Extrait

Les batailles d'internet ; assauts et résistances à l'ère du capitalisme numérique
de Philippe De Grosbois

Le 23/08/2018 à 08:31 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Philippe De Grosbois

Ecosociete

23/08/2018

9782897193652

264

18 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782897193652

Editeur : Ecosociete

Prix grand format : 18 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782897193669

Editeur : Écosociété

Prix grand format : 13,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Ordinateurs, téléphones intelligents, médias sociaux... Un monde sans connexion nous semble aujourd'hui inconcevable. Mais tandis que les technophiles exaltent les potentialités d'Internet, de l'économie collaborative et de l'intelligence artificielle, les technophobes ne cessent de nous mettre en garde contre la surveillance de masse et l'accaparement des données par les géants du web et les États. Au-delà de ce clivage, quels sont les enjeux, les promesses et les menaces de l'ère numérique?

Pour Philippe de Grosbois, Internet n’est pas seulement un outil technique, c'est avant tout une construction sociale, une création humaine et collective marquée par des relations de pouvoir. Des cybernéticien.ne.s aux entrepreneur.e.s des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) en passant par les militaires, les universitaires, les hippies, les hackers et autres militant.e.s, l'auteur refait l'histoire d'Internet et des multiples forces qui l'ont façonné à travers le prisme du politique et de leur rapport au capitalisme. Il offre ainsi une vue d'ensemble aussi rare que nuancée sur l'univers numérique.

Qu'il s'agisse des logiciels libres, de l’impact du virage numérique sur la culture, de la crise du journalisme, de la liberté d'expression ou du harcèlement, Internet est le champ de plusieurs batailles menées autour d'un enjeu central: laisserons-nous le cyberespace devenir un appareil de domination ou saurons-nous au contraire réaliser pleinement les potentialités d’un réseau de communication décentralisé qui serait entretenu et développé par et pour la population? À l'heure où la « neutralité du Net», la «taxe Netflix» et l'invasion d'Uber et d'Airbnb sont chaudement débattues, le combat pour un Internet libre et commun est plus que jamais d'actualité.

 

Premier chapitre

À mon père, qui me faisait l’honneur, enfant, d’être le premier lecteur de ses romans.

 

 

PRÉFACE

 

Se réapproprier les outils numériques

 

 

RARES SONT LES LIVRES qui offrent une vue synoptique d’une époque historique. Et la nôtre peut sans contredit être qualifiée d’ère numérique. L’ordinateur, l’Internet, les médias sociaux, les téléphones intelligents, tout cela appartient maintenant à la structure intime de la vie quotidienne, et ce, à un point tel qu’un monde sans connexion semble tout bonnement inconcevable. Au premier étage de la pyramide de Maslow se trouve aujourd’hui le Wi-Fi.

Au-delà de ce constat un peu trivial, une multitude d’ouvrages, d’articles scientifiques, de blogues, de reportages et d’opinions circulent sur les enjeux, les promesses et les risques du monde numérique. Certains courants exaltent les potentialités de l’intelligence artificielle, de l’économie collaborative, de l’Internet des objets et de diverses innovations technologiques, alors que d’autres nous mettent en garde contre la centralisation des données dans les mains des grandes compagnies, la surveillance de masse, le caractère corrosif de la «société en réseaux» sur notre cerveau et les relations sociales. Face à ce clivage entre techno-optimistes et techno-sceptiques, il y a l’opinion creuse et à vrai dire franchement dangereuse selon laquelle Internet serait un simple outil, un instrument neutre, ni bon ni mauvais en soi, qu’il faut apprendre à utiliser pour son usage privé. C’est la principale bêtise incrustée dans le sens commun de notre époque que ce livre s’attache à démolir.

Pour nous sortir de ce relativisme moral, lequel est basé sur une conception individualiste et anhistorique des nouvelles technologies numériques, Philippe de Grosbois nous rappelle une idée à la fois simple et profonde: Internet n’est pas seulement ou même d’abord un outil technique, c’est aussi et avant tout un rapport social. Cela signifie que les machines informatiques, les logiciels et les plateformes qui structurent les interactions entre individus sont en fait des constructions sociales, historiques et politiques, c’est-à-dire des créations humaines et collectives, marquées par un devenir et des relations de pouvoir.

Ainsi, le téléphone que l’on prend dans notre poche pour communiquer avec nos amis apparaît comme un objet banal à portée de main, c’est-à-dire un appareil que l’on peut manipuler à notre guise pour satisfaire nos préférences personnelles. En réalité, cet objet physique est aussi un rapport social qui nous met en relation avec une infrastructure matérielle complexe (câbles, fermes de serveurs, antennes et autres dispositifs contrôlés par des fournisseurs oligopolistiques), avec une couche logicielle (faite de protocoles, de logiciels libres, d’algorithmes, de programmes complexes et de plateformes propriétaires), puis avec une couche de contenus coproduits par des milliards d’utilisateurs et utilisatrices, de façon souvent libre et gratuite, bien que les données soient accaparées par des firmes multinationales extrêmement puissantes.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

les-batailles-d-internet-assauts-et-resistances-a-l-ere-du-capitalisme-numerique-philippe-de-grosbois

6917