Extrait

L'Asie et le futur du monde
de Yves Tiberghien

Le 12/12/2013 à 04:22 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Yves Tiberghien

Presses De Sciences Po

geopolitique politique

20/08/2012

9782724612226

176

15 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782724612226

Editeur : Presses De Sciences Po

Prix grand format : 15 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Presses de Sciences Po

Prix grand format : 10.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Les grands équilibres économiques mondiaux sont en train de basculer vers les pays émergents, principalement vers l'Asie où la Chine va s’imposer commela première puissance mondiale d’ici vingt ans. L’Asie est donc appelée à jouer un rôle de catalyseur dans la résolution des problèmes globaux. Quelles seront les positions de ses trois principaux acteurs – Chine, Corée, Japon – sur des sujets tels que la régulation financière internationale, le changement climatique, les nouveaux modèles énergétiques, les risques technologiques, les inégalités et l’insécurité alimentaires? Quelles orientations ces pays vont-ils insuffler au sein du G20? Un essai passionnant sur le futur de la gouvernance mondiale.

 

Premier chapitre

 

 

Remerciements

 

Les réflexions de ce livre sont inspirées par mes pérégrinations des vingt dernières années à travers l’Asie, l’Europe et l’Amérique du Nord. Il doit beaucoup à tous ceux qui m’ont encouragé, accueilli, informé, inspiré ou avec qui j’ai pu discuter, et que je ne pourrais énumérer ici.

Je souhaite avant tout remercier Alessia Lefébure, Marie-Geneviève Vandesande, Erhard Friedberg, Cornelia Woll, Nicolas Jabko, Zaki Laïdi et Claude Meyer, sans lesquels ce livre n’aurait pas pu exister. Je les remercie de m’avoir fait confiance et d’avoir joué un rôle-clé dans la genèse de cet ouvrage. Je remercie particulièrement François Bafoil, Laurence de Bélizal, Richard Robert et Jérôme Fourel pour leurs relectures et commentaires judicieux. Bien sûr, si une bonne partie du crédit de ce livre leur revient, j’assume toutes les erreurs qu’il pourrait contenir.

Je voudrais aussi reconnaître le rôle déterminant des étudiants du MPA de Science Po en 2009, 2010 et 2011, dans le cadre duquel s’est organisé, au fil de ma pensée, le lien entre gouvernance mondiale, finance, G20, climat et OGM. Je remercie tout autant les étudiants de mon séminaire en économie politique comparée à la University of British Columbia (Vancouver, Canada) depuis 2003 et à la National Chengchi University (NCCU, Taiwan). Les débats et les échanges avec les étudiants ont nourri mes analyses et m’ont poussé à aller plus loin. Ce livre est un témoignage des interactions entre recherche et enseignement.

Plusieurs institutions ont beaucoup aidé ma recherche. Avant tout, je remercie mon université, la University of British Columbia et mes confrères politologues, mais également le département de science politique de la National Chengchi University qui m’a accueilli en 2010-2011, le Centre européen et le MPA de Science Po, l’Asia Centre de Paris qui a encouragé ma recherche sur le G20, le Graduate Institute of Policy Studies (GRIPS) et la Keio University à Tokyo qui m’ont accueilli respectivement en janvier et juillet 2011, la Peking University et la Fudan University qui m’ont accueilli en Chine en mai-juin 2011, et l’East Asian Institute de Séoul, devenu mon port d’attache coréen.

Je remercie également les hôtes et les participants de mes présentations aux universités de Berkeley, de Stanford, de Princeton, à la National Chengchi University, la Taiwan University, l’Academia Sinica (Taipei), la Tsinghua University, la Fudan University, la Peking University ; au Centre Nanjing-Hopkins, à la Korea University, à Science Po, à l’Institut de la Défense nationale (Paris), ainsi qu’au Ministry of Economy, Trade and Industry (METI) du Japon et au East Asia Institute de Séoul en 2010 et 2011.

De nombreux confrères, chercheurs et leaders ont joué un rôle important par leur recherche, leurs actions et leur inspiration. Bien que je ne puisse tous les nommer, je souhaite particulièrement remercier Alan Alexandroff Jean-Marie Bouissou, Cheng-tian Kuo, Byung-Kook Kim, Hidehiro Konno, Yoshihide Soeya, Yong Wang, Hongcai Xu, Xiaojie Xu, Benoît Cœuré, Richard Balme, Haibing Zhang, Dingli Shen, Christian Sautter, Harukata Takenaka, Chaochi Lin, Joo-Youn Young, Ron Hassner, Jean Oi, Dan Okimoto, Jerry Cohen, Ellis Krauss, Richard Samuel, Yasuhiko Yoshida, Brian Job, Paul Evans, Netina Tan, Joe Wong, Victor Shih, Kellee Tsai, Greg Noble, Toby Schwartz, Frances Feng, Jean-François di Meglio, François Godement, Brian Job, Paul Evans, Nicolas Véron, Mike Weisbart et beaucoup d’autres.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

l-asie-et-le-futur-du-monde-yves-tiberghien

2363