Extrait

Au-delà du miroir
de Iman Eyitayo

Le 14/09/2018 à 12:15 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Iman Eyitayo

Len Editions

11/09/2018

9782411000497

170

14.90 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782411000497

Editeur : Len Editions

Prix grand format : 14.90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Paris, 2148. Le monde « miroir », identique au nôtre, mais dans les pires conditions possible, a été découvert, et ils en veulent à notre eau, denrée rare depuis des décennies. Pour assurer la sécurité de la population, l’eau, déjà rationnée, fait l’objet d’une surveillance plus accrue, tandis que les miroirs, seul passage entre les deux mondes, ont été interdits.
Vin, informaticienne rebelle, souhaite pourtant se mirer à tout prix. Lorsqu’après moult péripéties, elle atteint enfin son but, non seulement la satisfaction n’est pas au rendez-vous, mais elle relâche également son double dans son monde.
Dès lors, les événements prendront une tournure qui lui permettra de découvrir la vérité sur son histoire et le fameux monde « miroir »…

Iman raconte des histoires depuis son plus jeune âge. Inspirée de jeux vidéo et passionnée de dessins, elle commence très jeune à réaliser des bandes-dessinées qu’elle partageait en secret avec sa petite sœur. Elle ne se met à l’écriture que beaucoup plus tard, lorsqu’elle tombe sur des dessins de son enfance. Elle décide alors de réécrire puis de peaufiner sa toute première œuvre, « Coeur de flammes », avant de tenter de la publier.

 

Premier chapitre

Partie 1

Alertes

Prologue

 

Article n. 16 de la Nouvelle Constitution du Grand Paris :

« Il est formellement interdit d’approcher un miroir, ou toute surface non miro-prouvée, au risque de libérer son double maléfique. Toute infraction à cette règle sera passible de la peine de mort, sans jugement et sans appel. »

L’image que me renvoyait le miroir m’effrayait, me décevait. J’étais menue, mince – non, maigre –, pas jolie pour un sou, et j’avais des yeux affreusement… étranges. Leur asymétrie donnait l’impression que je ne regardais pas vraiment en face, et leur couleur ambrée paraissait trop claire pour ma peau noir ébène. Et cette bouche ! Elle était dure, informe ! Je clignai plusieurs fois des paupières, puis passai la main dans mon afro bouclé, qui avait énormément poussé depuis mon dernier passage chez le coiffeur l’année précédente. J’effleurai ensuite la glace des doigts, en quête d’une sorte de connexion, de magie ou d’émerveillement qui m’aurait échappé jusque-là.

Rien.

Je m’écartai de l’objet. Je n’arrivais pas à croire ce que je voyais, ce que je ressentais. J’avais beau savoir que je ressemblais peu à ma mère et à ma sœur, la confirmation me heurtait tout de même. Avais-je réellement défié la loi pour ça ? Qui prenait le risque de libérer un des « autres » pour satisfaire un caprice ? Quelqu’un de stupide qui allait se dépêcher de corriger son erreur.

J’entrepris donc de m’enfuir avant qu’il ne soit trop tard. Je pouvais encore revenir en arrière, retrouver mon quotidien. Mais avant, je devais supprimer la preuve de ma faute. Je saisis le lance-glace que j’avais apporté et l’activai en visant ma cible. Un jet froid s’en échappa et recouvrit lentement le miroir. Beaucoup plus efficace que les extincteurs du début des années 2000 – et réservé à l’usage de certaines professions règlementées dont je ne faisais pas partie, ce qui allongeait d’ailleurs la liste de mes crimes –, l’appareil nécessitait en général une minute pour agir parfaitement. Ensuite, il suffisait de briser l’élément figé en des milliers de morceaux, puis réutiliser l’arme sur les restes afin de s’assurer de tout détruire. C’était la seule façon d’empêcher les « autres » de rejoindre notre monde, et d’effacer les traces de mon passage.

Pendant que le miroir se cristallisait, quelque chose changea. Les lèvres de mon reflet s’étirèrent en un rictus de satisfaction. J’en tremblai d’effroi. Les rumeurs étaient donc vraies ! Oubliant toute prudence, je saisis l’objet de ma terreur, le décrochai et le fracassai au sol. Des fragments se répandirent un peu partout. Je les aspergeai tous d’un nouveau jet de gaz froid, afin d’accélérer le processus.

J’étais tout occupée à ma tâche lorsque des bruits de pas me parvinrent. Grand Dieu, j’allais me faire prendre ! Jamais je n’aurais le temps de détruire tous les débris restants !

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

au-dela-du-miroir-iman-eyitayo

6956