Extrait

Les premiers ; une histoire de super-héros français
de Xabi Molia

Le 04/01/2017 à 11:07 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Xabi Molia

Seuil

05/01/2017

9782021343113

352

19 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782021343113

Editeur : Seuil

Prix grand format : 19 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Paris, dans quelques années. Antoine Kaplan est un médecin chargé de traquer les premiers signes d'une maladie qui transforme certains de ses concitoyens en êtres bestiaux et assoiffés de violence. L'épidémie gagne du terrain. Assiégés par les « infectés » et retranchés derrière des fortifications de fortune, les survivants affrontent au quotidien les conséquences du désastre : chaos, pénuries, soupçons... Brusquement, la femme de Kaplan disparaît.
Lancé à sa recherche, il dérive de plus en plus vers les zones clandestines de la citadelle. À la fois roman noir visionnaire et magnifique récit d'un amour perdu, Avant de disparaître plonge le lecteur au cour d'une guerre civile dans la France d'aujourd'hui. Précise et singulière, l'écriture de Xabi Molia s'interroge sur ce qui nous fait hommes et sur la vie au temps des catastrophes.

 

Premier chapitre

Aux innocents

 

 

Un

 

 

Devant la porte de l’immeuble, un homme est allongé, un sans-abri. Son manteau couvre son visage. Habituellement, je les chasse en leur disant quelque chose comme « Il ne faut pas rester ici, monsieur », ou en les secouant du bout du pied. Je me penche vers lui. Il sent le chien, les vêtements humides. Son visage est couvert de poils blancs. Il ressemble à Vidal, un chroniqueur judiciaire que j’ai connu à une époque. Est-ce que ce pourrait être Vidal ? Vidal, qui serait venu dormir là, avant de frapper à ma porte ce matin pour me demander quelque chose ? Je ne crois pas que Vidal se souviendrait de moi.

Quand je reviens de la distribution, l’homme se tient assis par terre, les mains bien à plat sur le sol, les jambes écartées devant lui, le regard fixé avec étonnement sur ses pieds qui pointent vers le ciel. Je ne crois pas que ce soit Vidal. Il porte des chaussures en cuir bordeaux, aux semelles craquelées. Je lui dis bonjour en cherchant ma clé. Il lève les yeux sur moi, puis sourit et répond : « Et vous, ça va bien aujourd’hui ? », en articulant chaque syllabe comme s’il y prenait un plaisir particulier. Si c’était Vidal, il m’aurait reconnu.

Je lui propose du pain, sans trop savoir pourquoi. Il tend sa main sale et j’y dépose un morceau, qu’il fourre aussitôt dans un grand sac en toile. Ce doit être un ancien combattant.

Je lui demande :

– Vous n’avez pas vu quelqu’un rentrer ? Une femme ?

Il se met lentement sur ses pieds, en époussetant les jambes de son pantalon, et me considère d’un œil attentif, comme si j’avais formulé une question mystérieuse. Je pousse la porte de l’immeuble avant qu’il réclame un peu d’argent ou une cigarette.

Sélim dort encore. Un instant, je reste là, à le regarder respirer, dans sa chambre malodorante où je ne suis pas entré depuis plusieurs semaines. Sur le bureau, il a installé un écran d’ordinateur, trouvé dans une décharge ou troqué contre un de nos livres, et qui se révélera très probablement hors d’usage si un jour l’électricité revient.

Je rallume le poêle dans la cuisine et réchauffe le café de la veille. Je pense aller en porter un bol au sans-abri devant la porte et me penche à la fenêtre pour l’observer encore une fois, pour voir peut-être si quelque chose dans sa physionomie m’encourage à ce geste, mais il a disparu.

 

À midi, ma femme n’est toujours pas rentrée. J’indique à Sélim que je me rendrai après le déjeuner au commissariat du district. Mon apprenti, qui s’applique à ne rien dire, m’irrite par sa façon de souffler constamment sur sa soupe, en me jetant de petits coups d’œil graves. À un moment donné, je lui dis que j’ai offert du pain à un ancien soldat qui dormait devant la porte, et il cesse alors de mastiquer, comme si j’avais prononcé des mots de première importance.

Alors que je vais sortir, j’aperçois mon visage dans le miroir suspendu à côté de l’entrée. L’ombre du chapeau le coupe en deux, ne laissant voir qu’une mâchoire envahie de poils drus. Je me trouve inquiétant.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

les-premiers-une-histoire-de-super-heros-francais-xabi-molia

6364