Extrait

Seul parmi les autres ; le sentiment de solitude chez l'enfant et l'adolescent
de Sébastien Dupont

Le 12/12/2014 à 07:37 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Sébastien Dupont

Eres

solitude

9782749211954

310

28.50 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782749211954

Editeur : Eres

Prix grand format : 28.50 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Eres

Prix grand format : 20.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
À une époque où l'on demande toujours plus d'autonomie à l'enfant, l'auteur s'intéresse à la question complexe et fondamentale du sentiment de solitude chez l'enfant et l'adolescent aux différents âges de leur développement, dans ses formes normales et pathologiques... Par le biais de cette thématique, l'auteur parcourt l'essentiel de la psychologie de l'enfant : la naissance de l'identité personnelle, la construction de l'autonomie, le rapport à autrui, la crise d'adolescence, l'autisme, la psychose, l'hyperactivité, la dépression... Dans un langage rigoureux mais accessible, l'auteur montre le caractère central du sentiment de solitude dans la vie psychique, aussi bien sous ses formes souffrantes que maturatives. Sébastien DUPONT est psychologue auprès d'enfants et d'adolescents et docteur en psychologie (Strasbourg). Préface par Serge Lesourd Volte-face par René Roussillon

 

Premier chapitre

 

 

 

 

 

 

Préface

 

 

Serge Lesourd

 

 

Seul parmi les autres...

 

Le titre de cet ouvrage pourrait, à lui seul, décrire la condition du parlêtre et le paradoxe de la vie humaine qui ne peut se dérouler sans les autres – Winnicott rappelait déjà qu’un bébé tout seul, ça n’existe pas – et qui, pourtant, est une épreuve permanente de solitude – car « Jamais tu ne me vois là d’où je te parle » (Lacan [1] ). Ce paradoxe du rapport de l’homme à la solitude, s’il a été de nombreuses fois décrit par la philosophie, la théologie, la sociologie, n’avait jusqu’à ce jour pas été abordé de manière approfondie dans le champ psychanalytique. Certes, la solitude sous ses formes souffrantes (détresse du nouveau-né, isolement dépressif ou autistique, solitude phobique…) a été souvent travaillée du côté de la psychopathologie. Certes, les travaux princeps de D.W. Winnicott sur « la capacité d’être seul » ont été repris et utilisés par de nombreux cliniciens. Mais la genèse nécessaire du sentiment de solitude et de la souffrance qui y est liée n’avait pas encore été articulée dans notre champ. Rien qu’en cela, l’ouvrage de Sébastien Dupont est fondamental, et je pense que ce livre recevra le même accueil enthousiaste et curieux que celui que j’avais réservé au jeune psychologue quand il est venu me proposer le sujet de sa thèse [2]  qui est à l’origine de ce travail. Cette thèse, disons-le (la modestie de l’homme dût-elle en souffrir), n’a pas été reçue solitairement, car elle a obtenu le Prix de thèse 2008-2009 – secteur sciences humaines et sociales, décerné par le conseil général du Bas-Rhin.

Ce prix est amplement mérité, car si Sébastien Dupont a pu construire une véritable métapsychologie du sentiment de solitude que vous découvrirez au fil des pages, il en a aussi décrit la genèse, la construction dans les différentes figures que prend l’être seul dans le développement de l’enfant, au sein de la famille d’abord, du groupe de pairs ensuite, puis dans sa vie d’adulte. En cela, le livre de Sébastien Dupont doit devenir une référence pour les cliniciens de l’enfance, car c’est sur son expérience clinique qu’il prend appui pour élaborer une théorie du sentiment de solitude et de la « capacité à être seul » qui rend compte des effets de cette solitude dans le cadre des prises en charge thérapeutiques. Les exemples cliniques qui jalonnent ce travail parleront, non seulement aux cliniciens qui accueillent ces enfants en difficulté face aux paradoxes de la solitude humaine, mais aussi à tous ceux qui, de près ou de loin, ont à faire avec le malaise des jeunes dans la cité moderne et aux effets de la nouvelle donne sociale sur l’enfance.

En effet, au-delà d’une étude clinique de la solitude, Sébastien Dupont, en étudiant ses paradoxes, nous donne des pistes pour comprendre la souffrance du sujet dans notre monde actuel. Notre organisation sociale, qui se soutient des valeurs du libéralisme (la liberté d’entreprendre), de la démocratie (la liberté de choix et le poids égal de la parole de chacun) et de l’égalitarisme (chacun vaut autant que son prochain), demande à l’individu d’être lui-même en ne se référant qu’à lui-même, soit de vivre la solitude comme l’indispensable condition de son existence. La solitude est devenue à la fois l’indicateur de la liberté du sujet, mais aussi la pathologie la plus fréquente de l’être humain, comme en témoignent le développement massif des dépressions et des suicides, mais aussi les errances des « déracinés sociaux » de plus en plus nombreux. La solitude est devenue « ontologique », comme l’écrit l’auteur dans son introduction, et ce sont les enfants et les adolescents qui sont les premiers à pâtir de celle-ci, eux qui ont justement pour tâche de s’intégrer à la société des adultes.

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

seul-parmi-les-autres-le-sentiment-de-solitude-chez-l-enfant-et-l-adolescent-sebastien-dupont

5403