Extrait

Mer agitée
de Christine Desrousseaux

Le 13/07/2017 à 10:03 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Christine Desrousseaux

Kero

15/03/2017

9782366582970

232

18.90 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782366582970

Editeur : Kero

Prix grand format : 18.90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782366583007

Editeur : Kero

Prix grand format : 18.90...75083518....

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Sur une plage désertée par les estivants, Jean se plonge dans l'eau glacée. Quel que soit le temps, il part nager, pour oublier son corps trop vieux, oublier son petit-fils Léo, enfermé dans sa chambre et replié sur lui-même depuis son retour d'Afghanistan. Léo qui crie la nuit, Léo qui lui fait peur. A quel moment s'est envolé l'enfant rieur dont il était si proche ? Le jour où sa mère a disparu sans laisser de traces ? Ou lors de l'une de ses missions ?
Un soir, Léo, ivre, agresse une jeune fille. Il s'en tire à condition de présenter ses excuses. Mais quand une adolescente disparaît quelques jours plus tard, Jean va devoir affronter les gens du village qui voient en Léo un suspect idéal et deviennent de plus en plus hostiles. Lui-même commence à douter : et si ce petit-fils tant aimé avait commis l'irréparable ?

Sur une presqu'île battue par les vents du Nord, un grand-père essaie de prouver l'innocence de son petit-fils, envers et contre tout. Christine Desrousseaux nous offre un roman prenant et émouvant, rythmé par les saisons et les marées.

 

Premier chapitre

« Personne ne peut nier que savoir nager, c’est une conquête d’existence. C’est fondamental, vous comprenez ! Moi, je conquiers un élément. Ça ne va pas de soi de conquérir un élément. Je sais nager, je sais voler. Formidable ! Qu’est-ce que ça veut dire ? C’est tout simple : ne pas savoir nager, c’est être à la merci de la rencontre avec la vague. »

Gilles Deleuze,

cours sur Spinoza, université Paris-VIII.

 

 

Journal de mes baignades

 

 

12 septembre


La mer est lisse et grise. Un miroir que je pourrais briser en y posant le pied. Mais non. Le miroir se fend pour me laisser passer. L’eau est froide, beaucoup plus froide que ce que j’avais imaginé. Un froid que mon corps ne reconnaît pas, peine à identifier. Un froid qui brûle. Deux anneaux de feu enserrent mes chevilles. Je m’immobilise. À gauche, une pointe de rochers presque noirs, à droite la plage de sable qui se déploie, droit devant, l’horizon, ligne nette qui délimite le ciel de l’océan. La mer est basse. Il n’y a pas de vent, une odeur d’algues en décomposition plane dans l’air. C’est tout ce qu’il y a à dire.

J’avance à nouveau. L’eau atteint mes cuisses, mon sexe se recroqueville. Il y a dans ce froid quelque chose de dur, une épaisseur, comme si l’eau n’était pas un élément liquide, qu’elle contenait des épées brillantes et acérées prêtes à me transpercer.

Quand l’eau atteint ma taille, je m’immerge en poussant une plainte inarticulée, mon cœur se gonfle. Il lutte contre l’agression que je lui fais subir. Dans ma poitrine, il doit être écarlate, une grosse balle semble y battre, elle accélère le mouvement.

Je nage. Pas longtemps. La brasse, tête levée haut pour éviter les éclaboussures. Je me sens malhabile, mes gestes sont rouillés. Depuis quand je ne me suis pas baigné ? Je ne sais plus. Mes cervicales vont encore me faire souffrir, voilà ce que je vais y gagner.

Quand je sors de l’eau, ma peau est rouge. Je ne sens plus rien. Anesthésié. Léger soudain. Comme si j’avais laissé l’enveloppe de mon corps là-bas, dans les vagues, la pesanteur du corps. C’est une sensation pas désagréable. En quelques pas, j’ai retrouvé ma serviette en éponge posée sur le dos d’un rocher et mes tongs. Je respire vite, comme si j’avais couru. Il n’y a personne sur la plage. Les estivants sont partis, tout le monde est parti.

 

 

13 septembre


Marée haute. Des vagues vertes et rondes, ourlées de blanc. Elles sont joueuses, les diablesses. Elles viennent se jeter sur mon ventre avec un entrain communicatif. Je sautille pour déjouer leurs ruses quand l’une, plus haute, plus téméraire, tente de me surprendre. Est-ce un effet de ce bouillonnement, l’eau me semble moins froide qu’hier.

Je ne nage pas, je me laisse porter par la houle, comme dans les bras d’une femme qui me ferait danser. À moins qu’ils ne me bercent ? Non, le rythme de la danse plutôt, qui emporte, qui fait briller les yeux. Mon corps est délesté de ses raideurs, délesté de ce bagage de l’âge qui encombre ma vie, la ralentit. L’âme de l’homme jeune que j’ai été refait surface en moi.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

mer-agitee-christine-desrousseaux

6483