voisin Amine, un mordu d’internet qui avait ouvert un cybercafé dans le quartier, qui me démontra par une simple règle mathématique qu’on pouvait savoir le jour exact de n’importe quelle date à toutes époques. Aussitôt dit, aussitôt résolu : le 13 juin 1969 était bien un vendredi.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

nes-pour-etre-damnes-jamal-benbrahmi

6755