Extrait

Les soeurs de Fall River
de Sarah Schmidt

Le 14/06/2018 à 10:08 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Sarah Schmidt

Rivages

07/03/2018

9782743643119

360

23 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782743643119

Editeur : Rivages

Prix grand format : 23 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782743643126

Editeur : Éditions Rivages

Prix grand format : 23.00...77324492....

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
D'un crime réel très célèbre en Amérique, Sarah Schmidt a fait un roman passionnant, best-seller en Australie et en Angleterre. A la fin du XIXe siècle, à Fall River (Massachussets), un couple sans histoires est retrouvé massacré à la hache dans sa propre maison. Rapidement, les soupçons se portent sur l'une des filles des Borden, Lizzie. Tour à tour, chaque protagoniste du drame prend la parole : la bonne, un témoin inconnu, Lizzie, sa soeur... Le roman devient alors une fascinante plongée dans les profondeurs de l'âme humaine et dans les secrets d'une famille.
traduction Mathilde Bach

 

Premier chapitre

Pour Cody.

Et pour Alan et Rose, qui sont partis

avant que j’aie eu le temps de terminer.

 

 

« L’amour devient trop petit, comme le reste On le range dans un tiroir. »

Emily DICKINSON

 

Knowlton : « Vous êtes en bons termes avec votre belle-mère depuis ? »

Lizzie : « Oui, monsieur. »

Knowlton : « Une relation cordiale ? »

Lizzie : « Cela dépend de l’idée qu’on se fait de la cordialité, sans doute. »

Interrogatoire de Lizzie Borden

 

 

PREMIÈRE PARTIE

 

 

1


LIZZIE


4 août 1892


Il saignait encore. J’ai crié : « Quelqu’un a tué Père ! » Il y avait une odeur de pétrole dans l’air, un film visqueux sur mes dents. Le tic-tac de la pendule sur la cheminée qui résonnait dans la pièce. J’observais Père, ses mains cramponnées à ses cuisses, le petit anneau doré sur son doigt rose, brillant comme un soleil. Je le lui avais offert pour son anniversaire, car je m’en étais lassée. « Papa, avais-je déclaré, je te donne cet anneau parce que je t’aime. » Il avait souri et déposé un baiser sur mon front.

C’était il y a bien longtemps.

J’ai regardé Père. Touché sa main en sang, combien de temps faut-il à un corps pour refroidir ? et me suis penchée au-dessus de lui, cherchant son regard, guettant un clignement d’œil, un éclair de reconnaissance. Je me suis essuyé la main sur le visage, elle avait le goût du sang. Mon cœur battait au rythme d’un cauchemar, au galop, au galop, et j’ai regardé Père à nouveau, suivi le cours de la rivière de sang qui dévalait le long de son cou et disparaissait dans le tissu de son costume. Sur la cheminée, la pendule tictaquait. Je suis sortie de la pièce, j’ai refermé la porte derrière moi et gagné l’escalier de service, d’où j’ai appelé Bridget une seconde fois : « Vite ! Quelqu’un a tué Père. » Je me suis passé la main sur la bouche, et léché les dents.

Bridget est descendue, traînant derrière elle une odeur de viande rassie. « Mademoiselle Lizzie, que…

– Il est dans le petit salon. » J’ai pointé mon doigt à travers les murs épais, sous les couches de papier peint.

« Qui ? » Le visage de Bridget, piquée par la confusion.

« J’ai cru qu’il s’était blessé mais je n’étais pas sûre de la gravité du problème jusqu’au moment où je me suis approchée. » La chaleur à couper au couteau de l’été me montait au cou. Mes mains étaient engourdies de douleur.

« Mademoiselle Lizzie, vous me faites peur.

– Père est dans le petit salon. » Difficile d’en dire davantage.

Bridget s’est précipitée de l’escalier de service vers la cuisine, je l’ai suivie. Elle a couru jusqu’à la porte du petit salon, posé la main sur la poignée, tourne-la, tourne-la.

« Son visage a été découpé. » Une partie de moi avait envie de la pousser à l’intérieur, de la forcer à voir ce que j’avais découvert.

Elle a éloigné la main de la poignée et s’est retournée, posant sur moi ses yeux de chouette. Un ruisseau de sueur perlait de sa tempe à son col. « Comment ça ? » a-t-elle demandé.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

les-soeurs-de-fall-river-sarah-schmidt

6825