Extrait

Les secrets de Temple college
de Cathryn Constable

Le 22/08/2018 à 18:25 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Cathryn Constable

Gallimard-Jeunesse

12/04/2018

9782075090018

272

14 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782075090018

Editeur : Gallimard-Jeunesse

Prix grand format : 14 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782075090025

Editeur : Gallimard jeunesse

Prix grand format : 9,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Pourquoi Livy est-elle attirée par les toits de son nouveau collège? La nuit, tandis qu'elle grimpe entre les tourelles jusqu'aux statues d'anges au sommet de la splendide Tour Blanche, une étrange sensation l'envahit. Elle jurerait qu'elle va s'envoler. Un mystère que Livy voudrait élucider, mais elle n'est pas la seule. Entre les cheminées, des ombres observent la jeune fille: certaines personnes seraient capables de tout pour avoir le pouvoir de voler.

Alice Marchand(Traducteur)

 

Premier chapitre

À C., M., R., S.

 

 

J’ai expliqué les phénomènes célestes et marins par la force de gravitation, mais je n’ai pas encore attribué de cause à la gravitation.

Isaac Newton (1642-1727)

 

Levez-vous, enfants dorés ! Le ciel infini vous attend !

Extrait du Livre d’alchimie, de Peter Burgess (1523-1597)

 

 

1


En resserrant délicatement les doigts autour de la petite boîte qu’elle avait dans la poche de sa veste, Livy tendit le cou pour voir à travers la masse des gens qui montaient dans le bus en se bousculant. Elle commença à paniquer quand la mèche noire du garçon disparut en haut de l’escalier qui menait à l’étage. Il fallait absolument qu’elle trouve une place dans ce bus.

Indifférent au sort de la jeune fille, le chauffeur regardait droit devant lui. Il appuya sur le bouton de fermeture des portes. Livy joua des coudes pour avancer.

Ouf ! Elle était montée.

Les portes se fermèrent derrière elle et le bus démarra brusquement. Livy chercha sa carte de transport dans son sac à dos. Une fois qu’elle l’eut apposée sur le lecteur, elle se rendit compte qu’elle ne pourrait pas la ranger d’une seule main. Elle la coinça entre ses dents parce qu’elle ne voulait pas lâcher cette boîte dans sa poche. Elle contenait un minuscule cœur en verre bleu. C’était le cadeau qu’elle avait promis à sa meilleure amie Mahalia de remettre à ce garçon aux cheveux hérissés – et une promesse est une promesse, si difficile soit-elle à tenir.

À l’étage, Livy posa son sac à dos, lâcha son sac de sport et s’affala sur un siège. Elle retira sa carte de transport d’entre ses dents et la glissa dans la poche de sa veste. Le garçon était installé au fond du bus avec ses copains. Nerveuse, elle inspira à fond. Comment s’y prendre ? Elle regarda les nuages, dehors, comme s’ils pouvaient l’aider, mais cela ne fit que lui donner encore plus le vertige. Ils paraissaient aussi denses que des villes qui auraient été en suspension au-dessus d’elle. Elle ferait tout son possible pour que cette journée soit normale, décida-t-elle. Après tout, que pouvait-il y avoir de plus normal qu’un jour comme aujourd’hui ?

Elle s’était levée dès que le réveil avait sonné, comme elle se l’était promis : pas de maux de ventre. Elle avait réussi à avaler une bouchée entière de son petit déjeuner et à se rendre au collège. Certes, cela lui avait semblé bizarre d’y retourner après tout ce temps, mais les uns et les autres avaient été très gentils ; elle s’était assise à côté de Megan en maths et de Ciara en espagnol. Cela lui avait fait un drôle d’effet, car elle s’était toujours assise à côté de Mahalia. Mais elle avait tenu jusqu’à la fin de la journée et, à présent, elle rentrait chez elle en bus ; le garçon dont Mahalia avait été folle amoureuse était assis quelque part derrière elle. Comme d’habitude.

Dans sa robe d’été, ses genoux dénudés frottaient contre le siège devant elle. Elle regrettait de ne pas avoir mis son pantalon ; elle ne l’avait pas trouvé après toutes ces semaines sans aller au collège.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

les-secrets-de-temple-college-cathryn-constable

6915