Extrait

Nitro mountain
de Johnson, Lee Clay

Le 08/01/2018 à 09:16 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Johnson, Lee Clay

Fayard

30/08/2017

9782213701400

292

20.90 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782213701400

Editeur : Fayard

Prix grand format : 20.90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782213702971

Editeur : Fayard

Prix grand format : 10.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Dans une ancienne région minière des Appalaches ravagée par la pauvreté, l'ombre de Nitro Mountain s'étend sur la cohorte de laissés pour compte, junkies, piliers de comptoir, vauriens et marginaux sublimes qui y vivent. Jones, un musicien bluegrass qui se donne avec son groupe dans des bars glauques, prend sous son aile Leon, un jeune homme paumé qui ne se remet pas de sa rupture avec la séduisante, torturée et bouleversante Jennifer. Celle-ci a eu la mauvaise idée de tomber sous la coupe d'Arnett, un truand psychopathe aussi terrifiant que fascinant, reconnaissable au tatouage Daffy Duck qu'il porte au cou. Quand Turner, ex-flic cinglé à la gâchette facile qui a troqué son arme de service pour une arbalète, se met en tête d'arrêter Arnett, suspecté de meurtre, afin de regagner son insigne, les choses ont déjà commencé à tourner à l'aigre.

Un roman noir pénétrant, des personnages tordus, désespérés, et diablement attachants : Lee Clay Johnson fait une entrée fracassante en littérature à travers ce récit envoûtant, imbibé de whiskey et de drogues dures, sur fond de musique country. traduction Nicolas Richard

 

Premier chapitre

Pour East Hundred

 

 

1


On était assis dans mon pick-up, devant le diner où elle travaillait. Greg, son patron, avait convaincu tout le monde qu’il était un génie.

« Il est vraiment intelligent, a lancé Jennifer. Tu sais ce qu’il m’a dit, hier, quand j’étais dans la cuisine ? » J’ai baissé la vitre pour faire entrer de l’air frais. Elle a sorti son poudrier de la boîte à gants, a fait pivoter le rétroviseur et s’est poudré le nez. Des phares de voiture sont apparus, loin derrière nous. « Tu t’en fiches complètement, a-t-elle dit.

— Nan, ça m’intéresse, ai-je dit. J’aimerais lui casser la figure. » Les phares se rapprochaient.

« Ouais, c’est ça. Tu te souviens la fois où tu as trouvé un écureuil blessé ? »

Je me suis tourné et j’ai vu passer à notre hauteur à toute vitesse un Tacoma surélevé avec, sur le plateau arrière, une cage métallique pour chiens. Des aboiements et des hurlements se sont enroulés autour de nous, puis éloignés, tandis que les phares arrière prenaient le virage suivant.

« C’était un bébé. Il était perdu. Il m’a trouvé.

— Tu as pleuré quand il est mort.

— Ça remonte à un bout de temps, ai-je dit.

— De toute façon, t’as jamais chassé.

— Je pêche.

— Oui, enfin, tu attrapes les poissons et tu les relâches.

— J’attrape les poissons et je les garde, chérie », ai-je dit, en avançant la main vers son jean.

Elle a repoussé ma main d’une tape. Choisir de ne pas chasser, par ici, était plus dur que pratiquer la chasse, vu toutes les conneries que les gens racontaient si tu n’allais pas patauger en tenue orange dès l’ouverture de la saison du cerf. « Arrête de batifoler avec Greg, ai-je dit.

— Tiens donc, regardez-moi ça, monsieur est jaloux. » Elle m’a caressé le bras.

La main sur le menton, j’ai tourné la tête de côté, au point d’en avoir mal, et je suis resté comme ça jusqu’à ce que ma nuque craque. Elle n’allait même pas m’embrasser. Quand les choses prenaient cette tournure entre nous, j’avais pour habitude de me faire mal sous ses yeux. Histoire de voir si ça la ferait réagir.

Elle a chantonné dans son coin, a regardé sa montre. « Arrange-toi pour pas être là quand je sortirai, a-t-elle dit.

— Mais tu vas faire comment si je suis pas là ?

— C’est fini entre nous. Je m’en vais.

— S’il te plaît, ai-je imploré. Non. »

Elle s’est avancée vers le diner sans se retourner, a passé une main dans ses cheveux, à la porte, et vérifié qu’elle était belle avant d’entrer. Elle était belle. On voyait à peine le soleil dans le ciel en cette fin novembre. Des nuages se dispersaient au-dessus des montagnes, au nord-ouest. La nuit tombait très tôt à cette période de l’année, il n’y avait jamais vraiment beaucoup de jour.

La ville était dans l’ombre des collines. Une route dans un sens, une route dans l’autre, et le malheureux croisement était la place principale, avec un palais de justice en briques, qui avait connu des jours meilleurs. Le bureau de poste de Bordon, la bibliothèque, des devantures vides et un ou deux magasins qui n’avaient pas encore mis la clé sous la porte. Et ensuite, le Dairy Queen abandonné, la résidence où habitait ma sœur et ce diner, au nord de la commune, sur la 231 en direction de Nitro Mountain, où se trouvaient la station-service et l’épicerie Foodville. Telles étaient les dernières expansions urbaines, si on pouvait dire. Puis le paysage se dégageait. Ma famille habitait par là-bas. Toutes les routes et les maisons semblaient écrasées par les contreforts, sur le point d’être ensevelies. À l’ouest toute, les montagnes égratignaient le ciel. La nuit, on apercevait une lumière rouge au sommet de Nitro Mountain.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

nitro-mountain-johnson-lee-clay

6650