Extrait

Trois grands fauves
de Hugo Boris

Le 27/09/2013 à 16:16 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782714454447

Editeur : Belfond

Prix grand format : 18 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Belfond

Prix grand format : 12.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Le portrait de trois monstres sacrés : Danton, Hugo et Churchill. En créant entre eux une filiation imaginaire, Hugo Boris dessine une figure fascinante. Qu'est-ce qu'un grand homme ? Où est son exception ? Le portrait de trois prédateurs : Danton, Hugo et Churchill. Trois héros qui ont en commun d'avoir été confrontés très tôt à la mort, d'avoir survécu et d'y avoir puisé une force dévorante. Trois survivants qui ont opposé leur monstruosité à la faucheuse.
Trois grands fauves, ou comment défier la mort en trois leçons. Trois portraits fragmentés et subjectifs, raccourcis saisissants d'une vérité qui échappe aux historiens. Une filiation imaginaire se tisse entre les personnages, dessinant une figure nouvelle. Qu'est-ce qu'un grand homme ? Où est son exception ?

 

Premier chapitre

1

Danton

Où l’on commence par faire la nique à la mort en pensant la retarder mieux

 

« Qu’est-ce que templar ? Dans un premier temps, c’est faire en sorte que lors de la passe, le déplacement du leurre soit exactement adapté à la vitesse de charge du toro afin que l’animal se soumette. Puis, dans un deuxième temps, le torero ralentit volontairement la vitesse du leurre afin de diminuer celle du toro.

Pour arriver à ce résultat, le matador doit s’adapter au rythme du toro, ne pas le violenter et lui présenter le leurre à une distance du mufle telle qu’il ne puisse le toucher, mais suffisamment proche pour qu’il ait constamment l’impression qu’il peut le saisir. »

Robert Bérard

La Tauromachie, histoire et dictionnaire

 

 

Mai 1763. Ce n’est pas la Champagne humide ici, mais la pouilleuse, celle que la craie rend stérile. La petite taille de l’enfant ne lui permet pas de connaître l’étendue de la plaine. Il en entend le silence les jours sans vent. Il marche vers la vache qu’il a aperçue, là-bas, dans le pré. Il l’a reconnue, c’est la sienne, elle cherche l’ombre d’une haie. La mère de l’enfant n’a pas eu la force de l’allaiter à sa naissance. Il s’accroupit sous la lourde grappe, prend un pis dans la main pour faire gicler le lait. Il ignore qu’il va mourir dans une seconde. Le branle d’un sabot lui fait lâcher prise. Une ombre lui bouche le soleil. Il tend les deux bras en avant pour se protéger, écrasé par le poids gigantesque du taureau. Le mâle échappé le piétine en beuglant. L’animal le soulève de terre. Le petit hurle, se débat, fait rempart de ses mains en pure perte. L’une des cornes lui emporte la bouche. Dans sa gorge, le goût du sang se mêle à celui du lait.

Lorsqu’il reprend connaissance, immobile, l’éclat du soleil l’éblouit. Il ignore depuis combien de temps il est étendu dans l’herbe. Il cligne des yeux, vague et dépaysé. La douleur monte, déchirante. Il meurt et renaît à chaque seconde. Il est par terre, blessé, transpercé, malheureux, et personne ne vient. Personne ne vient parce que per- sonne ne sait. Il essaie d’appeler, entend sa propre voix couler de ses lèvres, impuissante. Il faut se lever, se lever et partir. Il est trop loin de la maison. Il y a long à attendre avant qu’on le trouve et le ramasse. Il bascule sur le côté, rampe sur les mains et les genoux, la bouche lourde et pendante. Elle goutte rouge sur les brins d’herbe. Il traîne après lui ses jambes. La tête lui tourne, il s’arrête, reprend son souffle. Il plante un pied en terre, se redresse, longe la haie à petits pas. Dans le creux du chemin, il voudrait courir pour rentrer plus vite. Il trottine, suffoque, doit s’arrêter, renifle à gros bouillons. Des bulles de sang crèvent à l’orée de ses narines. Il reprend sa course un peu plus loin en boitillant, s’arrête encore. Personne. Tout en marchant, il avise l’herbe du fossé. Elle non plus ne sait pas. Il regarde autour de lui, rien n’a changé depuis tout à l’heure. La lumière seule fait le paysage. Sans bruit, la nature l’enveloppe et se referme sur lui. Il baisse la tête, battu par la permanence des choses, le ciel écrasé de bleu, les nuages nacrés. Il doit exister depuis toujours, lui aussi.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

trois-grands-fauves-hugo-boris

2008