Extrait

La prophétie des éléments t.2 ; la prêtresse lunaire
de Tollum, James

Le 10/02/2015 à 16:29 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782312032351

Editeur : Editions Du Net

Prix grand format : 22 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Ethan et ses compagnons sont parvenus à Endraïle, mais il s'avère que le jeune Ythérien n'est pas l'un des Gardiens. Le Haut Conseil le soupçonne en outre d'être une arme utilisée par les Sorciers pour éliminer les enfants de la prophétie. Entre deux maux, les Sages décident tout de même de l'autoriser à rester au Palais des Mages afin de le surveiller. Ce jeune homme intrigue particulièrement le Haut Sage Allarus et l'énigmatique Mage elfique. A mesure que Hala et les trois autres Gardiens apprennent à se connaître et qu'Irina se démène pour préserver la ville d'Antalia des assauts des soudards, Ethan recherche des informations le concernant : qui est-il ? Mais, voilà que l'un des Gardiens est la cible d'un attentat. Tous les yeux se tournent alors vers le jeune homme qui ne cesse de clamer son innocence. Qui pourra alors apporter la lumière sur ces mystères et aider nos héros ? Où les mèneront les prophéties ? Rejoignez Ethan et ses amis pour découvrir les différents peuples des Terres d'Avalyn : Elfes, Acarans, Ictars, Finaï, Dragons, Rockshriim, Nâgas, Drows. et la Prêtresse lunaire.

 

Premier chapitre

Merci à tous les lecteurs du premier Tome, 

pour avoir su apprécier Éthan et ses compagnons. 

Calliope, merci pour ton souffle. 

 

 

 

Ô Lune, nocturne phtisique, 

Sur le noir oreiller des cieux, 

Ton immense regard fiévreux

M’attire comme une musique ! 

 

Première strophe de « Lune Malade » d’Albert Giraud. 

 

Remerciements

Un grand merci à tous ceux qui m’ont encouragé, soutenu et fait part de leurs critiques constructives durant l’écriture de ce second tome. 

 

Une pensée particulière pour les fans de la première heure et qui attendaient avec impatience la suite : Sandrine, Sandra, Valérie, Yoann, Willy, Dominique, Yannick, Mathieu, Nathalie, Jérémy, Jacques, Patricia, Stéphanie, Cindy, Jean Michel, Sylvain, Didier, Christine… et tant d’autres. 

 

Fred, pour ton aide et la relecture. 

Danielle, Agnès, Olivier… pour les encouragements

 

Enfin, un grand merci à tous ceux qui prendront plaisir à découvrir ce second opus et sa suite… 

 

Bon voyage sur les Deux Terres ! 

 

 

Prologue

Les Terres d’Avalyn – 1er jour de la Lune du réveil de l’An 1457 (An 9997 Post Eckmul). 

 

La nuit avait enveloppé la plaine de sa sombre étreinte depuis de nombreuses heures. Insensible à l’étrangeté des lieux, la lune gironde éclairait le panorama désertique qui entourait le Sanctuaire, sa pâle lumière se réfléchissant sur les pierres oubliées de tous. Aucun être vivant, pas même un animal, ne s’aventurait jamais à proximité du site maudit. Son histoire était tombée depuis bien longtemps dans la désuétude, mais le mystère qui l’entourait décourageait, encore aujourd’hui, les plus aguerris : une Aura pernicieuse semblait l’imprégner et insufflait ainsi une peur sans nom à tous ceux qui s’en approchaient. 

Cela remontait à presque vingt ans, la dernière fois qu’un individu avait trouvé assez de courage, voire de folie, pour s’y aventurer, et à plus de vingt-deux siècles la fois précédente. Un laps de temps considérable sans que personne ne vienne plus visiter l’ancien site, y laissant à l’abandon les murs ternes recouverts de mousses, mais également, selon quelques anciennes rumeurs… seul et dans l’oubli son mystérieux occupant. 

 

La femme au teint indigo traversa le long corridor d’un pas souple et affirmé. Elle était pieds nus. La fraîcheur des dalles, polies par le temps et les milliers de passages d’antan, ne la gênait nullement. Elle connaissait chaque parcelle des murs, chaque recoin, chaque corridor au point de pouvoir s’y déplacer les yeux fermés. Elle les avait tant arpentés durant ces derniers siècles. 

Sûre d’elle-même, elle avançait sans crainte de sa démarche chaloupée et voluptueuse. À chaque mouvement, ses hanches roulaient sensuellement sous le léger tissu transparent qui composait sa toilette. Cette dernière était fixée à sa taille par une fine chaîne de mitrium, un minerai aussi rare que somptueux. Malgré la fraîche température, deux simples étoffes noires, reliées par de fines cordelettes, protégeaient la vertu de sa généreuse poitrine et de son intimité. L’ensemble mettait en valeur la silhouette parfaite de la femme, dont la beauté naturelle n’avait de toute manière besoin d’aucun artifice pour capturer le regard. Pour peu qu’il n’y ait jamais un regard qui puisse s’y poser. 

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

la-prophetie-des-elements-t-2-la-pretresse-lunaire-tollum-james

5858