Extrait

Tétraplégique à 50 ans ; itinéraire d'une vie mouvementée
de Premoli, Bernard

Le 20/06/2017 à 10:43 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Premoli, Bernard

Editions Du Net

27/04/2017

9782312050317

248

19 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782312050317

Editeur : Editions Du Net

Prix grand format : 19 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Itinéraire d'une vie mouvementée, l'auteur trouve sa renaissance à la suite d'un accident de plongeon qui le rend tétraplégique incomplet. Une vie de voyages et de relations amoureuses, un handicap qui, loin de l'abattre, lui donne une volonté de se battre et de revivre à 50 ans. Récit d'un parcours au gré de l'actualité et des contraintes médicales. Des exemples précis de vie professionnelle comme DRH, de soins et d'aides dont peut bénéficier un handicapé.

 

Premier chapitre

I

 

 

Mon grand-père paternel Giuseppe Premoli, est né le 2 août 1877 à Senna Lodigiana, province de Lodi, en Lombardie, à environ 50 kms au sud-ouest de Milan. Il est naturalisé français par décret du 31 janvier 1910, sous le numéro 10.353.07, loi du 10 août 1927. Merci la République, Giuseppe devient Joseph. Au moment de sa naturalisation Joseph était occupé comme terrassier sur les chantiers de construction de la ligne de tramway de Gray à Jussey de juillet 1901 à mai 1903, en Haute-Saône.

Son père, Pietro, est lui aussi né à Senna Lodigiana, le 9 août 1839, fermier et fils de fermier. L’aventure au cœur, il rejoint à 18 ans le corps des volontaires italiens de Giuseppe Garibaldi qui apporta son aide à la France en guerre contre l’Allemagne. Les volontaires montèrent jusqu’en Franche Comté. Garibaldi à la tête de dix mille tirailleurs de l’armée des Vosges remporta une victoire à Dijon, les 25 et 26 novembre 1870. Pietro décède à l’hôpital de Lodi le 25 mars 1882.

Au retour de ce court épisode militaire, l’arrière grand-père Pietro a dû parler en famille des attraits de la Haute-Saône. Son fils, Joseph, s’installe en effet près d’Autet, à Quitteur, en 1897, pour trouver un boulot comme ouvrier agricole dans une ferme produisant de la pomme de terre. De cette époque la Haute-Saône a peut-être mérité son appellation de « haute patate » ! Antoine Parmentier (1737-1813), pharmacien militaire, agronome, nutritionniste, au cours de la guerre de Sept Ans, alors prisonnier en Allemagne, avait reconnu les avantages alimentaires de la pomme de terre, tubercule importé du Pérou. Mais Parmentier n’a rien à voir avec la Haute-Saône, même si nous lui devons le développement de la pomme de terre sur tout le territoire.

Actuellement en 2016 le maire de Senna Lodigiana est Francesco Antonio Premoli. Nous avons peut-être une parenté.

Joseph, alors aubergiste, trouve l’âme sœur, en la personne de Marie Hacquart, née le 29 septembre 1873. Ils se marient.

Joseph et Marie prennent le temps de concevoir deux enfants, Pierre, mon père, et Marcelle, qui épousa Henri Seurret. Pour nous ils seront Tonton Henri et Tata Marcelle !

Marie Hacquart, avant son mariage, avait été mariée à un certain Champion. Leur fille Marie épouse un Martin, une fille Jacqueline et un fils Jacques naîtront de cette union. Jacques marié à Germaine, dite Titou seront très proches de notre famille. Jacques sera le parrain de Jean-Pierre, mon frère.

Marie Acquard et son mari Champion eurent deux autres enfants, Jean et Gaston. Qui allait devenir mon parrain, mais je ne l’ai rencontré que rarement, la dernière fois quand Marcelle et son mari Henri Seurret habitaient à Butry, près d’Auvers-sur-Oise. Une baraque de vacances en préfabriqué, coincée entre la route, une voie ferrée et un cours d’eau, en crue à chaque forte pluie, un vrai trou à rats ! Ils étaient également propriétaires d’une maison sur 1500 m2 de terrain à Saint-Laurent-du-Var, en bordure immédiate de la mer.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

tetraplegique-a-50-ans-itineraire-d-une-vie-mouvementee-premoli-bernard

6458