Extrait

Y aura-t-il trop de neige à Noël ?
de Collectif

Le 30/11/2017 à 15:02 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Collectif

Charleston

08/11/2017

9782368121795

192

6.50 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782368121795

Editeur : Charleston

Prix grand format : 6.50 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782368122792

Editeur : Éditions Charleston

Prix grand format : 9.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Nouvelles drôles et romantiques pour un Noël magique
C'est le soir du réveillon. Audrey vient d'être emmenée au commissariat pour avoir manifesté contre un abattoir.
Valentine est enfermée dans les toilettes d'un grand magasin parisien déguisée en Mère Noël. Pauline se retrouve en Toscane pour le travail, loin de chez elle, seule et célibataire. Le Dr Sam Miller se rend à un énième dinnerdate de Noël chez sa soeur. Lisa dresse sa liste des quarante-cinq trucs à faire à New York avant le 26 décembre...
Les personnages de ces nouvelles ont chacun leur vision personnelle de Noël et de la magie qui est censée tomber comme la neige le soir du 25 décembre. Ils sont attachants, drôles, romantiques – pas toujours assumés – mais, surtout, ils ont un point commun : ils s'apprêtent à passer le réveillon le plus surprenant de leur vie !
Isabelle Alexis, Tonie Behar, Adèle Bréau, Sophie Henrionnet, Marianne Levy et Marie Vareille forment la Team Rom Com, un collectif d'auteures de comédies romantiques. Elles livrent ici leur interprétation décalée de la romance de Noël.

 

Premier chapitre

CRUSH ET CRASH


*

Isabelle Alexis

—Et donc, continua Nicole en levant sa coupe et en remontant son bustier pailleté, à la vie, à l’amour, à nous, notre si jolie famille ! Je suis tellement heureuse qu’on soit tous réunis, ce soir ! Avoir mes deux filles : ma Charlotte si talentueuse, Stan, son mari, gendre idéal, grand avocat, et leurs petites jumelles si adorables, Augustine et Cerise, dont les derniers bulletins trimestriels de sixième sont affichés sur notre frigo, si vous voulez aller les voir, j’ai fait une photocopie, enfin une famille parfaite ! Et… je peux le dire ? En plus, ma Charlotte a eu une augmentation la semaine dernière dans sa boîte et…

— Maman arrête, rougit Charlotte, tandis que l’auditoire applaudissait avec une coupe de champ dans une main, ce qui n’était pas très pratique mais détenait l’avantage de ne pas faire trop de bruit.

— Et l’autre, reprit Nicole, mon Audrey, qui n’a pas encore de famille, qui est au chômage, mais surtout qui n’est toujours pas là. Mais quelle heure est-il ? Bon sang, qu’est-ce qu’elle fabrique encore ? Patrick ? gémit Nicole en se retournant vers son mari.

— J’ai appelé deux fois, ça ne répond pas, avoua l’homme qui partageait sa vie depuis quarante ans. Elle doit être dans sa salle de bains ou je ne sais où… Elle n’entend pas à cause du sèche-cheveux ou de sa musique un peu forte. Ça s’est déjà produit, ne t’inquiète pas, elle va arriver.

***

Au même moment, à des kilomètres de là, dans un commissariat de l’Essonne, un des agents de permanence en cette nuit de Noël ôtait les menottes dans le dos d’Audrey. Elle se massa les poignets et tenta d’essuyer d’un revers de manche le sang étalé sur ses joues.

— T’as le droit à un coup de fil, lui lança l’agent.

***

— Bref, poursuivit Nicole avec son toast interminable, tandis que Stan s’éclipsait discrètement aux toilettes. À la vie, à notre famille, à la naissance de Jésus qui guide nos vies… À mes filles, si un jour on revoit la deuxième.

— À quelle heure on donne les cadeaux ? demanda Cerise.

— Plus tard, chérie ! Et…

C’est là que son téléphone sonna dans son sac rouge Lancel. Nicole se précipita en reposant sa coupette sur la table basse. Tout le monde avala son champagne sans trinquer, treize minutes qu’ils le tenaient à la main, c’était suffisant…

— Qu’est-ce que c’est que ce numéro ? demanda Nicole, angoissée.

Elle décrocha. L’assemblée vit ses yeux s’écarquiller.

— Oh, ce n’est pas vrai ! Pas encore ! Où ça ? Stan ! cria-t-elle. Stanislas !

Son gendre sortit de la salle de bains en s’essuyant les mains.

— Oui ?

— Stan, c’est Audrey. Elle a recommencé !

— OK, j’y vais. Elle est où ?

— Un commissariat dans l’Essonne, je note l’adresse… Attends…

Charlotte, la sœur aînée, leva les yeux au ciel, exaspérée.

— Et ça continue !

— Que se passe-t-il ? murmura Yves, le nouveau boyfriend de Martine.

La sœur de Nicole, divorcée depuis vingt ans, s’entichait souvent d’hommes récemment séparés ou veufs et très souvent dépressifs. Martine était une infirmière dans l’âme.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

y-aura-t-il-trop-de-neige-a-noel-collectif

6614