Extrait

Roslend T.1
de Nathalie Somers

Le 24/11/2017 à 13:51 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Nathalie Somers

Didier Jeunesse

08/03/2017

9782278085538

336

17 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782278085538

Editeur : Didier Jeunesse

Prix grand format : 17 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782278084883

Editeur : Didier Jeunesse

Prix grand format : 7.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
En pleine Seconde Guerre mondiale, deux adolescents, Lucan et Catriona, se retrouvent au coeur d'un secret d'Etat. Le dossier Roslend est classé confidentiel : compréhensible quand on sait qu'il s'agit d'un univers parallèle et fantastique, dont le destin est étroitement lié à celui de Londres. Le sort des deux mondes repose désormais entre les mains de Lucan et de son amie.

 

Premier chapitre

Partie 1

 

 

Bouleversement

 

 

1


Alter Monde, pays de Nelbri

 

Le projectile siffla aux oreilles d’Altrïos et alla se ficher avec un bruit mat dans le tronc d’arbre voisin. Il l’avait évité de justesse. Sa respiration s’accéléra. Sans perdre une minute, il reprit sa course dans la forêt.

Bien sûr, il savait dès le départ que cette mission était risquée. Depuis que la guerre avait éclaté entre Nelbri et Roslend, les patrouilles nelbriennes avaient doublé de fréquence le long de la côte. Traverser la mer des Sables ondulants était le moyen le plus direct pour les Roslendiens de s’introduire en Nelbri. Altrïos n’était pas le premier à tenter l’aventure. D’autres espions avant lui étaient passés par là. Mais ils s’étaient fait prendre ou étaient revenus bredouilles. Alors Altrïos avait décidé de se charger lui-même de cette mission de la plus haute importance. Il était maître espion, et ses particularités physiques lui permettaient de réussir là où tant d’autres échouaient. Du moins, c’est ce qu’il avait cru jusqu’alors.

Une nouvelle flèche fendit l’air. Son ouïe exceptionnelle, une fois encore, lui sauva la mise. Il effectua une série de roulés-boulés fluides et rampa dans un fourré pour reprendre son souffle.

Et réfléchir.

La mission avait très mal tourné. Les codes qu’il était censé récupérer étaient tombés dans les eaux boueuses du fleuve avec son contact. Ce dernier n’était qu’à une dizaine de mètres de lui lorsqu’il avait vu ses yeux s’écarquiller tout grand. Un javelot venait de lui transpercer le thorax et il avait titubé en silence avant de basculer par-dessus la rambarde du pont. Inutile de chercher à lui porter secours ou à récupérer les précieux codes : des cris et des coups de sifflet avaient retenti dans la nuit, tout proches. Alors il avait tourné les talons et couru à toute vitesse en direction de la forêt, sous une pluie de carreaux d’arbalète.

Était-ce la faute à une trahison ou à un manque de chance ? Peut-être ne le saurait-il jamais. Ce qui était incroyable cependant, c’était que les archers nelbriens puissent encore le repérer dans l’obscurité de cette nuit sans lune. Altrïos n’avait rien laissé au hasard lors de sa préparation : vêtements sombres, visage et cheveux teints en noir, il n’aurait dû être qu’une ombre parmi les ombres. Seule note de couleur : ses iris rouges qui se détachaient comme deux pierres précieuses sur le blanc de ses yeux. Des yeux qui lui permettaient de voir de nuit comme en plein jour. Des yeux d’Albin.

Une douleur à l’épaule lui rappela soudain qu’il avait chuté dans les rochers quelques instants plus tôt. Un coup d’œil à son dos lui fit comprendre ce qui l’empêchait de passer inaperçu : sa tunique s’était déchirée sur une bonne trentaine de centimètres, laissant apparaître une coupure sur une peau si blanche qu’elle paraissait luire dans la nuit. C’était une invitation au tir. Malgré la souffrance, Altrïos pressa la plaie pour barbouiller de sang son épiderme. Puis, tandis que des cris et des ordres résonnaient dans son dos, il reprit sa course folle. Bientôt, il regagna confiance. Désormais privés de cible visible, ses poursuivants se retrouvaient tributaires de torches peu performantes pour retrouver sa trace.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

roslend-t-1-nathalie-somers

6612