Extrait

Le coeur des enfants léopards
de N'Sondé Wilfried

Le 17/02/2015 à 11:22 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782742765584

Editeur : Actes Sud

Prix grand format : 15.30 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version poche

 

illustration

ISBN : 9782742790050

Editeur : Actes Sud

Prix grand format : 6.60 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782330010355

Editeur : Éditions Actes Sud

Prix grand format : 6.49 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Un jeune homme a perdu son premier amour. Mireille vient de le quitter, de briser le lien ultime de l'enfance.
Perdu, il sombre dans l'alcool et, dans un état second, commet l'irréparable.


Du fond d'une cellule où il est en garde à vue, sa mémoire s'enroule et se déroule comme un chant intérieur. Et c'est la voix des ancêtres qui résonne soudain, celle qui impose partage, honneur et héritages, celle qui réinvente l'Afrique sublimée - mensonge des exilés -, celle qui croit encore à la conscience du peuple noir. Mais cette Afrique magnifiée n'existe pas pour ce jeune homme. Sa vie s'est blottie dans la région parisienne, dans cette ville, ce pays devenus pour lui une réalité de métissage et de réussite intime. Une vie d'amitiés et de compagnonnages, de cités, de quartiers et de voisinages, de fêtes d'enfance et de sensualité, de violence aussi mais jusqu'alors maintenue à distance comme peut l'être la peur.
Avec une implacable justesse de ton, Wilfried N'Sondé explore la douleur de l'amour, l'appartenance et la violence, le désir et l'effroi comme autant de scansions qui ordonnent l'architecture de ce livre aussi émouvant que percutant. © ACTES SUD, 2007 Afrique

 

Premier chapitre

Des questions, toujours des questions, il ne s’arrêtera donc jamais ! J’ai énormément de mal à comprendre où je suis. Le capitaine hurle ses questions dans ma tête qui ne peut pas tout saisir correctement, il est tard et j’ai trop bu, trop fumé, qu’il s’arrête ! Peut-être ne se rend-il pas compte que je ne suis plus en mesure de lui répondre. Ouvrez au moins une fenêtre, s’il vous plaît ! Non, il s’entête, et que je la ferme bordel, je suis en garde à vue ! Je peine. Dans mon brouillard la silhouette de l’ancêtre, hors de lui !

C’est pas pour ça que tu es venu en France mon fils ! J’ai peur des interrogations, des années de questions qui encombrent mon cerveau. T’es qui ? Tu viens d’où ? T’as bien travaillé à l’école ? C’est comment ton pays ?

 

*

 

Egaré dans un tourbillon d’images désordonnées, des pensées floues me reviennent, elles défilent au galop. Ce sont, je suppose, des éclats de ma vie. J’y aperçois l’ancêtre se lever, il se tient maladroit. Autour de lui, une nuée d’esprits de bonté. Halluciné, son regard s’est perdu quelque part au-delà des vivants, ses mots, eux, je les entends encore très bien…

Il faut toujours y croire. Rester fort. La foi soulève des montagnes. Tu ne regardes pas la vie, non, tu la prends à pleines mains, tu la couches sous toi comme une femme, une vraie, avec la cambrure comme une prière. Tu l’étreins doucement, parfois plus intensément, tu cherches les sources de vie palpitantes, torrides et moites, ici, ailleurs, partout, le monde t’appartient. Apprends à sentir le monde, donne-lui toujours le meilleur de toi-même. Mords sans retenue. La peur, tu la laisses loin derrière toi, elle passe en toi et puis s’en va. Marche comme un seigneur parmi les autres, pense constamment au sens de tes actes, tout pas résonne, les tiens étonnent ! Prends garde à ton port de tête, surtout quand la vie fait mal au corps ou au cœur. Crache violemment au sol s’il le faut, sois sourd au souffle mauvais et mesquin, celui-là t’entraîne dans la tanière du regret, de l’envie et du ressentiment.

Avec les mots, il y a aussi cette présence difficile à décrire. Les invisibles portent chaque syllabe dans leur voyage jusque dans mon âme, les chargeant d’un sens encore plus grave. C’est une sensation forte sur ma peau, proche d’une caresse tendre d’amant. Tout en moi est saisi, alerté par ces paroles.

Serre les dents quand la vie est aride, quand elle taille des entailles profondes au fond de toi. La solitude, tu ne la connaîtras jamais, tu es un maillon de la chaîne éternelle, le trait d’union sans lequel tout se brise. Laisse-toi de temps en temps chavirer, pour rejoindre le temps d’un rêve, l’espace d’un voyage, le monde immatériel des défunts. C’est là que l’on trouve les clés d’hier, d’aujourd’hui et même de demain, la source inépuisable du bon cœur, qui aime, console et guérit. Apprends à canaliser cette force, cette énergie, puisqu’elle peut te bouleverser jus qu’aux abords de la démence. C’est un bain de lumière noire où dansent follement des images et des paroles solennelles.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

le-c-ur-des-enfants-leopards-n-sonde-wilfried

5888