Extrait

Un visage d'ange
de Ballantyne, Lisa

Le 19/11/2013 à 03:08 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Ballantyne, Lisa

Belfond

littÉrature anglo-saxonne

06/06/2013

9782714453075

393

22 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782714453075

Editeur : Belfond

Prix grand format : 22 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Belfond

Prix grand format : 14.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Quand un avocat au passé trouble doit défendre un adolescent de onze ans accusé d'un crime atroce... Est-il coupable? Comment juger un enfant? Une histoire fracassante, troublante de réalisme, chargée d'émotion et de suspense, sur la fin de l'innocence et l'espoir de rédemption. Un premier roman coup de poing. Angleterre, de nos jours. Les causes perdues, Daniel Hunter les connaît bien. Avocat de droit pénal, ce trentenaire arpente les tribunaux de Londres pour plaider des affaires toujours plus délicates et douloureuses. Et celle qui l'attend pourrait bien les surpasser... Sebastian Croll, onze ans, vient d'être placé en garde à vue. Cet adolescent des beaux quartiers londoniens est soupçonné d'avoir battu à mort son petit camarade de huit ans, Ben Stokes. Mais l'adolescent ne cesse de clamer son innocence. Une affaire qui résonne d'un écho tout personnel pour l'avocat. Fils d'une toxicomane, Daniel a écumé les familles d'accueil avant d'être placé chez Minnie. Une rencontre qui fait des étincelles. Mais qui mieux que cette femme bourrue, pleine de sagesse, pour dompter la colère et la violence de Daniel, et lui donner confiance en l'avenir? Jusqu'à ce qu'un terrible mensonge brise cette confiance à jamais... Rattrapé par ses souvenirs, emporté dans un formidable élan de protection à l'égard de Sebastian, Daniel se laisse peu à peu broyer par cette enquête. S'il ne veut pas sombrer, l'avocat n'a pas le choix: l'heure est venue pour lui d'affronter les fantômes du passé...

 

Premier chapitre

CRIMES

 

 

 

 

 

1

 

 

Le corps sans vie d’un enfant avait été retrouvé dans Barnard Park.

 

LORSQUE DANIEL SORTIT DE LA STATION ANGEL pour se diriger vers le commissariat d’Islington, l’air sentait la poudre. On était en plein été, il n’y avait pas un souffle de vent. La lune, invisible, sombrait dans un ciel aveuglant et trouble. L’atmosphère lourde annonçait un orage imminent.

À peine avait-il atteint Liverpool Road que le tonnerre se fit entendre. La pluie suivit presque aussitôt, en gouttes épaisses ; une vraie punition. Il remonta le col de son veston et dépassa au pas de course les devantures du Waitrose et du Sainsbury, évitant de justesse les clients de la dernière heure. Daniel, coureur aguerri, soutenait sans mal le rythme que lui imposait l’averse, s’abattant, de plus en plus féroce, sur ses épaules et son dos.

Dans le vestibule du commissariat, il s’ébroua brièvement et s’essuya le front d’un revers de la main, avant de faire subir le même traitement à son porte-document. Quand il se pencha vers l’hygiaphone pour annoncer son nom à la réceptionniste, la vitre s’embua.

L’officier de garde, le sergent Turner, l’attendait dans son bureau. Sa poignée de main était sèche. Daniel ôta son veston et le disposa sur le dossier de la chaise.

— Vous n’avez pas perdu de temps, déclara le policier.

Sans réfléchir, Daniel, du bout du doigt, fit glisser sa carte de l’autre côté de la table. S’il fréquentait assidûment les commissariats de Londres, celui d’Islington était une première.

— Le cabinet Harvey, Hunter & Steele ? Vous êtes associé ? demanda le sergent, avec le sourire.

— J’ai cru comprendre qu’il s’agissait d’un mineur ?

— Sebastian n’a que onze ans.

Comme pour recueillir une réaction, le policier fouilla Daniel du regard. Mais le jeune homme cultivait l’art du reflet. Depuis toujours. Le policier ne lirait rien dans ces yeux brun sombre.

Avocat non plaidant, Daniel avait défendu nombre de mineurs. Des garçons de quinze ans qui avaient tiré sur des membres d’autres gangs, des gamins qui volaient pour se procurer de la drogue. Jamais si jeune, cependant. Onze ans… Du reste, Daniel n’avait que très peu de contacts avec des garçons de cet âge. Sa seule référence en la matière était sa propre enfance.

— Est-il en état d’arrestation ?

— Pas encore, mais il y a quelque chose de pas net dans son comportement. Vous verrez. Il sait très bien ce qui est arrivé à l’autre gosse, j’en suis certain. Nous n’avons pu mettre la main sur la mère qu’après vous avoir appelé. Elle est là depuis une vingtaine de minutes. Elle nous a expliqué qu’elle était chez elle, alitée, et qu’elle venait seulement d’écouter son répondeur. J’ai demandé un mandat de perquisition pour leur domicile.

Le policier arbora une grimace résolue, qui fit se creuser ses joues rougeaudes.

— Vous le considérez donc comme suspect ?

— Comme vous dites. Et pas qu’un peu.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

un-visage-d-ange-ballantyne-lisa

2276