Extrait

Beautiful stranger
de Christina Lauren

Le 06/10/2013 à 13:22 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Christina Lauren

Hugo

littÉrature anglo-saxonne

10/10/2013

9782755613674

386

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782755613674

Editeur : Hugo

Prix grand format :

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Hugo Roman

Prix grand format : 7.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Après avoir suivi les aventures de Bennett et Chloé dans Beautiful Bastard, voilà maintenant l'histoire de Sara Dillon, une amie de notre précédente héroïne et du séducteur anglais, Max Stella, rencontré à New York.
En rompant avec son petit ami infidèle, et filant s'installer à Manhattan, Sara a décidé de reprendre sa vie en main. Nouveau travail, nouvelle vie et nouvelle attitude : les hommes c'est fini, au moins pour une relation durable.
A peine arrivée, elle va pourtant tomber sur un superbe spécimen masculin d'origine britannique, Max Stella, connu du tout New York pour son amour des femmes. Jamais une seule n'a su le retenir. Jusqu'à Sara, et les photos coquines qu'elle le laisse prendre d'elle, il ne s'était jamais posé la question de construire un couple.
Face au charme viril de Max, Sara sait que finalement elle ne renoncera pas à tous les plaisirs que les hommes peuvent lui offrir...

 

Premier chapitre

Prologue

 

En finir avec ma vie passée à Chicago n'a pas été de tout repos. Une véritable déflagration.
Pour être honnête, j'y suis un peu pour quelque chose... En une semaine, j'ai vendu ma voiture, quitté ma maison et un petit copain sans intérêt. Et même si j'ai rassuré mes parents, super protecteurs, en leur assurant que je savais ce que je faisais, j'ai attendu d'être à l'aéroport pour appeler ma meilleure amie et lui dire que je la rejoignais.
Tout cadre parfaitement. Tout est parfaitement clair, maintenant.
Je suis prête pour un nouveau départ.
— Chloé ? C'est moi.
Ma voix tremble, je lance un regard circulaire dans le terminal. « Je pars pour New York. J'espère que ça tient toujours pour le job. »
Elle se met à hurler d'excitation, laisse tomber son téléphone. Je l'entends dire à quelqu'un, là-bas, que tout va bien.
— Sara arrive ! s'écrie-t-elle.
J'ai des papillons dans l'estomac à la simple idée de me lancer avec eux dans cette nouvelle aventure. « Elle a changé d'avis, Bennett ! »
On applaudit de l'autre côté du fil. Bennett grommelle quelque chose que je ne comprends pas.
— Qu'est-ce qu'il a dit ?
— Il a demandé si Andy venait avec toi.
— Non.
Je m'arrête un instant. Je repousse le malaise qui envahit ma gorge. Je suis restée six ans avec Andy. J'ai beau être heureuse d'en avoir fini avec cette histoire, le virage que prend mon existence est trop spectaculaire pour que j'y croie tout à fait.
— Je l'ai quitté.
Elle soupire :
— Et tu tiens le choc ?
— Ouais !
C'est vrai. Je ne me rends pas encore compte à quel point.
— Je pense que c'est vraiment une très bonne chose... Elle laisse la phrase en l'air, écoute Bennett parler. « Bennett dit que tu vas filer à travers le pays comme une comète. »
Je me mords la lèvre en retenant une grimace.
— Ne nous emballons pas. Je suis tout juste à l'aéroport.
Chloé pousse des petits cris stridents et puis me promet de venir me chercher à La Guardia.
Je souris et raccroche. Je tends mon billet d'avion à une hôtesse de l'air. Une comète, c'est trop déterminé, trop bien piloté. Je me vois plutôt comme une étoile un peu fatiguée, à court de carburant. Je me recroqueville sur moi-même sous l'effet de ma propre gravité. Je n'ai plus assez d'énergie pour ma vie trop parfaite, mon job trop prévisible, ma relation sans passion – épuisée, à seulement vingt-sept ans. Ma vie à Chicago s'est éteinte toute seule, comme une étoile morte. Il est temps de partir.
Les étoiles les plus importantes laissent des trous noirs derrière elles. Les petites, d'infimes traces blanches. J'abandonne à peine une ombre à Chicago. J'emporte toute la lumière.
Je suis prête à repartir comme une comète : me ravitailler, me rallumer et filer dans le ciel.

 

 

Chapitre 1

 

— Tu mets la robe argentée ou je te tue ! me crie Julia du coin-cuisine, comme je l'appelle. Un espace certainement pas assez grand pour le considérer comme une cuisine à part entière.
Je suis passée d'une maison victorienne pleine d'échos et de recoins, dans la banlieue de Chicago, à un appartement adorable de l'East Village. De la taille de mon salon. J'exagère à peine. Ça a l'air encore plus petit depuis que j'ai déballé mes cartons et tout installé, avec mes deux meilleures amies au milieu. Le salon-salle à manger-coin-cuisine est encadré par d'immenses baies-vitrées – mais ça fait plus aquarium que palace. Julia est en ville pour le week-end et la fête de ce soir, et elle m'a déjà demandé dix fois pourquoi j'ai choisi un appartement si petit.
À vrai dire, je l'ai choisi parce qu'il est différent de tout ce que j'ai connu jusque-là. C'est aussi la première chose qu'on trouve quand on arrive à New York sur un coup de tête.
Devant le miroir de la chambre, je tire sur l'ourlet de la minirobe à sequins. Mes jambes, qu'on voit dans leur intégralité, sont pâles à faire peur. Et je vais montrer ça ce soir ? Je me gifle intérieurement : mon premier réflexe a été de me demander si Andy trouverait ça trop voyant. En fait, je réalise que j'adore l'idée. Je dois absolument me débarrasser de ces vieux automatismes qui me renvoient à Andy. Au plus vite.
— Donne-moi une seule bonne raison de ne pas porter ça ce soir !
Chloé entre dans la chambre, sa robe d'un bleu profond flotte autour d'elle comme une aura. Elle est éblouissante, comme d'habitude.
— Je n'en vois aucune. On va boire et danser : montrer ses jambes, c'est la base.
— Mes jambes jusqu'en haut des cuisses ? J'en suis encore au stade « fille fraîchement célibataire et coincée ».
— Il y aura plein de filles là-bas qui se baladeront les fesses à l'air. Tu n'auras rien d'une extraterrestre avec une robe même ultra-courte, si c'est ce qui t'inquiète. D'ailleurs, il est trop tard pour changer d'avis : la limousine est en bas, conclut-elle, en jetant un coup d'œil à la rue, par la fenêtre.
— C'est toi qui devrais montrer tes fesses, après trois semaines en France à bronzer nue au soleil, un cocktail à la main !
Chloé me sourit avec un clin d'œil et serre mon bras :
— On y va, ma belle. J'ai passé ces dernières semaines avec BB1, je suis plus impatiente que jamais à l'idée de passer une soirée entre filles !
Nous nous installons dans la voiture qui nous attend et Julia débouche le champagne. Après une gorgée de bulles pétillantes, j'ai l'impression que le monde s'évapore. Rien n'existe plus à part trois jeunes amies dans une limousine qui dévale les rues à vive allure pour célébrer un nouveau départ.
Et, ce soir, on ne fête pas seulement mon arrivée : Chloé Mills va se marier, Julia est là en week-end et la nouvelle Sara célibataire doit vivre un peu.
~

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

precommande-beautiful-stranger-christina-lauren

2066