Extrait

Sur le toit de l'enfer
de Ilaria Tuti

Le 20/10/2018 à 16:45 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Ilaria Tuti

Robert Laffont

06/09/2018

9782221218730

406

20 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782221218730

Editeur : Robert Laffont

Prix grand format : 20 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782221221228

Editeur : Groupe Robert Laffont

Prix grand format : 13,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d'un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. A côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages... et ses vêtements ensanglantés.

 

Premier chapitre

À Jasmine

 

 

« Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine

Qui vous mangera de baisers,

Que j'ai gardé la forme et l'essence divine

De mes amours décomposées ! »

Charles Baudelaire, Une charogne

« N'oubliez pas.

Nous marchons en ce monde

sur le toit de l'enfer

en regardant les fleurs. »

Kobayashi Issa

(1763-1828)

 

 

 

Autriche, 1978

UNE LÉGENDE PESAIT SUR CET ENDROIT. De celles qui s'accrochent aux lieux, comme une odeur persistante. On racontait qu'en plein automne, avant que les pluies ne se transforment en neige, le lac de montagne relâchait de sinistres exhalaisons.

Elles s'échappaient de l'eau comme de la vapeur et remontaient les pentes avec la brume matinale, aux heures où le ciel se reflétait dans le bief. C'était le paradis qui se reflétait dans l'enfer.

On pouvait alors entendre des sifflements, comme de longs hululements, envelopper l'édifice datant de la fin du XIXe siècle, sur la rive est.

L'École. C'était ainsi qu'ils l'appelaient, en bas, au village, mais au fil des époques ces murs avaient plusieurs fois changé de destination et de nom : résidence de chasse impériale, Kommandantur nazie, sanatorium pour enfants tuberculeux.

Aujourd'hui, dans les couloirs, il n'y avait plus que le silence et des murs décrépis, des stucs décolorés et les échos de bruits de pas solitaires. Et puis, en novembre, ces hululements qui surgissaient du brouillard et glissaient le long des fenêtres des étages supérieurs, jusqu'au toit à versants miroitant de givre.

Mais ces légendes ne s'adressaient qu'aux enfants et aux vieillards mélancoliques, à des cœurs trop tendres. Agnes Braun le savait bien. Elle avait élu domicile à l'École depuis trop longtemps pour se laisser impressionner par un gargouillement nocturne. Elle connaissait le craquement de chaque poutre, le grincement de chacun des tuyaux rouillés qui couraient à l'intérieur des murs, même si désormais les étages étaient en majorité fermés et les portes des salles barrées de planches clouées.

Depuis que le bâtiment était devenu un orphelinat, les subventions étatiques étaient de plus en plus comptées et aucun bailleur de fonds privé ne s'était proposé de verser la moindre somme.

Agnes traversa la cuisine située en entresol, entre les garde-manger et la buanderie. Elle poussait devant elle un chariot, le manœuvrait entre les récipients qui, d'ici quelques heures, relâcheraient des nuages de vapeurs graisseuses. Elle était seule, à cette heure qui n'était pas la nuit et pas encore le jour non plus. Ne lui tenaient compagnie que l'ombre furtive d'un rat et les silhouettes des carcasses mises à faisander, suspendues dans l'ancienne chambre froide.

Elle entra dans le monte-charge pour rejoindre le premier étage, l'aile dont elle était responsable. Depuis quelque temps, cette responsabilité suscitait en elle un trouble sans nom, comme l'abcès d'un malaise latent qui refusait de crever.

Le monte-charge grinça sous son poids et sous celui du chariot. La cage s'ébranla, entama sa montée, s'arrêta au bout de quelques mètres avec une grosse secousse. Elle ouvrit la grille métallique. Le couloir du premier étage traçait un long ruban de couleur d'un bleu poussiéreux, taché d'humidité et ponctué sur un côté de grandes fenêtres à petits carreaux.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

sur-le-toit-de-l-enfer-ilaria-tuti

6991