Extrait

Une enfance de Jésus
de John Maxwell Coetzee

Le 16/09/2013 à 13:37 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

John Maxwell Coetzee

Seuil

littÉrature anglo-saxonne

22/08/2013

9782021099850

384

22 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782021099850

Editeur : Seuil

Prix grand format : 22 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Le jeune David et Simón, son protecteur, sont arrivés - on ne sait d'où - par bateau au camp de Belstar, où ils ont été reconditionnés afin de s'intégrer dans leur nouveau pays : nouveaux noms, nouvelles dates de naissance (âge de 5 ans attribué à David, 45 à Simón), mémoire lavée de tous souvenirs, apprentissage rapide de l'espagnol, langue du pays. Puis ils ont traversé le désert et ont atterri au Centre d'accueil de Novilla, où les services publics leur allouent un logement - sans loyer - ainsi que maints services gratuits, et l'aident à trouver un emploi de docker. David ayant perdu en mer la lettre qui expliquait sa filiation, Simón se fait le serment de lui trouver une mère que son intuition seule désignera. Inés, une trentenaire, est l'élue. Elle accapare l'enfant, dont elle fait sa chose et le soustrait au système éducatif, par la fuite vers encore une autre vie.
Coetzee s'intéresse-t-il au traitement utopique des réfugiés dans un système bureaucratique efficace et une société purgée de passion ? Aux rapports pédagogiques et tendres entre le gardien Simón et sa charge, David, enfant précoce, parfois cabochard ? Aux effets de l'ignorance dans laquelle se trouve un enfant qui ne connaît pas ses parents biologiques ? Autant de questions qui restent sans réponse, qui en amènent de nouvelles comme dans un cycle éternel.

 

Premier chapitre

« Le garçon n’a pas de parents, pas comme on l’entend d’habitude. Il s’est produit un incident malheureux, pendant la traversée jusqu’ici, sur le bateau. Une lettre qui aurait pu tout expliquer s’est perdue. Du coup, ses parents sont perdus, ou, plus précisément, c’est lui qui est perdu. Pourriez-vous envisager de le prendre ?

– Le prendre ?

– Oui. D’être une mère pour lui. D’être sa mère. Voudriez-vous le prendre comme votre fils ?

– Et sa vraie mère ? Où est-elle ? Est-ce qu’elle est encore en vie ? »

David se tait. Et pendant un moment Simón lui aussi garde le silence. Puis il se met à parler :

« Je vous en prie, croyez-moi. Faites un acte de foi. Cette affaire n’a rien de simple. Le garçon n’a pas de mère. Ce que cela signifie, je ne saurais vous l’expliquer, parce que je ne me l’explique pas moi-même. Pourtant, je vous promets que si vous dites tout simplement “Oui”, sans rien anticiper, sans arrière-pensée, tout vous paraîtra clair, comme de l’eau de roche. C’est ce que je crois. Donc : allez-vous accepter cet enfant comme le vôtre ? » 

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

une-enfance-de-jesus-john-maxwell-coetzee

1935