Extrait

Wonder Woman : Warbringer
de Leigh Bardugo

Le 07/09/2017 à 12:41 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Leigh Bardugo

Bayard Jeunesse

Lecture 12 ans et +

06/09/17

9782747079709

400

10.99 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782747079709

Editeur : Bayard Jeunesse

Prix grand format : 10.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Quand un bateau explose au large de l'île de Themiscyra, où vivent les Amazones, la princesse Diana enfreint les lois de sa communauté et recueille Alia, une jeune fille de 17 ans comme elle. Mais cette dernière est une Warbringer, une semeuse de discorde sur laquelle pèse une malédiction. Le destin de Diana se trouve lié à celui d'Alia. Un retour aux origines de Wonder Woman.

 

Premier chapitre

Pour Joanna Volpe, ma sœur d’armes 

 

« Approche, affronte-moi et apprends quelle 

force gonfle le sein des Amazones. Dans mes 

veines coule la guerre ! » 

 

Quintus de Smyrne, Suite d’Homère, chant I

 

 

 

 

Chapitre 1

  

Quand on concourt, c’est pour gagner.

Diana sautillait derrière la ligne de départ, les muscles des mollets comme deux arcs bandés, en ressassant ces quelques mots que lui avait soufflés sa mère. Les Jeux némésiens devaient commencer d’une minute à l’autre et, dans les gradins, la foule trépignait d’impatience. Elle attendait les combats de lutte, le lancer de javelot, mais surtout la course au drapeau. D’autant qu’on murmurait que la princesse elle-même serait de la compétition.

Quand la reine Hippolyta avait repéré sa fille parmi les athlètes qui se bousculaient dans l’arène, elle était restée de marbre. Elle était descendue de sa tribune pour souhaiter bonne chance aux candidates et leur prodiguer des encouragements, comme l’exigeait la tradition. Quand elle s’était trouvée face à Diana, elle ne lui avait pas témoigné d’attention particulière, se contentant de lui adresser un petit signe du menton. C’est à ce moment-là qu’elle s’était penchée pour lui chuchoter à l’oreille : « Quand on concourt, c’est pour gagner. »

Sur la piste de sable, les Amazones attendaient le coup d’envoi. Elles piétinaient sur place, scandaient des slogans pleins de fougue, surexcitées.

Rani, qui s’échauffait à la droite de Diana, lui décocha un sourire éclatant.

– Bonne chance ! lui lança-t-elle, charitable.

Rani était toujours charitable. Et elle gagnait toujours. À la gauche de Diana, Thyra persifla :

– Elle va en avoir besoin !

Diana fit la sourde oreille. Elle attendait ce moment depuis des semaines. Au reste, elle n’aurait pas besoin de chance : elle avait un plan.

Si la course s’était limitée à une épreuve de vitesse pure, Diana n’aurait eu aucune chance de l’emporter. Elle ne possédait pas encore tous ses pouvoirs d’Amazone.

« Ça viendra », lui promettait sa mère. Des promesses de ce genre, Diana en avait entendu beaucoup. Cela n’empêchait pas qu’en attendant, elle restait la plus jeune et la plus menue de toutes les concurrentes.

Heureusement, elle venait justement de faire une poussée de croissance. Désormais, elle était presque aussi grande que Thyra. Et, surtout, la course du jour ne se résumait pas à une simple épreuve de vitesse. Elle exigeait de la stratégie. Et, dans ce domaine, Diana était au point, car elle avait passé des heures à s’entraîner en cachette.

Le principe de la course était simple. Il s’agissait de rallier le plus vite possible le grand dôme de Bana-Mighdall, à la pointe opposée de l’île, d’y récupérer un drapeau rouge et de le rapporter à l’arène de l’Éphésée. Quant au parcours, chacune était libre de tracer le sien. Diana, pour sa part, avait opté pour un itinéraire direct, mais très accidenté. Avec son amie Maëve, elle s’était exercée à le parcourir en long, en large et en travers. En parallèle, elle s’était renseignée sur ses concurrentes.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

wonder-woman-warbringer-leigh-bardugo

6527