Extrait

Maria
de Angélique Villeneuve

Le 08/02/2018 à 08:32 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Angélique Villeneuve

Grasset Et Fasquelle

07/02/2018

9782246813439

198

17 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782246813439

Editeur : Grasset Et Fasquelle

Prix grand format : 17 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782246813446

Editeur : Grasset

Prix grand format : 11,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Dans le cœur de Maria, il y a d’abord Marcus, son petit-fils de trois ans. Ensemble, ils guettent les oiseaux, collectionnent les plumes et s’inventent des mondes.

À l’arrivée d’un deuxième enfant, les parents de Marcus font un choix radical. Nul ne saura le sexe du nouveau-né. Ni fille, ni garçon, leur bébé sera libéré des contraintes de genre.

Maria est sous le choc. Abasourdie, abandonnée, elle se débat pour trouver sa place et ses mots. Reste l’éblouissement de l’amour pour Marcus, restent les oiseaux dont les ailes les abritent. Mais pour combien de temps ?

 

Premier chapitre

À mes filles, si belles

 

 

Leurs ailes sont les miennes, rien n’existe

Que leur vol qui secoue ma misère

PAUL ÉLUARD, « Leurs yeux toujours purs »,

in Capitale de la douleur.

 

 

Tant de nuits ont passé depuis celle où le bébé est arrivé, où William est parti.

Allongée dans son lit, elle se tient les yeux grands ouverts dans l’immensité noire, les jambes raides comme deux spatules de bois. La couette est remontée à la limite inférieure des cils. Il fait nuit dans la chambre, à peine, le long de la fenêtre dont les stores sont baissés, un filament de lumière blanche perce-t-il la matière de l’obscurité.

Maria ne dort pas alors qu’il est sûrement très tard, peut-être quatre heures du matin ou même cinq heures ou même trois, la nuit la pente est trompeuse, elle dévale et puis ralentit au moment où l’on voudrait que le temps s’accélère.

De toutes ses forces, elle essaie de ne pas penser et fait remonter du fond de sa mémoire une méthode pour dormir indiquée autrefois par Céline. Il s’agit de visualiser l’une après l’autre les parties de son corps pour les laisser prendre la place des raisonnements parasites qui aspirent le sommeil. Pieds, chevilles, mollets, genoux – et il faudrait continuer pour faire le tour d’un corps avec lequel le contact semble perdu depuis des mois, des années.

Maria s’efforce d’échapper à ce qui gronde en elle, voudrait basculer en arrière, mais c’est trop difficile. Ventre et côtes et poumons et seins ont perdu leur stabilité, ils flottent dans un corps en gelée qui se mêle au drap, au matelas, à la dense opacité de la pièce.

Elle doit lâcher prise, elle sait qu’elle est déjà, qu’elle est encore, en train de réfléchir et qu’un mot va jaillir dans l’obscurité. Lorsque celui-ci sera prononcé, il faudra se lever. Elle le sent comme elle sentirait une douleur se hisser, un vomissement prochain.

 

Ça vient. Sous le tissu fleuri, Maria ouvre la bouche, dégage son menton et articule enfin. Les mots sont deux et très simples, ils écartent le noir.

Les oiseaux.

Ces seules syllabes la font se rassembler d’un coup, comme elle l’avait prévu. Pieds, chevilles, mollets, genoux, bassin et ventre et côtes et poumons, seins, épaules, cou, tête et bras. Un corps vieux de cinquante-huit ans. Celui de Maria, retrouvant le flux de son sang.

 

Elle se lève. Dans la salle de bains, elle allume la lumière, cligne des yeux, éblouie, ouvre en grand la porte du placard, dirige ses pas vers le salon pour en revenir aussitôt, remorquant une chaise au bout de son bras nu. Elle y monte et étire chaque centimètre de son squelette vers l’étagère supérieure. Elle ne pense à rien, elle grandit, elle est dans les gestes.

 

Presque neuve bien qu’ancienne, poudrée d’une mousseline de poussière, la valise est ouverte au milieu du lit.

Tant de questions viennent à l’esprit dès lors qu’il s’agit de préparer son bagage. Choses inutiles, choses à ne pas oublier.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

maria-angelique-villeneuve

6708