Extrait

Fandom
de Anna Day

Le 20/11/2018 à 09:09 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Anna Day

Pocket Jeunesse

18/10/2018

9782266281485

492

18.90 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782266281485

Editeur : Pocket Jeunesse

Prix grand format : 18.90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782823860689

Editeur : Univers poche

Prix grand format : 13,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Imaginez que vous puissiez vous glisser dans la peau de votre héroïne préférée... Katniss, par exemple ! Le rêve, non ? Du moins, jusqu'à ce que vous vous rendiez compte que vous êtes incapable de tirer à l'arc ou de grimper aux arbres, et que vous n'avez pas le moindre instinct de survie. Mais pas de panique, vous pouvez toujours choisir de retourner à votre petite vie tranquille de fan, dans le monde réel. Ce qui n'est malheureusement pas le cas de Violet, coincée dans son roman favori...
(traduction Emmanuel Gros)

 

Premier chapitre

À Ellie et à Charlie

 

 

Prologue

 

Dans une semaine exactement, je serai pendue.

Je serai pendue pour mes amis, pour ma famille et, avant tout, par amour. Une perspective qui ne me réjouit pas beaucoup quand j’imagine le nœud coulant autour de mon cou, mes pieds qui cherchent à tâtons la terre ferme, mes jambes qui battent l’air… dansent dans le vide.

Ce matin, je ne me doutais de rien. Ce matin, j’étais au Comic-Con et je respirais l’odeur des hot dogs mêlée à celle de la transpiration et des parfums, dans une atmosphère de costumes bariolés, de flashs d’appareils photo, de tambours et de violons. Et hier, j’étais au lycée en train de stresser à cause d’un exposé débile et je rêvais d’être dans un autre monde.

Méfiez-vous de vos souhaits, car parfois la réalité peut vraiment vous jouer des tours.

 

 

Chapitre 1

 

En me levant, je m’aperçois que ma jupe est restée collée à mes cuisses, alors je détache discrètement le coton de ma peau.

— Vas-y ! me chuchote Katie.

Je ne réponds pas. Qu’est-ce qui m’a pris de me porter volontaire pour cet exposé à la noix ? Je déteste prendre la parole en public. En fait, soyons honnêtes, je déteste tout ce qui contient les mots « en public ».

— C’est à toi, Violet, me commande Miss Thompson.

Je tire une dernière fois sur le pli de tissu rebelle, puis je m’avance vers le tableau. Et soudain, je me sens toute petite, comme si mes camarades avaient des rayons au pouvoir rétrécissant à la place des yeux. Violet, pas plus haute qu’une pâquerette. Cette pensée me fait rire… et voilà comment, en plus d’afficher mon trac, je passe maintenant pour une folle.

Derrière son bureau vieillot, Miss Thompson me sourit.

— Alors, Violet, parle-nous un peu de ton roman préféré, qui s’appelle… ?

— La Danse des pendus, de Sally King.

Soupir collectif des garçons au dernier rang. Mais ils font seulement semblant d’être déçus. Je me souviens : quand le film tiré du livre est sorti au cinéma, il n’y a même pas un an, ils avaient tous les yeux rouges en quittant la salle… étrange, non ?

Je prends une grande inspiration et je me lance :

— « Il était une fois un peuple, qu’on appelait les humains. Les humains étaient intelligents et ambitieux, mais aussi cupides. Ils devenaient de plus en plus obsédés par la perfection – perfection du corps et de l’esprit, vie parfaite. Au tournant du XXIIe siècle, cette obsession a conduit à la première vague d’humains génétiquement améliorés. »

Là, je marque une pause théâtrale et j’en profite pour jeter un coup d’œil à la salle de classe. Moi qui espérais croiser des regards ébahis, captivés… En fait, mon auditoire a l’air à moitié endormi.

— « Les Ingas. Les Individus Génétiquement Augmentés. Grands, forts, beaux et dotés d’un QI supérieur à 130. Rapidement, les Ingas s’installèrent à la campagne, dans de magnifiques régions, les Pâturages, à l’abri des maladies et de la criminalité. »

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

fandom-anna-day

7009