Extrait

Les vaisseaux frères
de Tahmima Anam

Le 08/08/2018 à 08:16 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Tahmima Anam

Actes Sud

11/10/2017

9782330084622

476

23 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782330084622

Editeur : Actes Sud

Prix grand format : 23 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782330091279

Editeur : Éditions Actes Sud

Prix grand format : 16,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
La veille de son départ pour la mission qui doit mettre au jour le squelette de la "baleine qui marche", un fossile qui comblerait un chaînon manquant dans l'évolution, Zubaida tombe amoureuse d'Elijah. Il est le fils d'une famille américaine typique, elle la fille adoptive d'une riche famille bangladaise. Lorsqu'un coup du destin l'oblige à rentrer chez elle, le poids de la société la contraint au mariage avec un autre homme. Prenant prétexte d'un documentaire auquel elle doit participer sur les plages où sont désossés à mains nues les tankers mis au rebut, elle s'échappe quelques jours à Chittagong. Parmi les ouvriers se trouve Anwar, un homme dont la déchirante histoire va emmener Zubaida en quête de ses origines. Avec ce livre bouleversant, Tahmima Anam s'impose comme une des grandes romancières de son époque.
Sophie Bastide-foltz (Traducteur)

 

Premier chapitre

Pour Roland Lamb, encore (et toujours).

Et pour ma sœur Shaveena, qui, quoique arrivée tard, m’a épargné la solitude de l’en­fant unique.

 

Nous ne savons pas vraiment, mais nous sentons confusément que notre vie a un vaisseau frère qui suit une tout autre route. Tandis que le soleil flambe derrière les îles.

TOMAS TRANSTRÖMER, “La maison bleue”.

 

Je t’ai vu aujourd’hui, Elijah. Tu traversais la rue. Il y a un im­­meuble au coin de Mass Avenue et de Harvard Street qui ressemble au Flatiron Building de New York en modèle réduit. Tu tournais le dos au bâtiment et, quand le petit bonhomme blanc s’est mis à clignoter, tu as quitté le trottoir pour t’engager sur la chaussée – c’est à ce moment-là que je t’ai vu. Tu as fait un petit geste de la main qui m’a laissé penser que toi aussi tu m’avais vue, que tu me saluais, mais c’était un geste sans signification – tu giflais l’air froid de novembre, c’est tout, et avant que tu ne m’aperçoives, j’avais filé.

Je savais qu’on se croiserait un jour ou l’autre. Cambridge est une petite ville, les circuits y sont limités. Je suis revenue il y a trois mois et depuis, je m’attends chaque jour à ce que tu apparaisses dans mon champ de vision, l’espérant et le redoutant à la fois, et le froid ayant succédé aux beaux jours, à ce que ce soit toi dans ce manteau anthracite, tes jambes dans ce pantalon large. Ta voix qui commande un café avant moi.

C’est à Diana que je dois d’être revenue. Elle est ici – ou plutôt, un petit morceau d’elle est ici – dans ma main. Son os de cheville est plus clair et plus léger que je ne l’aurais cru – il a perdu du poids avec le temps – mais sa présence dans ce laboratoire, dans cette ville où j’ai commencé à rêver d’elle et de toi, tient du miracle. Quand nous l’avons laissée à Dera Bugti1, je ne pensais pas la revoir un jour. Le mystère de la baleine qui marchait resterait enterré pour toujours, un de ces secrets que nous n’étions pas destinés à exhumer. Mais, un peu plus tôt cette année, j’ai reçu un message écrit en urdu et traduit, un peu à contrecœur, par ma mère :

Chère Mademoiselle Zubaïda Haque,

Voici un cadeau de notre ami disparu. Qu’un homme donne sa vie pour une telle chose m’échappe, mais vous, vous le comprendrez peut-être. Il m’a envoyé une lettre me demandant de récupérer son trésor et de vous l’envoyer.

Je n’ai d’autre choix que de respecter la volonté d’un frère, d’un camarade. Nous avons sillonné le désert à la recherche de votre Diana, et maintenant je vous l’envoie, morceau par morceau. Je ne sais pas ce que ces ossements signifient, mais si vous lisez ces mots, vous saurez que notre ami avait un dernier souhait et que je me suis efforcé de l’exaucer.

Je n’ai pas voulu y croire – après des années de silence, était-ce que Zamzam nous aidait à terminer ce que nous avions commencé ? Mais il n’y avait pas d’autre explication, pas d’autre raison possible à ce message, sans oublier que son expéditeur l’avait appelée par son nom, Diana. J’ai répondu, donnant les coordonnées du département, proposant de prendre en charge les frais de transport, ainsi que les formalités à accomplir pour faire passer la frontière à des fossiles. Puis j’ai pris l’avion, je suis revenue ici et j’ai attendu.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

les-vaisseaux-freres-tahmima-anam

6888