Extrait

Guide à l'usage des jeunes femmes à bicyclette sur la route de la soie
de Joinson, Suzanne

Le 25/10/2013 à 16:11 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Joinson, Suzanne

Presses De La Cite

littÉrature anglo-saxonne

14/03/2013

9782258099081

369

21 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782258099081

Editeur : Presses De La Cite

Prix grand format : 21 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Presses de la Cité

Prix grand format : 14.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Un carnet de notes. Un héritage inattendu. La rencontre improbable de deux mondes. Le roman s'ouvre en 1923. Dans des notes prises en vue de la rédaction d'un guide commandé par un éditeur anglais, Evangeline relate son arrivée dans la ville de Kachgar. Venue à bicyclette jusque dans ces contrées lointaines afin d'y installer une mission avec sa sœur et une amie, la jeune Britannique n'est pourtant pas animée par de fortes convictions religieuses. Eprise de liberté, elle cherche surtout à fuir l'Angleterre et son carcan bourgeois. Londres, de nos jours. Après une rupture sentimentale douloureuse, Frieda reçoit un courrier lui annonçant qu'elle est l'unique héritière d'une femme dont elle ignore tout. Aux côtés de Tayeb, un immigré yéménite avec lequel elle s'est liée d'amitié depuis peu, elle embarque pour un fabuleux périple à travers le temps.

 

Premier chapitre

« Ici s’achève la migration des oiseaux, notre migration, la migration des mots.

Et après nous, un horizon pour les nouveaux oiseaux ; après nous, un horizon pour les oiseaux nouveaux.

Et nous qui battons le cuivre du ciel, nous battons le ciel pour qu’il creuse des routes après nous.

Nous nous sommes concilié nos noms au versant des lointains nuages, les nuages lointains.

Nous descendrons bientôt comme des veuves dans la place des souvenirs

Et nous dresserons notre tente pour les ultimes vents : soufflez, soufflez, que vive le poème

Et vive le chemin qui y mène. Après nous, l’herbe croîtra, l’herbe s’élancera

Aux abords des chemins que nous sommes seuls à avoir foulés, des chemins inaugurés par nos pas têtus.

Là, nous graverons sur les derniers rochers : vive la vie et vive la vie.

Puis nous tomberons en nous-mêmes, laissant après nous un horizon pour les nouveaux oiseaux. »

 

Mahmoud Darwich,

« Ici s’achève la migration des oiseaux » (traduit de l’arabe par Abdellatif Laâbi, in Plus rares sont les roses, 1989,

Les Editions de Minuit)

 

 

 

 

 

« L’oiseau du ciel emporterait ta voix, l’animal ailé publierait tes paroles. »

L’Ecclésiaste, X, 20

 

 

 

 

 

 

QUELQUES PRÉCAUTIONS À NE PAS OUBLIER : Etudier le pays où vous vourendez ainsi que l’état des routes, savoir vous repérer sur votre carte, connaître votre itinéraire ou du moins savoir dans quelle direction vous allez, etc. Veiller à observer la progression de chaque étape ; avoir sur soi un carnet afin de noter tout ce qui paraît digne d’intérêt.

Maria E. Ward, Bicycling For Ladies, 18961

 

 

 

 

 

Notes pour le Guide à l’usage des jeunes femmes à bicyclette sur la route de la soie

 

 

Kachgar, Turkestan oriental, 1er mai 1923

 

Je suis au  regret de constater que même La Bicyclette pour les dames et ses « Aperçus sur l’art du  cyclisme

–  conseils aux débutantes – costume – entretien de la bicyclette – pièces détachées – entraînement – exercices », etc., ne me sont d’aucune aide dans les circonstances présentes : nous nous trouvons aux prises avec une situation délicate.

Autant commencer par les ossements.

Ils étaient desséchés, blanchis au soleil, pareils à de minuscules flûtes. Je criai à notre muletier de s’arrêter. Le soir tombait ; dans notre hâte d’atteindre notre destination, nous avions voyagé, à la manière anglaise, pendant les heures les plus chaudes de la journée. Il s’agissait d’os d’oiseaux, amassés au pied d’un tamaris. Mon destin était sans doute lisible dans les motifs qu’ils dessinaient au sol, si seulement j’avais su les déchiffrer.

C’est alors que j’entendis le cri. Un bruit affreux provenant de derrière un bosquet de peupliers morts dont l’allure ne contribuait pas à égayer la nature désolée de cette plaine désertique. Je descendis de ma bicyclette et cherchai des yeux Millicent et ma sœur, Elizabeth, sans localiser ni l’une ni l’autre. Millicent préfère se déplacer à cheval plutôt qu’en chariot, ainsi, elle peut quand cela lui chante s’accorder une pause pour fumer une de ses cigarettes Hatamen.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

guide-a-l-usage-des-jeunes-femmes-a-bicyclette-sur-la-route-de-la-soie-joinson-suzanne

2160