Extrait

Une vie
de Guy de Maupassant

Le 17/12/2013 à 17:28 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version poche

 

illustration

ISBN : 9782012814110

Editeur : Hachette Education

Prix grand format : 5.50 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Hachette Éducation

Prix grand format : 4.49 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Jeanne, jeune aristocrate chérie de ses parents, a tout pour être heureuse et rêve du prince charmant... Mais Julien, dont elle tombe amoureuse et qu'elle épouse rapidement, saura-t-il lui donner la vie dont elle rêve? Usant de tous les ressorts du romanesque, Maupassant nous fait partager l'acuité de son regard pessimiste sur la condition humaine, mais aussi son amour passionnépour sa Normandie natale. Ce roman sensuel et désespéré, le premier du grand^prosateur qu'est Maupassant, nous propose une réflexion sur la nature fémine, le désir de bonheur et la complexité des rapports humains. Le texte intégral annoté Un questionnaire bilan de première lecture Des questionnaires d'analyse de l'oeuvre Cinq corpus accompagnés de questions d'observation, de travaux d'écriture et de lectures d'images Une présentation de Guy de Maupassant et de son époque Un aperçu du genre de l'oeuvre et de sa place dans l'histoire littéraire.

 

Premier chapitre

 

 

 

 

À

MADAME BRAINNE

 

Hommage d'un ami dévoué, et en souvenir d'un ami mort,

 

GUY DE MAUPASSANT1.

 

 

 

1 L'ami mort, c'est évidemment Flaubert, le roman étant ainsi présenté comme un hommage au maître disparu. Mme Brainne était la fille de H. Rivoire, ancien directeur du Mémorial de Rouen (qui devint Le Nouvelliste) et la femme de Charles Brainne, normalien et journaliste de talent qui mourut en 1864. Sa sœur avait épousé Charles Lapierre. Mme Brainne et Mme Lapierre étaient grandes amies de Flaubert qui, « dans ses lettres à sa nièce, les appelle toujours “Les Anges” surnom qu'elles méritaient autant pour leur beauté que pour leur gentillesse à l'égard du solitaire » (René Dumesnil, Guy de Maupassant, Tallandier, 1947). Maupassant était, à Paris, parmi les plus assidus des familiers de Mme Brainne, qui d'ailleurs lui reprochait souvent de ne pas l'être assez (voir une lettre de l'écrivain citée à la page 275 de Etudes, chroniques et correspondance, recueillies et annotées par René Dumesnil, Librairie de France, 1930). Elle essaya de l'apprivoiser, de lui donner le goût de la bonne société et des relations mondaines (goût que Maupassant, par la suite, ne prit que trop et avec de funestes résultats pour la seconde partie de son œuvre), d'exercer même sur lui une influence littéraire. La crudité réaliste, qui était le fond du caractère de Maupassant, lui paraissait déplacée, comme le montre cette lettre adressée par l'auteur de La Maison Tellier à Flaubert le 5 juillet 1878 : « De temps en temps, je vais passer une heure ou deux chez notre bonne amie Mme Brainne, qui est la meilleure femme de la terre et que j'aime de tout mon cœur. Je lui raconte beaucoup d'histoires qui lui semblent, je crois, par moments, un peu crues. Elle me trouve bien peu sentimental. Elle me raconte ses rêves et je lui narre des réalités. » (Correspondance recueillie par Dumesnil, op. cit.) C'est peut-être parce que Maupassant se montre relativement « sentimental » dans Une vie que son livre est dédié à Mme Brainne et aussi parce que celle-ci avait été profondément choquée par Boule de Suif. Le 1er février 1880, Flaubert écrit à sa nièce : « Boule de Suif... [est] un chef-d'œuvre de composition, de comique et d'observation, et je me demande pourquoi il a choqué Mme Brainne. J'en ai le vertige. Serait-elle bête ? », et un peu plus tard à Maupassant lui-même : « Le scandale de Mme Brainne me donne le vertige » (lettre citée par Dumesnil, Guy de Maupassant, p. 163). Quoi qu'il en soit, Mme Brainne appartient à ce groupe d'amis de Maupassant qui s'efforcèrent de « civiliser » l'écrivain et de l'amener à peindre avec complaisance les classes « supérieures » de la société. Ainsi Taine qui lui écrit en mars 1882 (lettre citée par Louis Barthou dans un article de La Revue des Deux Mondes, 15 octobre 1920, « Maupassant inédit. Autour d'Une vie ») : « Vous peignez des paysans, des petits-bourgeois, des ouvriers, des étudiants et des filles. Vous peindrez sans doute un jour la classe cultivée, la haute bourgeoisie... A mon sens, la civilisation est une puissance ; un homme né dans l'aisance, héritier de trois ou quatre générations honnêtes, laborieuses et rangées, a plus de chances d'être probe, délicat et instruit... Cette doctrine est bien aristocratique ; mais elle est expérimentale et je serai heureux quand votre talent prendra pour objet les femmes et les hommes qui, par leur culture et leurs sentiments, sont l'honneur et la force de leur pays. » La peinture de la « classe cultivée » est moins féroce et provocante dans Une Vie que dans Boule de Suif, mais elle est encore sans complaisance, d'où « l'humble vérité ». Quant à l'épigraphe, Maupassant y tenait beaucoup ; elle résume en effet les intentions littéraires et morales du roman (voir la préface). Dans une lettre de mars 1883 adressée à Victor Havard et reproduite par Edouard Maynial et Artine Artinian (Correspondance inédite de Maupassant, Wapler 1951), il écrit : « L'humble vérité doit être mis en épigraphe, comme je l'indique. »

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

une-vie-guy-de-maupassant

2387