Extrait

Monster t.1
de Michael Grant

Le 05/12/2018 à 09:26 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Michael Grant

Pocket Jeunesse

08/11/2018

9782266285575

19.90 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782266285575

Editeur : Pocket Jeunesse

Prix grand format : 19.90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782823863253

Editeur : Univers poche

Prix grand format : 13,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
La Zone a disparu depuis quatre ans. Tant bien que mal, les survivants ont retrouvé un monde normal, où les adultes sont de retour. Mais à la suite de violentes pluies de météorites, un virus extraterrestre se répand dans le monde entier, provoquant des mutations chez les humains. Tandis que certains adolescents se changent en monstres incontrôlables, d'autres, désormais dotés de superpouvoirs, jouent les héros. C'est une terrifiante bataille entre le bien et le mal qui commence...
traduction Julie Lafon

 

Premier chapitre

Aux fans de Gone, les meilleurs, avec toute ma gratitude.

Je tiens également à remercier

mes deux conseillers techniques, Rebecca et Jake.

 

 

Première partie :

Histoire

des origines

 

 

Shade Darby, quatre ans plus tôt

 

— Voilà le monstre ! cria Shade Darby sans s’adresser à quelqu’un en particulier.

Le monstre dont elle parlait, c’était une fille au physique d’adolescente qui n’avait en réalité que quelques jours d’existence. Elle était connue dans le monde entier depuis qu’on l’avait vue dans une vidéo où elle arrachait le bras d’un homme et le dévorait sous l’œil terrorisé et hagard de sa victime.

La fille, la créature, le monstre couvert de sang de la tête aux pieds se tenait au beau milieu de l’autoroute déserte. Aucune voiture ne circulait plus sur la 101 depuis que le dôme avait surgi un an plus tôt et causé la plus grosse déviation que la terre ait jamais portée.

Cette sphère parfaite de trente kilomètres de diamètre avec pour centre un site nucléaire était apparue un beau matin. Elle englobait de vastes étendues de forêt, des collines, des champs, un bout d’océan et la quasi-totalité de Perdido Beach, une petite ville californienne située à l’extrême sud de la zone en question.

De ce dôme opaque, impénétrable et hermétique à tout – foreuses, rayons laser et autres charges explosives – avaient été éjectées dans la seconde toutes les personnes de plus de quinze ans.

Elles étaient réapparues de l’autre côté, sur une plage, au beau milieu d’une route ou d’un jardin, dans une maison ou une piscine. Il y avait eu des morts et des blessés. Des habitants de Perdido Beach s’étaient matérialisés devant un camion lancé à toute allure ou dans l’océan, à plusieurs kilomètres de la côte. Il y en avait même qui avaient fusionné avec un objet, comme cet homme qu’on avait retrouvé empalé comme un kebab sur un réverbère. D’autres étaient réapparus en pièces détachées sans qu’on puisse l’expliquer.

Un des premiers scientifiques à avoir été dépêché sur les lieux pour analyser ce phénomène incroyable, impossible et pourtant bien réel, était le Dr Heather Darby, de l’université Northwestern, à Evanston, dans la banlieue de Chicago. Le Dr Darby avait vite pris la mesure de la tâche : il faudrait des mois, voire des années, pour étudier et comprendre le dôme.

Elle avait donc fait venir sa fille sur place. Ensemble, elles s’étaient installées dans un des baraquements construits en hâte par l’armée.

Shade Darby, treize ans, se réjouissait de ce changement de vie. Pour commencer, il y avait la plage. Evanston se trouvait au bord du lac Michigan mais ses berges ne pouvaient pas rivaliser avec les longues plages de sable doré qui s’étendaient au sud de Perdido Beach. Ensuite, il y avait le fait de vivre dans une vaste zone où cohabitaient l’armée, la police, les scientifiques, les médias et, bien sûr, les familles des captifs du dôme.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

monster-t-1-michael-grant

7022