Extrait

La correction
de Llorca, Elodie

Le 02/09/2016 à 12:29

Auteur : Llorca, Elodie
Editeur : Rivages
Genre : litterature francaise romans nouvelles correspondance
Date de parution : 17/08/2016
ISBN : 9782743633387
Total pages : 220
Prix : 18 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782743633387

Editeur : Rivages

Prix grand format : 18 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Une seule lettre change et tout est déréglé. Le narrateur va l'apprendre à ses dépens lorsqu'après avoir travaillé quelque temps dans une papeterie, il décide de devenir correcteur professionnel. Il y est d'autant plus résolu que sa mère a toujours cru qu'il était prédestiné à ce métier. Il est embauché à ce poste dans la Revue du Tellière, dirigée par Reine, une femme autoritaire et dominatrice qui va bientôt exercer sur lui son emprise. Reine le fascine autant qu'elle l'intimide. L'aventure se complique lorsqu'il constate que des coquilles sont systématiquement ajoutées après coup sur son jeu de copies. Il soupçonne bientôt Reine de les glisser là délibérément afin de le prendre en faute. Mais bientôt des coquilles d'une toute autre nature vont faire leur apparition...



Dans ce premier roman au style incisif, Elodie Llorca nous livre une fable savoureuse sur les pièges de l'inconscient et les sortilèges du langage.

 

Premier chapitre

« Je tiendrais dans une coquille de noix, je m’y croirais au large et le roi d’un empire sans limites… si je n’avais pas de mauvais rêves. »
SHAKESPEARE,
Hamlet, acte II, scène 2


« Je pourrais peut-être atteindre une vérité nouvelle, une vérité proche de l’invention, ou jumelle du mensonge, la vérité idéale. »
Jean-Philippe TOUSSAINT,
La Vérité sur Marie

 


Depuis quelque temps, je soupçonnais ma patronne de volontairement introduire quelques coquilles dans la copie afin de pouvoir me prendre en faute. J’avais ce jour-là relevé le mot roulure étrangement substitué à celui de coulure. J’avais corrigé ce document la veille et alors que je m’apprêtais à le lui apporter, mes yeux étaient venus buter sur cette coquille, flagrante, posée là, au cœur du texte. Je fus stupéfait à la vue de ce mot qui se détachait nettement du reste. Je n’avais pas pu laisser passer cette erreur grossière lors de ma première lecture.
J’ouvris le tiroir de mon bureau et en sortis un petit calepin noir que j’avais acheté dans le but d’y consigner mes remarques.Je tenais en réalité une sorte d’agenda des coquilles. Cette petite manie m’avait pris sept mois auparavant. J’écrivis : « Aujourd’hui, 24 septembre : roulure / coulure. »
Sous mon message du jour figurait une kyrielle de coquilles : « poire / foire », « coupe / coule », « carcan / cancan », « catin / satin ».
Je tournai rapidement les pages. La première coquille relevée datait du 28 février. J’y avais inscrit les mots « enfoncé / offensé ».Quatre bévues pour un seul mot, c’était beaucoup. L’incongruité de l’erreur m’avait donné alors l’envie de tenir ce journal de bord.
Les mois passant, l’impression lancinante d’être manipulé par Reine s’était mue en quasi-certitude. Depuis ma place, je me mis à fixer ma patronne.
À quel moment pouvait-elle introduire ces erreurs à mon insu ?

Les textes étaient remis à Reine environ trois heures avant que je ne les trouve posés sur ma table. La tâche de collecter la totalité des articles et de les apporter dans le bureau de Reine revenait à Tapoin.
Il me semblait qu’il en tirait un certain orgueil, comme s’il s’arrogeait de la sorte tout le contenu de la revue. Contrairement aux autres journalistes, Tapoin travaillait essentiellement sur place. Il écrivait des papiers – pour la plupart mauvais – et s’occupait de diverses activités, dont celle de recueillir les articles des journalistes travaillant en free-lance, de les tirer sur papier pour finalement venir les apporter à la patronne. Je le voyais alors frapper trois petits coups à la porte et, sans attendre la formule d’usage, pénétrer dans son bureau. Quelques tics l’agitaient, ce qui me laissait à penser qu’il trouvait la patronnedésirable. Comme nous tous d’ailleurs, il faut bien le dire. Il devait marmonner quelques formules attendues. « Voici les copies, Reine. Il y en a cinq aujourd’hui. » Ou alors rien, simplement un petit ricanement tendu.

 

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

la-correction-llorca-elodie

6295