Extrait

Classement mondial de la liberte de la presse ; censure, cyber-surveillance, lanceurs d'alerte (édition 2014)
de Reporters sans frontières

Le 07/02/2015 à 17:12 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version poche

 

illustration

ISBN : 9782290078389

Editeur : J'Ai Lu

Prix grand format : 3 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : J'ai Lu

Prix grand format : 2.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Quel est le pays qui réserve le meilleur sort à la liberté de la presse? Celui qui compte le plus grand nombre de journalistes emprisonnés? Quelles sont les conséquences de la situation politique et économique de la Grèce sur son classement? L’évolution positive de la Birmanie se confirme-t-elle? Quelle est la chute la plus spectaculaire dans le classement? Pourquoi une démocratie européenne comme le Royaume-Uni n’est-elle que 33ème? L’affaire Snowden, le conflit syrien, mais aussi la communication agressive du Bahreïn et l’impunité des pétrodollars ont marqué l’année 2013 et bousculé les hiérarchies. Chaque année, le classement de Reporters sans frontières sert de référence ; abondamment repris par les analystes et les médias internationaux, il donne lieu à nombre de réactions officielles. Cette édition détaillée est enrichie de zooms et d’une carte en couleurs. Illustration de couverture: Photomontage Studio de création J’ai lu d’après © Claudiad / Getty Images. Carte Reporters sans frontières

 

Premier chapitre

 

 

 

 

 

« La liberté de la presse
est la première des libertés »

 

 

« Personne ne peut mieux vous aider à comprendre la valeur de la liberté qu’un dictateur. » Éclairante citation. Dans nos démocraties (imparfaites), nous respirons un air de liberté (parfois pollué), tandis que les despotes en privent leurs citoyens. Sans cet oxygène politique qu’est la liberté de la presse, les enfants, les femmes et les hommes suffoquent sous un couvercle. Les ressortissants des régimes dictatoriaux savent mieux qu’autrui la valeur de l’air pur.

 

Au milieu du XIXe siècle, Victor Hugo, alors député de la Deuxième République, évoque la liberté de l’information dans ses discours à l’Assemblée. Il clame que « le principe de la liberté de la presse n’est pas moins essentiel, n’est pas moins sacré » que le principe du suffrage universel. « La liberté de la presse à côté du suffrage universel, c’est la pensée de tous éclairant le gouvernement de tous. Attenter à l’une, c’est attenter à l’autre. »

 

Au début du XXIe siècle, près du tiers des êtres humains n’a toujours pas accès à une information libre. Privés de la lucidité élémentaire pour conduire leur vie, inféodés comme des enfants à qui l’on raconte des histoires, ces milliards d’individus sont dépossédés de leur existence, empêchés de sortir de ce que le philosophe Emmanuel Kant appelait l’« état de tutelle ». Il ne saurait y avoir de liberté de conscience et de liberté tout court sans liberté de la connaissance au sens le plus large. Ce principe vaut même dans les démocraties, où les pressions et les conflits d’intérêts éloignent parfois le journalisme de son idéal.

La liberté de l’information n’est donc pas un privilège corporatiste. Partout où les journalistes sont brimés, menacés, parfois tués, les victimes finales sont les enfants, les femmes et les hommes, qui ne peuvent découvrir la réalité au travers des reportages, des interviews et des enquêtes. Or à l’heure où nous mettons sous presse, cent soixante-dix-huit journalistes professionnels et cent soixante-six net-citoyens sont détenus dans le monde pour avoir tenté de lever un coin du voile. Ils sont, eux, dans des cellules visibles, tandis que leurs concitoyens sont dans des prisons invisibles.

 

Le « Classement mondial de la liberté de la presse » publié chaque année par Reporters sans frontières constate l’étendue ou au contraire l’étouffement de la « liberté qui permet de vérifier l’existence de toutes les autres » sur la planète entière, selon l’expression d’un célèbre journaliste birman, Win Tin, qui a passé dix-neuf ans de sa vie en prison. C’est un instrument de mesure pour tous ceux qui souhaitent connaître l’état de cette liberté fondamentale dans cent quatre-vingts pays, c’est aussi un outil de référence et de plaidoyer pour convaincre des États de prendre des mesures en faveur d’une plus grande liberté.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

classement-mondial-de-la-liberte-de-la-presse-censure-cyber-surveillance-lanceurs-d-alerte-edition-2014-reporters-sans-frontieres

5843