Extrait

La nuit des béguines
de Aline Kiner

Le 04/09/2017 à 09:07

Auteur : Aline Kiner
Editeur : Liana Levi
Genre :
Date de parution : 24/08/2017
ISBN : 9782867469466
Total pages : 352
Prix : 22 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782867469466

Editeur : Liana Levi

Prix grand format : 22 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782867469473

Editeur : Liana Levi

Prix grand format : 16.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Paris, 1310, quartier du Marais. Au grand béguinage royal, elles sont des centaines de femmes à vivre, étudier ou travailler comme bon leur semble. Refusant le mariage comme le cloître, libérées de l’autorité des hommes, les béguines forment une communauté inclassable, mi-religieuse mi-laïque. La vieille Ysabel, qui connaît tous les secrets des plantes et des âmes, veille sur les lieux. Mais l’arrivée d’une jeune inconnue trouble leur quiétude. Mutique, rebelle, Maheut la Rousse fuit des noces imposées et la traque d’un inquiétant franciscain… Alors que le spectre de l’hérésie hante le royaume, qu’on s’acharne contre les Templiers et qu’en place de Grève on brûle l’une des leurs pour un manuscrit interdit, les béguines de Paris vont devoir se battre. Pour protéger Maheut, mais aussi leur indépendance et leur liberté. Tressant les temps forts du règne de Philippe le Bel et les destins de personnages réels ou fictifs, Aline Kiner nous entraîne dans un Moyen Âge méconnu. Ses héroïnes, solidaires, subversives et féministes avant l’heure, animent une fresque palpitante, résolument moderne.

 

Premier chapitre

À mon père, toujours là

À Thomas

 

 

Dans ce quartier de Paris qu’on appelle le Marais, au coin de la rue Charlemagne et de la rue des Jardins-Saint-Paul, s’élève une tour brisée. Elle marque l’extrémité nord d’une muraille de plus de quatre-vingts mètres de long, ponctuée d’une seconde tour. Ce sont là les vestiges de l’enceinte construite à la fin du XIIe siècle par le roi Philippe Auguste pour protéger la ville. Un souvenir des guerres médiévales sur lequel s’appuient aujourd’hui les bâtiments du lycée Charlemagne. À son extrémité sud, le mur rejoint la rue de l’Ave-Maria, du nom du couvent qui, avant l’école, occupait les lieux. Mais au XIVe siècle elle en portait un autre. Elle s’appelait la « rue des Béguines ».

Car ce quadrilatère, ceint de venelles pavées de gris, où le bruit de la ville s’étouffe, laissant l’air libre aux trilles des oiseaux, aux cris des enfants qui jouent au ballon, aux rires des adolescents, filles et garçons mêlés, à leurs voix fortes et sans entrave, abritait alors – beaucoup l’ignorent – une institution unique en France : le grand béguinage de Paris. Fondé par Louis IX. Saint Louis.

En ce lieu, et dans les quartiers alentour, ont vécu durant près d’un siècle des femmes remarquables. Inclassables, insaisissables, elles refusaient le mariage comme le cloître. Elles priaient, travaillaient, étudiaient, circulaient dans la cité à leur guise, voyageaient et recevaient des amis, disposaient de leurs biens, pouvaient les transmettre à leurs sœurs. Indépendantes et libres. Une liberté que les femmes n’avaient pas connue jusque-là, et ne connaîtraient plus avant des siècles. Toutes n’en furent pas conscientes. Mais certaines se sont battues pour la conserver.

Pendant des années, arpentant les rues du Marais, j’ai cherché leurs traces. Jour après jour, elles sont venues à moi, ombres fortes et légères. J’ai entendu leurs rires et leurs chants, le bruit de leurs pas sur le pavé, senti sur ma peau ce même soleil qui les réchauffait, et dans mes narines l’odeur du fleuve tout proche. Nous avons rêvé, tremblé, cheminé côte à côte. Comme des compagnes que le temps sépare mais dont les désirs, les peurs et les révoltes s’accordent en un même écho.

 

 

1er juin 1310

 


N’était le silence, on pourrait croire que c’est jour de fête.

Il y a foule, place de Grève, ce lundi précédant l’Ascension. Tous les habitants de la cité. Les marchands et les commis, les bourgeois et les artisans, les écoliers et les clercs, les ribaudes, les sans-feu, les gagne-deniers et les manœuvres venus louer leurs bras sur le port. La chaleur des corps pressés, leur odeur. Peaux crasseuses, souffles corrompus, mêlant leurs exhalaisons aux remugles venus de la rue des tanneurs et au parfum fangeux du fleuve. Dans les embrasures des belles demeures qui entourent la place se tiennent, debout, des dames et des gentilshommes vêtus de couleurs vives.

 

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

la-nuit-des-beguines-aline-kiner

6518