Extrait

De l'herbe verte sur le sol brûlé
de Daniel, Sibylle

Le 17/06/2014 à 15:12 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782207117613

Editeur : Denoel

Prix grand format : 17.50 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Editions Denoël

Prix grand format : 12.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
'C'est une partie de mon histoire auprès d'Alexandre que je vous livre aujourd'hui. Un tourbillon de sentiments et d'émotions contrastées. Nous avons vingt et un ans, nous nous aimons, mais Alex a un cancer. Nous sommes trop jeunes pour vivre l'incertitude de la maladie. Nos amis font des projets d'avenir... Nous, c'est la vie au jour le jour. Et mes parents paralysés à l'idée de me voir m'embarquer dans une histoire sans issue. La remise en question de tout, la rage, l'impuissance, la solitude. Reste une force, la seule qui fasse avancer: l'Amour. C'est inhumain de voir progresser la maladie sans pouvoir la contrôler. Cependant, au milieu de cet incendie, des petits brins d'herbe repoussent. Ils sont frêles, ils s'agitent dans le vent, heureux de revoir le soleil. Ils connaissent le bonheur. Et moi aujourd'hui, malgré cette épreuve, je retrouve ce bonheur de vivre, pleinement. '

 

Premier chapitre

À ma famille proche,

à mes cousins et à mes oncles et tantes,

À mes fidèles amis et à tous ceux

qui ont été là pour nous

d’une quelconque manière,

merci.

Merci du fond du cœur,

sans vous, je n’en serais pas là.

 

MASTER : Management du développement, action humanitaire et sociale.

COURS : Projet professionnel.

EXERCICE : Écrivez les éléments marquants de votre enfance (10 lignes minimum).

Et voilà. Tout est parti de là. C’est grâce à cet exercice de master que j’ai commencé à écrire, il y a maintenant plus de deux ans. D’abord sur mon passé, puis, au fil de l’eau, sur mon présent. Sur l’histoire que je vivais avec l’homme que j’aimais et qui allait partir trop tôt, emporté par la maladie. Sur l’histoire d’amour intense que l’on a vécue, Alexandre et moi.

Ce n’est pas une histoire extraordinaire en soi, beaucoup de personnes aiment et beaucoup de personnes souffrent d’une séparation prématurée avec un être aimé. Ce sont pourtant des moments forts que l’on vit, qui deviennent l’objet de nombreux questionnements sur les sentiments et les ressentiments, sur la vie et ses valeurs, et sur la mort.

C’est un bouillonnement personnel que je vous livre à travers ce texte. Il a été écrit le plus souvent au jour le jour, de manière brute, en général dans les moments où j’étais le plus mal. Car ces écrits ont été avant tout thérapeutiques. J’écrivais pour moi, sans retenue, déversant le flot de mes rages et de mes espoirs. Je dessinais, peignais, croquais, dansais, jouais de la flûte, toujours pour extérioriser des sentiments trop vifs.

De fil en aiguille, j’ai su que ces pages pouvaient intéresser certaines personnes autour de moi et qu’un jour ce texte pourrait être publié. Alors j’ai demandé à Alexandre son accord. Il me l’a donné.

Cet accord nous a permis, à tous les deux, de conserver une trace physique de notre histoire. Cet accord vous permettra peut-être aussi de vous retrouver à travers ces lignes, à travers certains questionnements.

Mettre des mots sur ce que je ressens a été salvateur. Peut-être que vous aussi, si vous vivez une situation similaire, vous pourrez poser des mots sur vos propres souffrances.

Cette histoire a touché beaucoup de personnes autour de moi, et surtout autour d’Alexandre. Parce qu’il était très entouré, l’histoire d’Alexandre est aussi celle de ses proches. Moi, je n’ai été que sa copine. Ce livre n’a donc pas la prétention de raconter sa vie ou d’énumérer les faits précis de manière chronologique et objective. Il raconte seulement ce que j’en ai perçu.

J’ai souhaité accompagner ces écrits de quelques dessins que j’ai réalisés dans le métro, à l’hôpital ou dans ma chambre, et qui sont parfois, il me semble, plus parlants que des mots.

S. D.

Starting-block

Je rencontre Alexandre à la fin du lycée, à l’une des premières soirées avec les personnes qui forment actuellement le groupe d’Asnières, ou la LBN4E (La Bande à Nous For Ever), comme certains se plaisent à le dire. Un groupe d’une vingtaine de jeunes venant pour la plupart du même lycée et qui se sont créé un monde à part, avec ses dîners de Noël, ses Asnières Awards, ses vacances et week-ends à thèmes. Ce soir-là chez Albane, entre filles et garçons nous nous explorons mutuellement, aidés par quelques verres euphorisants et libérateurs. À un moment de la soirée, je me retrouve dehors, épuisée, à côté d’un immense jeune homme que je connais peu, ou pas. Je ne me souviens de rien d’autre. J’ai su par la suite que, ce soir-là, Alex s’est dit que cette petite personne plutôt souriante lui plaisait.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

de-l-herbe-verte-sur-le-sol-brule-daniel-sibylle

4221