Extrait

Mes voisins les Goolz t.1 ; sale nuit pour les terreurs
de Gary Ghislain

Le 13/02/2018 à 06:55 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Gary Ghislain

Seuil Jeunesse

février 2018

9791023509182

272

12.90 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9791023509182

Editeur : Seuil Jeunesse

Prix grand format : 12.90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9791023509199

Editeur : Seuil Jeunesse

Prix grand format : 12.90..1.77182477...

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Quand Frank Goolz et ses filles, Ilona et Suzie, emménagent dans la maison voisine, Harold espère simplement que sa vie va devenir plus amusante.
Mais chez les Goolz, des lampes s'allument sans raison et les objets bougent tout seuls...
Et lorsque Ilona lui confie la Pierre des Morts, un objet magique très puissant, Harold sait que rien ne sera plus comme avant.
Mais attention ! Mal utilisée, la Pierre peut se révéler très dangereuse.
Et justement, les terreurs de l'école commencent à disparaître...
Harold, sans le savoir, aurait-il réalisé ses désirs les plus sombres ?
(traduction, Isabelle Perrin)

 

Premier chapitre

Pour Ilo, Sisko et Elsa,

les étoiles de mon firmament

 

 

« Ô peuple des étoiles ! Je suis un homme debout près de la rivière, les yeux levés vers le ciel. Comme ces étoiles scintillent au firmament ! Comme leur lumière se projette loin, plus loin qu’il ne m’est possible de voir ! Et qu’en est-il des choses cachées ? »

Livre des morts des anciens Égyptiens

 

 

1


Au-delà du pont

 


* * *

 

 

Cela fait des semaines que ma mère est obnubilée par Frank Goolz.

– Viens avec moi, on va aller se présenter ! m’a-t-elle lancé depuis le rez-de-chaussée. J’ai entendu dire que c’est quelqu’un d’adorable. Fou comme un lapin, mais très gentil.

– T’as entendu ça où ? ai-je crié depuis ma chambre.

J’étais assis devant mon ordinateur pour chercher Frank Goolz sur Google, parce que je suis encore plus obnubilé qu’elle.

– Mais partout !

Une photo de lui, qui accompagnait une interview parue dans le New York Times, s’affichait sur l’écran. Pour une superstar de la littérature, il avait l’air aimable et accessible : un homme d’âge mûr avec une tignasse poivre et sel, qui souriait gentiment tout en braquant sur moi des yeux bleus au regard intense.

– Harold, j’ai fait un cheesecake ! Allez, viens !

J’ai repoussé mon fauteuil du bureau et réalisé une pirouette assez cool sur les roues arrière, puis je me suis propulsé jusqu’à l’escalier.

Maman était dans l’entrée, cheesecake dans les mains, vêtue de son imperméable jaune poussin et de bottes en caoutchouc assorties qui lui montaient aux genoux. On aurait dit un canari géant.

– Tu comptes y aller habillée comme ça ?

– Je te signale que tu es encore en pyjama, bananouille.

– Chère mère, sachez que je décline votre invitation, ai-je dit en imitant son accent anglais.

Depuis plusieurs années que nous habitons dans le Maine, aux États-Unis, mon accent à moi s’est complètement américanisé.

– Je vous envoie en ambassadeurs, ton cheesecake et toi. Souhaitez-lui la bienvenue sur nos rives et rappelez-lui d’éviter les sables mouvants à marée basse.

Maman est une passionnée de lecture, et moi aussi. Notre maison est une bibliothèque qui s’agrandit chaque jour. Quand nous avons appris que Frank Goolz avait acheté la propriété voisine, nous sommes allés dans notre librairie préférée de Bay Harbor commander une bonne dizaine de ses romans d’horreur. Nous les avons dévorés dès réception, allongés côte à côte sur le canapé, en lisant tout haut à l’autre les passages les plus effrayants.

– Mais pourquoi tu ne veux pas venir ? Tu adores ses livres ! a-t-elle insisté en ouvrant la porte. Viens et dis-le-lui. Il sera ravi.

– Non, non, c’est bon.

J’ai appuyé sur le bouton et fait joujou avec le monte-escalier, l’envoyant en bas avant de le remonter. Je mourais d’envie de rencontrer Frank Goolz et de lui dire que j’adorais ses romans. Il écrit de formidables histoires sur d’étranges vieux manoirs, des greniers inquiétants, des poupées vaudoues ensorcelées et des momies meurtrières dans des contrées exotiques. Des histoires effrayantes, exaltantes et pleines de folles aventures que je rêve de vivre. Mais voilà précisément pourquoi je ne veux pas le rencontrer dans la vraie vie. Lui est un aventurier, un explorateur, un chasseur de mystères, un homme aux mille légendes et aux livres presque aussi nombreux. Moi, je ne suis qu’un ado en fauteuil roulant.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

mes-voisins-les-goolz-t-1-sale-nuit-pour-les-terreurs-gary-ghislain

6712