Extrait

Les tout petits bonheurs
de Henry Fraser

Le 27/06/2018 à 12:29 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Henry Fraser

Larousse

11/04/2018

9782035950734

158

15 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782035950734

Editeur : Larousse

Prix grand format : 15 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782035956200

Editeur : Larousse

Prix grand format : 10,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Les difficultés font partie de la vie, mais la défaite n'est pas une fatalité.
Henry Fraser n'avait que 17 ans lorsqu'un terrible accident lui a irrémédiablement endommagé la colonne vertébrale. Paralysé des pieds aux épaules, il a surmonté d'inimaginables obstacles pour réapprendre à aimer la vie et s'adapter à son nouveau quotidien.
Dans ce récit, Henry dévoile les enseignements qu'il a retirés de ce cauchemar, et plus précisément la nécessité de déceler les cadeaux que nous fait la vie à travers les difficultés qu'elle pose sur notre chemin. Il nous encourage à nous dépasser et à toujours trouver les aspects positifs en toute chose, même lorsque les épreuves nous tombent dessus.
A travers ce témoignage tendre et inspirant, Henry nous prouve que chaque jour mérite d'être vécu.

 

Premier chapitre

À ma mère, mon père et mes frères, Tom, Will

et Dom, qui ont toujours été là pour moi.

Vous m’avez énormément donné de votre vie

afin que je puisse vivre la mienne. Sans vous,

je ne sais pas où je serais aujourd’hui.

 

À mes amis, qui ont toujours été là depuis

le début de cette aventure. Vous n’avez

jamais vu mon handicap comme un obstacle,

mais comme un moyen de nous forger de

nouveaux souvenirs ensemble.

 

 

Préface

 

Henry Fraser est l’une des personnes les plus remarquables que j’aie jamais rencontrées.

Avant cet accident qui a transformé sa vie à jamais, déjà, Henry était intelligent, talentueux et beau garçon, autant de qualités que nous serions nombreux à considérer comme amplement suffisantes. Les circonstances ne s’étaient pas encore décidées à révéler quelle personne exceptionnelle il est en vérité. Puis il est parti en vacances avec ses amis, a plongé dans l’océan, et en une seule seconde, tout a changé.

C’est par hasard que je suis tombée sur l’histoire d’Henry. Je me promenais sur le site web du club de rugby des Saracens, à la recherche de certains détails sur une pièce d’équipement pour un polar que j’écrivais. L’histoire d’Henry m’a interpellée, et comme le font souvent les romanciers en phase de recherche, j’ai promptement abandonné ce que j’avais à faire pour lire quelque chose de bien plus intéressant.

Quelques semaines plus tard, mon ami et agent, Neil Blair, a commencé à me raconter l’histoire d’un jeune homme qu’il venait juste d’accepter comme client. Cette histoire m’a paru très familière. « Neil, ton jeune auteur, ce n’est quand même pas Henry Fraser ? »

Et donc, grâce au prétexte de cet agent que nous avons en commun, j’ai pris contact avec Henry. Nous avons un peu discuté en ligne, pour nous rencontrer enfin dans le cadre de son exposition qui retrace son aventure de peintre de la bouche, de ses premiers dessins à ses magnifiques tableaux pleinement accomplis. Ce soir-là, il a prononcé un discours qui, j’en suis sûre, a marqué les esprits de son auditoire. Ce qu’il y avait de plus stupéfiant chez lui et dans ses propos, c’était son honnêteté, sa modestie, et le flegme avec lequel il décrivait son accident et cette nouvelle vie qui lui est tombée dessus, à laquelle il a dû s’adapter, et dont il a décidé de tirer le meilleur.

Je suis abonnée au compte Twitter d’Henry et je discute souvent avec lui via la messagerie. Face à lui, la plupart des gens réagissent de la même manière que moi : avec une admiration teintée d’émerveillement. Pourtant, il lui arrive d’avoir à se dépêtrer d’une attention d’un autre genre. Une femme lui a lancé qu’il avait été puni pour sa stupidité, parce que c’est idiot de piquer une tête dans l’océan là où on a pied. Un homme a cherché à l’humilier en le faisant passer pour un imposteur – comment pouvait-il utiliser Twitter, s’il était vraiment paralysé ?

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

les-tout-petits-bonheurs-henry-fraser

6835