Extrait

Et l'amour aussi a besoin de repos
de Drago Jancar

Le 09/05/2018 à 08:58 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Drago Jancar

Phebus

12/04/2018

9782752911346

22 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782752911346

Editeur : Phebus

Prix grand format : 22 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782752911353

Editeur : Phébus

Prix grand format : 14,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Après la conquête de la Yougoslavie par les armées allemandes en 1941, la ville slovène de Maribor, historiquement germanophone, est annexée par le Troisième Reich. Dans la cité rebaptisée Marburg an der Drau, les voisins et les amis d’hier se déchirent et un mouvement de résistance s’organise dans les montagnes environnantes. Au cœur de ce roman, trois personnages : Valentin, le maquisard, Sonja, sa petite amie, et le SS Ludwig, qu’on appelait naguère Ludek. La guerre bouleverse leur perception du monde et d’eux-mêmes, elle brise inéluctablement leurs vies. Renouant avec la fresque historique qui a fait le succès de Cette nuit, je l’ai vue (Prix du meilleur livre étranger, 2014), Drago Jančar signe ici un très grand roman d’amour et de mélancolie.
Andrée Lück-Gaye(Traducteur)

 

Premier chapitre

I

LA FILLE DE LA PHOTO


1

Sur le cliché pris par un photographe inconnu, deux filles sveltes : la première en jupe légère à carreaux et chaussettes sombres, l’autre dans un élégant manteau noir et avec deux belles tresses qui lui tombent dans le dos. Celle-ci ne porte pas de chaussettes, à l’évidence, ce sont les derniers soupirs, les derniers vestiges d’un été chaud, peut-être les premiers jours de septembre. Image matinale de citadins qui se pressent vers leurs affaires, femme qui porte un cartable, pourtant certains musardent, désœuvrés. Ici, un homme à vélo bavarde avec quelqu’un, probablement du temps, un autre, en ce jour de grâce, tire sur sa cigarette et expire de grandes bouffées de fumée. Un œil attentif pourrait noter qu’il est arrivé quelque chose à l’écriteau du grand bâtiment : HOTEL OREL a été transformé en HOTEL ADLER ; une petite correction, le propriétaire, pratique, a seulement commandé deux nouveaux caractères A et D, puis il a transformé le mot RESTAVRACIJA en RESTAURANT. Dans le coin droit en bas, un homme en uniforme marche, il tourne le dos au photographe. Bottes noires, veste militaire grise, pistolet à la ceinture. L’image idyllique d’un paisible après-midi d’automne précoce dans une rue de Maribor laisse soudain place à un instant de tension invisible : d’où vient cet homme, où va-t-il dans cet uniforme qui est presque certainement l’uniforme d’un membre des unités Schutzstaffel, ce SS inconnu arrive du bord de la photo et se dirige vers le fond. Il n’est inconnu qu’au premier abord, dès l’instant suivant, la fille aux cheveux blonds, à la jupe à carreaux et aux chaussettes noires jette un regard à l’homme en uniforme et dit à son amie :

– Mais est-ce que ce n’est pas le portrait craché de Ludek ?

Son amie à tresses saisit au dernier moment le profil de l’officier allemand qui passe.

– J’ai l’impression que ça pourrait être lui, dit-elle en riant. Il a l’air un peu plus adulte.

Mais elle redevient rapidement sérieuse en voyant le visage de son amie.

Le visage de la fille à la jupe à carreaux et aux chaussettes noires semble soucieux, quelque chose la tracasse, peut-être vient-elle de raconter à son amie ce qui l’inquète, soudain elle se rend à l’évidence :

– C’est lui, dit-elle, je le reconnais.

Elles le suivent un moment des yeux.

– Tu crois que je pourrais lui parler ? demande la fille à la jupe à carreaux d’une voix surexcitée, presque tremblante.

– Moi, à ta place, je lui parlerais, l’amie à la tresse fait un geste encourageant et elle hausse les épaules : qu’est-ce que ça te coûte ?

La fille à la jupe à carreaux se balance nerveusement d’un pied sur l’autre.

– Je demanderai à mon père de lui parler, il le connaît bien.

Et au bout d’un moment, elle ajoute :

– S’il accepte.

– Sonja ! s’écrie son amie et elle sourit d’un air un peu espiègle : Moi je pense qu’il vaudrait mieux que tu lui parles, toi.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

et-l-amour-aussi-a-besoin-de-repos-drago-jancar

6796