Extrait

Les hauts conteurs t.4 ; treize damnés
de Patrick Mcspare - Oliver Peru

Le 27/09/2017 à 09:16 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Patrick Mcspare - Oliver Peru

Scrineo

03/11/2011

9782919755066

352

14.90 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782919755066

Editeur : Scrineo

Prix grand format : 14.90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version poche

 

illustration

ISBN : 9782266231107

Editeur : Pocket

Prix grand format : 8 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782919755646

Editeur : Scrineo Jeunesse

Prix grand format : 7,49 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Perdu dans un pays de glace, Roland est prisonnier de sorcières. Indomptable, il tente de percer le mystère de ses bourreaux sans perdre l'esprit, mais la folie est inlassable. Elle le dévore peu à peu, et même un Cœur de Lion ne saurait lui résister. Pourtant, les réponses aux questions qu'il s'est toujours posées sont à portée de voix... Car ses geôlières semblent tout connaître du Livre des Peurs. À Rome, Alexandrie, Bruxelles, les Haut-Conteurs cherchent Roland et Mathilde la Patiente. Tous deux se sont évaporés après leur aventure sur les terres maudites de Ravengen. La jeune Éléna, le truculent Bouche-Goulue, Salim l'Insondable et Corwyn le Flamboyant collectent des indices et progressent vers le nord de l'Europe, sur la piste des Treize damnés et des origines du Livre. Roland et ses amis sont-ils prêts à découvrir ce que nul Conteur avant eux n'avait seulement osé imaginer ? Dans la vaste cité souterraine peuplée de spectres, l'Immortel attend son heure. Voici venue l'histoire mère de toutes les histoires, voici venu le temps des révélations...

 

Premier chapitre

1

Amnésique


– Roland, Roland, Roland, ne cessait de se répéter le jeune homme. Je m’appelle Roland. Roland Cœur de quelque chose... Cœur de quoi ? Roland, Grand Cœur. Non, ce n’est pas ça. Cœur de Feu... De Glace. Cœur d’Or... Cœur d’Artichaut, Cœur de Pierre. Non, toujours pas. Je dois me rappeler. Ne pas les laisser me prendre mon nom aussi...

Comme il l’avait déjà fait plusieurs fois durant des heures, des jours peut-être, Roland ferma les yeux, tâchant de mieux regarder en lui. À la recherche de souvenirs de plus en plus lointains, il devait maintenant fournir des efforts considérables pour raviver les cendres froides de son passé. Certaines bribes de son enfance lui revenaient, une auberge, deux sœurs, un petit village d’Angleterre... D’autres, plus récentes et plus étranges, se glissaient parfois dans son esprit, mais il ne leur trouvait aucun sens. Il ne parvenait pas à réécrire sa propre histoire. Un monstre buveur de sang, un homme-bête, une cape pourpre... Qu’était tout cela ? Et qui étaient Mathilde, Corwyn, Ruppert, Lothar, et cette Elena dont le beau et doux visage hantait ses rêves ? Il n’en savait rien...

Quand il rouvrit les yeux, le passé resta incertain. En revanche, le présent, lui, continuait à le narguer avec aplomb et les murs sombres de sa cellule lui rappelaient sans cesse que sa vie oubliée prenait un tour des plus déplaisants.

 

 

***

 

 

Depuis des semaines ou des mois, sans pouvoir estimer le temps qui passait, les cheveux jusqu’aux épaules, les ongles longs et sales, vêtu de guenilles, Roland était enfermé dans une cellule de pierre. Il ignorait où, pourquoi et par qui. Des questions essentielles dont il ne parvenait pas à deviner les réponses, des questions qui bondissaient en permanence entre ses pensées. Parfois, le brouillard régnant sur sa conscience se dissipait et de maigres parts de vérité retrouvaient le chemin de son esprit. À l’aide d’une pierre, il gravait alors ces illuminations, en mots ou en dessins, sur les parois de son triste cachot. C’était hélas son unique moyen de ne pas oublier, car le sommeil emportait tout de lui. Il ne lui laissait que le supplice de l’amnésie.

Sa mémoire défaillante ne lui permettait même pas de garder une trace intérieure de ce qu’il avait pu accomplir quelques jours plus tôt. Étudier ses propres gravures si misérables, si mystérieuses l’apaisait pourtant. Grâce à la lueur d’une torche glissant sous la porte de bois de sa basse-fosse, il cherchait la vérité en elles. Les dessins, comme la lumière, le rassuraient.

Que représentaient ces symboles, ces mots, ces signes, ces improbables souvenirs gravés à la hâte ? Fantôme, étang, village, immortel, mort, livre, peurs... Ces mots sans aucun rapport entre eux étaient regroupés dans un coin du cachot. Sur une autre partie du mur se trouvaient des noms : Hardanger, Asa, Elena, Corwyn, Lothar, Mathilde. Mais ce qui attirait le plus son attention était un simple nombre : le 13. Tantôt en chiffres arabes, tantôt en chiffres romains, ces ciselures dessinant le nombre de malheur fleurissaient partout dans la cellule. Et tous les 13 qui observaient Roland le terrifiaient. N’était-ce pas là un nombre maudit, qui attirait la désolation et la mort ? Assurément, vu sa situation. Assurément.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

medias

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

les-hauts-conteurs-t-4-treize-damnes-patrick-mcspare-oliver-peru

6563