Extrait

Vicious
de V.E. Schwab

Le 01/03/2019 à 09:29 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

V.E. Schwab

Lumen

07/02/2019

9782371022034

532

16 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782371022034

Editeur : Lumen

Prix grand format : 16 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782371022041

Editeur : AC média

Prix grand format : 9,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Le combat du mal contre le mal absolu.
Autrefois, Eli et Victor étaient les meilleurs amis du monde. Mais cette époque est bien finie. Elle est même... morte et enterrée.

À la fac, Eli le brun et Victor le blond partagent la même chambre. Ils sont inséparables et pourtant absolument aux antipodes l'un de l'autre. Victor, c'est l'ombre : complexe et torturé, il passe ses journées à noircir les ouvrages de développement personnel de ses parents pour laisser apparaître des slogans d'un pessimisme saisissant. Eli, c'est la lumière – un garçon fascinant, doté de toutes les qualités, charismatique et solaire. Pourtant, sous la surface lisse du visage parfait de son ami, Victor entrevoit des démons inavouables. Et il n'est pas au bout de ses surprises...

Car un jour, Eli fait la découverte du siècle : des pouvoirs surhumains semblent se manifester chez ceux qui ont subi une expérience de mort imminente. On les appelle des EO – pour " ExtraOrdinaires ". Aveuglés par l'ambition et la curiosité, les deux amis se lancent un défi insensé : celui de frôler la mort pour percer ce mystère. Malheureusement, leur tentative tourne au désastre. Dix ans plus tard, Victor croupit en prison, tandis qu'Eli est acclamé en héros. Mais ce que le monde entier ignore, c'est que le véritable monstre rôde dehors, en toute liberté...
traduction Sarah Dali

 

Premier chapitre

À Miriam et Holly,

pour avoir prouvé à maintes reprises qu’elles étaient ExtraOrdinaires

 

 

La vie, la vraie, n’est pas un combat entre le bien et le mal, mais entre le mal et pire encore.

Joseph Brodsky

 

 

Victor rajusta les pelles sur son épaule avant d’enjamber avec précaution une tombe ancienne, à moitié recouverte de terre. Il entreprit de traverser le cimetière de Merit en fredonnant à mi-voix un petit air que le vent emportait dans la nuit. Dans son dos, son pardessus gonflé par la brise effleurait le sommet des pierres tombales. La mélodie étouffée faisait frissonner Sydney, qui le suivait à grand-peine, emmitouflée dans son manteau rouge trop grand, ses leggings bleu vif et ses bottes fourrées. Ils se faufilaient dans le cimetière comme deux fantômes, assez blonds et pâles pour passer pour frère et sœur, ou peut-être même père et fille. Il n’en était rien, mais leur ressemblance arrangeait bien Victor, qui se voyait mal expliquer qu’il avait recueilli la jeune fille sur le bord d’une route détrempée par la pluie, quelques jours plus tôt à peine.

Lui venait de s’évader de prison. Elle venait de se prendre une balle dans le bras… À croire que le destin les avait réunis. D’ailleurs si, pour la première fois de sa vie, Victor commençait justement à croire au destin, c’était en grande partie grâce à Sydney…

Il se tut soudain et, le pied posé sur une stèle, se mit à scruter l’obscurité. Il se servait, pour sonder les ténèbres, moins de ses yeux que de sa chair – ou plus exactement de cette chose étrange qui rampait sous sa peau et palpitait dans ses veines. Victor avait peut-être cessé de fredonner à mi-voix mais, telle une psalmodie lancinante, cette sensation, elle, ne le quittait jamais. Lui seul pouvait ressentir et décoder cette vibration, semblable au bourdonnement ténu d’un courant électrique, qui l’alertait sitôt qu’un de ses semblables approchait.

Sydney le vit légèrement froncer les sourcils.

— Quoi… On a de la visite ? lui demanda-t-elle.

L’inquiétude qui se lisait sur les traits de Victor s’envola aussitôt, remplacée par son calme habituel. Il reposa le pied à terre.

— Non, personne. Rien que les morts, et nous.

Ils reprirent leur progression vers le centre du cimetière, accompagnés par le doux cliquetis des pelles calées sur l’épaule du jeune homme. Sydney était pensive. En passant, elle donna un petit coup de pied dans un gros caillou tombé de l’une des tombes les plus anciennes. Sur le côté du bloc de pierre étaient gravées des lettres, des bribes de mots à demi effacés. La jeune fille se serait bien arrêtée pour tenter de les déchiffrer, mais le rocher avait déjà roulé dans les herbes hautes et Victor s’avançait d’un pas vif entre les caveaux. Elle dut courir pour le rattraper, manquant plusieurs fois de trébucher sur le sol gelé. Elle trouva son étrange compagnon planté devant une sépulture encore récente. En attendant la pose d’une stèle, un repère provisoire avait été fiché dans la terre fraîchement retournée. Ils étaient visiblement parvenus à destination.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

vicious-v-e-schwab

7065