Extrait

Le jardinier d'Otchakov
de Kourkov, Andrei

Le 23/05/2013 à 09:55 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Kourkov, Andrei

Liana Levi

litterature russe

05/01/2012

9782867465840

329

20 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782867465840

Editeur : Liana Levi

Prix grand format : 20 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Liana Levi

Prix grand format : 14.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Le rouble soviétique, le premier Spoutnik, Nikita Khrouchtchev… Pour Igor, tout ça, c’est de l’histoire ancienne. La trentaine débonnaire, il vit avec sa mère dans la banlieue de Kiev et préfère la perspective d’une soirée entre copains à celle d’un boulot ou d’un mariage. Le passé pourtant vient toquer à sa porte sous les traits d’un vagabond tatoué qui, en échange d’un lit de fortune, propose de s’acquitter des travaux de jardinage. Commence alors pour Igor une folle aventure où un vieil uniforme de milicien, sitôt enfilé, lui permet de franchir l’espace et le temps pour se retrouver dans la petite ville d’Otchakov, au bord de la mer Noire, en l’an 1957. Passé les premiers moments de doute sur sa santé mentale, Igor découvrira, outre les mœurs des bandits des années 50 et les charmes d’une poissonnière rousse, que l’histoire change de taille en fonction de qui cherche à l’endosser. Et qu’il n’est pas besoin d’être jardinier pour cultiver sa vraie nature.

 

Premier chapitre

1

 

 

 

Maman, y a la voisine dehors qui t’as encore amené un type louche ! lança Igor d’une voix alerte par les portes toutes grandes ouvertes de la maison.

Pourquoi hurles-tu comme ça ? ! s’indigna Elena Andreïevna. Elle va t’entendre ! Elle pourrait se vexer !

Elena Andreïevna secoua la tête tout en posant un œil critique sur son fils qui, à l’âge de trente ans, n’avait toujours pas appris à parler, quand il le fallait, à mi-voix, en chuchotant.

Olga, leur voisine de rue, s’était en effet un peu trop souciée, un moment, de la vie privée d’Elena Andreïevna. Dès que celle-ci avait emménagé à Irpen avec son fils, après avoir quitté Kiev, elle avait senti la tutelle d’Olga, âgée comme elle de cinquante-cinq ans, et elle aussi vivant seule, sans mari. Elena Andreïevna s’était séparée du sien avant de prendre sa retraite, tant il commençait à évoquer pour elle un élément de mobilier : inerte, silencieux, éternellement mécontent et ne levant pas le petit doigt pour entretenir la maison. Olga, quant à elle, avait trouvé le moyen de ne jamais se marier. Mais elle en parlait avec légèreté, sans regret. « Je n’ai pas besoin d’avoir un homme en laisse ! avait-elle dit un jour. On s’en attache un, et il se transforme aussitôt en cabot ! Il aboie et il mord ! »

Elena Andreïevna sortit, marcha jusqu’au portillon et découvrit là sa voisine accompagnée d’un homme d’environ soixante-cinq ans, au teint hâlé et à la joue glabre. Il avait le visage expressif, le menton volontaire, les cheveux blancs coupés en brosse, et portait un sac à dos de grosse toile à la couleur passée.

Léna, je te présente Stepan. Il a retapé mon étable !

 

 

Elena Andreïevna posa sur le Stepan en question un regard teinté de douce ironie. Sa voisine n’avait pas d’étable, ni rien à réparer d’ailleurs. Tout était impeccable chez elle ! Or elle n’avait pas l’habitude d’accueillir des inconnus dans sa maison sans un bon motif.

Si Stepan releva la lueur d’amusement qu’éveillait sa personne dans les yeux de la dame, il inclina néanmoins la tête d’un air affable.

Peut-être auriez-vous besoin d’un jardinier ? demanda-t-il avec une note d’espoir dans sa voix enrouée.

Il était vêtu avec soin : pantalon noir, lourdes bottines à semelles épaisses, maillot rayé.

Ce n’est pas plutôt à la fin de l’hiver qu’on embauche des jardiniers ? s’étonna Elena Andreïevna à haute voix.

Mais moi, au contraire, je m’y colle tout de suite, pour en avoir fini avant le printemps : je taille les arbres, je nettoie tout bien, et je reprends ma route. C’est toute l’année que les arbres réclament de l’entretien ! Et pas besoin de me payer des fortunes ! Comptez cent hryvnias par mois, plus le vivre et le couvert. Avec ça, j’aime bien cuisiner moi-même…

« Cent hryvnias ? ! » songea Elena   Andreïevna, ébahie.

« Pourquoi cet homme-là est-il si peu cher ? Il n’a pas l’air mal pourtant, il paraît solide ! »

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

le-jardinier-d-otchakov-kourkov-andrei

993