Extrait

Les prisonniers de la nuit
de Johan Heliot

Le 08/03/2018 à 10:19 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Johan Heliot

Seuil Jeunesse

08/03/2018

9791023508802

304

16 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9791023508802

Editeur : Seuil Jeunesse

Prix grand format : 16 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9791023508819

Editeur : Seuil Jeunesse

Prix grand format : 11,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Elevés dans l'univers hyper protégé de la Vallée, Jon, Loane, Suzy et leurs compagnons ignorent tout de leur propre histoire.
Alors qu'ils s'apprêtent à passer leur premier été sans leurs parents dans un mystérieux camp en pleine montagne, ils assistent, médusés, à la disparition des étoiles dans le ciel !
Le soleil cesse alors de se lever et la noirceur s'installe.
Avant de pouvoir comprendre le phénomène, ils doivent survivre. S'organiser, trouver à boire, de quoi manger, et rejoindre, si possible, le chemin de la Vallée.
Un chemin vers la clarté qui, peut-être, éclairera l'incroyable secret de leur origine et de leur destinée...

 

Premier chapitre

PARTIE I : LA NOIRCEUR

 

 

1

 

– Jon ? Ton sac est prêt ? Dépêche-toi, le car sera là dans dix minutes !

Le père du garçon semblait fébrile, à croire que c’était lui qui partait pour ce stupide camp d’été. Sa mère, quant à elle, avait la larme à l’œil. À voir leurs traits tirés et leur mine défaite, on avait même l’impression qu’ils n’avaient pas dormi de la nuit, contrairement à Jon, réveillé une demi-heure plus tôt par les coups frappés à la porte de sa chambre.

Ils allaient pour la première fois se séparer pendant les vacances. Et cela n’enthousiasmait guère Jon, mais pas pour les raisons qu’on pouvait supposer.

Camp d’été rimait avec activité, du genre sportive et salissante, toutes les journées qu’il se retrouverait coincé dans ce piège au beau milieu de nulle part, en compagnie de parfaits étrangers. Un avant-goût de l’enfer, de son point de vue !

– Je suis vraiment obligé d’y aller ? demanda-t-il d’un ton exagérément plaintif.

– Ta mère et moi avons pris notre décision. Nous ne changerons pas d’avis. Inutile d’insister !

Cet accès d’autorité était plutôt surprenant de la part d’un homme aussi conciliant à l’ordinaire qu’Ethan, le père de Jon.

– Mais je ne sais même pas où il se trouve, ce camp, d’abord !

– Dans les montagnes, au nord de la Vallée, on te l’a déjà expliqué.

– Ouais, tu parles d’une explication… C’est plutôt vaste comme zone, les montagnes… Et il n’y a pas grand-chose dans le coin, à part la forêt, des rochers et ce stupide glacier…

– Tu ne connais pas, alors c’est inutile de te donner plus de précisions. Fin de la discussion. Arrête de protester et finis de te préparer.

Jon se tourna vers Karin, sa mère, plantée sur le seuil de la chambre, et se fit implorant :

– Pourquoi vous voulez m’expédier dans un endroit où je n’ai jamais mis les pieds ? Alors que je pourrais passer mes vacances ici, comme chaque année, avec mes copains. Je suis sûr que leurs parents ne les obligent pas à se paumer en pleine nature, eux !

La réponse de Karin fut l’équivalent d’une douche glacée :

– Parce qu’ils ne pensent pas assez à leur avenir. Ce séjour en dehors du Complexe te sortira de tes habitudes et de ton confort. Il t’aidera à affronter les épreuves qui t’attendent, plus tard…

– Et tu rencontreras d’autres jeunes de ton âge, la coupa brusquement Ethan, sourcils froncés, comme s’il était soudain irrité.

Son expression s’adoucit néanmoins quand il poursuivit :

– Tu te feras de nouveaux amis. C’est important, ça aussi.

– J’en ai pas besoin de nouveaux. J’ai tous ceux qu’il me faut dans le quartier !

– Tu as grandi avec eux, je comprends que tu y sois attaché, mais au bout d’un moment, il faut varier ses relations. S’ouvrir à d’autres horizons. Il n’y a pas que les gens du Complexe dans la Vallée. Fais-nous confiance, ce camp d’été est pour toi une chance unique. Elle ne se représentera d’ailleurs pas.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

les-prisonniers-de-la-nuit-johan-heliot

6743