Extrait

La défense Fischer
de Scherrer, Pierre-Emmanuel

Le 17/12/2013 à 18:18 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782207114414

Editeur : Denoel

Prix grand format : 17 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Editions Denoël

Prix grand format : 11.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Il se lève tous les jours en début d’après-midi et descend à pied déjeuner au centre-ville de Reykjavik. Il déteste qu’on le dérange pendant ses repas. Il déteste qu’on le dérange tout court. Depuis quelque temps, il a remarqué une présence derrière lui, une silhouette rouge qui le suit et ne semble pas vouloir le lâcher. Il n’en finira donc jamais d’être épié. On l’a pourchassé toute sa vie, on a constamment cherché à lui voler son intimité. Il n’a donc aucune raison d’être agréable. D’ailleurs, ses imprécations redoublent: les Juifs, les Américains, les Japonais, les Russes en prennent pour leur grade. Ses amis se font de plus en plus rares. Il sait qu’il n’en a plus pour longtemps, quelques semaines, quelques mois peut-être. Il joue là sa dernière partie et son sort, réglé d’avance, est désespéré. Pourtant il ne baisse pas les bras. Parce qu’il est Robert James Fischer. Bobby Fischer. Le plus grand joueur d’échecs de tous les temps. En retraçant les derniers jours du champion Bobby Fischer à Reykjavik, dévoilant un destin hors du commun, Pierre-Emmanuel Scherrer signe un roman où nous entrons de plain-pied dans l'intimité de ce personnage complexe et paranoïaque, à la fois citoyen américain et américanophobe, juif et antisémite, génial et puéril.

 

Premier chapitre

 

 

1

 

 

Reykjavík (Islande), zone portuaire – 1er octobre 2007

 

Une silhouette penchée traverse le parking vide qui sépare les derniers immeubles du port. Deux véhicules passent en contrebas. Dans le ciel noir un sac plastique ondule aux couleurs du marché aux puces.

Il pleut.

La silhouette est entrée sur le parking et l’a coupé en diagonale. Quelque chose clochait dans sa démarche. Elle a atteint la ligne sombre que forme à l’horizon la vedette de la Marine nationale, puis elle a bifurqué sur sa gauche et disparu. À première vue il s’agissait d’un homme.

De plus près on le voit, l’homme est corpulent, déterminé, deux mèches s’échappent de sa casquette trempée. Il boite. Dans ses yeux le blanc a pris le dessus. Il serre dans sa main droite une sorte de carnet, peut-être un livre. Ses lèvres s’agitent comme s’il mâchouillait un nerf de viande prisonnier. Il porte une barbe courte, sa peau tachée de son est tirée par l’effort et la fatigue. L’homme a soixante-quatre ans, il lui reste quatre mois à vivre. On lui donne bien plus que son âge, malgré sa vigueur remarquable, l’allure à laquelle il fend le vent et le froid.

Il passe un pont de chantier. À sa gauche un bras de mer finit au ras de blocs de pierre noire. Derrière lui la ville, les lueurs.

L’homme à présent longe un hangar de pêche qui n’en finit pas. Le bâtiment sert d’entrepôt frigorifique et de halle de vente à la criée. Une forte odeur de poisson séché se dégage des lieux. Les habitants de l’île ne peuvent s’empêcher de sortir en mer sur leurs embarcations de fortune pour prendre du poisson pollué au mercure, au plomb, à l’uranium ; c’est bien désespérant, déplore-t-il. À l’angle du hangar le béton s’effrite en cicatrices anthracite : il coupe par un terrain vague. L’homme se retourne de temps à autre pour vérifier qu’on ne le suit pas. Des monticules de gravillons issus de roches volcaniques offrent à voir leurs formes gonflées par la nuit. Il évite quand il peut les flaques d’eau noire qui renvoient, par éclats, des reflets de lune. Ses chaussettes, symboliquement protégées par des sandales, sont déjà trempées. Il poursuit son chemin dans un dédale de carcasses et de cahutes qui s’ouvre soudain sur la coque gigantesque d’un chalutier en cale sèche pris entre deux mâchoires d’acier appareillées d’une forêt d’étançons. Il ralentit, s’approche des flancs évasés. Le bateau, par l’action du vent et de l’obscurité, paraît léviter, décidé à prendre le large. La bouche de l’homme articule quelques mots inaudibles. Il suit du regard les courbes gracieuses du navire jusqu’à la pointe des mâts ornés de deux échelles de corde et d’un petit radar blanc. Puis il détourne la tête et se dirige vers le nord parmi les entrepôts, les citernes, un écheveau de clôtures grillagées. Sa silhouette finit par se perdre dans ce décor rincé par la pluie.

 

 

 

 

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

la-defense-fischer-scherrer-pierre-emmanuel

2392