Extrait

Les âmes du purgatoire
de Prosper Mérimée

Le 07/12/2013 à 18:25 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Prosper Mérimée

Orphie

romans et fiction romanesque

12/12/2008

9782877634502

13 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782877634502

Editeur : Orphie

Prix grand format : 13 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version poche

 

illustration

ISBN : 9782081250017

Editeur : Flammarion

Prix grand format : 2.90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Flammarion

Prix grand format : 1.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Fils de nobles sévillans du XVIIe siècle, don Juan de Maraña grandit entre un père qui lui enseigne l’art de la guerre et une mère qui cultive son amour pour la religion. Sabrer les citrouilles de son jardin ou fabriquer des croix de bois: voilà les joies simples du petit Juan. Seulement, à l’adolescence, ces plaisirs font place à d’autres: entraîné par un étudiant dissipé de Salamanque, le jeune homme découvre l’ivresse de la bonne chère, des interdits outrepassés et, surtout, des conquêtes amoureuses! Prêt à tout pour satisfaire son goût des femmes, il commet les pires forfaits. Mais le bonheur peut-il tenir dans le crime? Sans lois ni maître, don Juan renoncera-t-il à sa vie de débauche? Explorant une version méconnue du mythe de Don Juan, Mérimée revisite la légende du grand seigneur libertin dans un récit de cape et d’épée plein de fantaisie.

 

Premier chapitre

Dans l’atelier de Mérimée

 

 

 

Le pouvoir de l’art

Comme d’autres œuvres de Mérimée – Le Vase étrusque (1830) ou La Vénus d’Ille (1837) – , Les Âmes du purgatoire illustrent la trouble fascination qu’exercent les œuvres d’art sur l’homme dans certaines circonstances. Publié pour la première fois le 15 août 1834 dans la Revue des Deux Mondes, ce récit tire son titre d’un tableau du peintre espagnol Luis de Moralès, censé représenter les tourments endurés par les âmes des justes avant d’accéder au paradis, afin qu’elles puissent se purifier de leurs péchés. Cette toile détermine le destin du héros de la nouvelle, don Juan de Maraña. Après l’avoir impressionné dans l’enfance en lui inspirant une piété sans lendemain, sa force pathétique provoque son repentir à l’âge adulte. De la débauche à l’expiation salvatrice, cette représentation picturale, qui ouvre et clôt de façon emblématique la narration, gouverne le cours de cette vie édifiante.

 

 

À la croisée des vocations

Plus qu’à la peinture pourtant, c’est à l’archéologie et à l’architecture que la nouvelle Les Âmes du purgatoire rend hommage, comme pour illustrer la vocation de l’auteur qui, à la date de parution du texte, vient tout juste d’être nommé inspecteur des monuments historiques. Chargé de recenser les édifices remarquables de la nation, de consulter leurs archives et de veiller à leur restauration, l’écrivain se passionne pour les beaux-arts, les antiquités et le folklore régional. Influencée par les voyages qu’il accomplit dans le Midi, le Centre, l’ouest de la France ou encore en Corse et en Espagne, son œuvre porte la marque de cette curiosité esthétique, historique et géographique.

 

 

Le livre de pierres

Plus particulièrement, ce sont les pierres des bâtiments de Séville qui, lors de son séjour en Andalousie, ont révélé à l’écrivain l’histoire du chevalier de Mañara (1627-1679). À Grenade, certains monuments ont gardé la mémoire de ce riche seigneur sévillan qui, au terme d’une existence dissolue, s’est converti à l’ordre des Frères de la Charité : aujourd’hui encore, sur les traces de Mérimée, le touriste peut visiter l’hospice et la chapelle baroque que ce personnage dédia à sa confrérie pour expier ses péchés, et peut-être lire sur sa tombe, gravée dans la pierre du XVIIe siècle, l’épitaphe qui lui est consacrée : Aqui yace elpeor hombre qui fué en el mundo.

 

 

Aux sources du mythe de Don Juan, une double légende sévillane

Le récit de Mérimée se nourrit du mythe de Don Juan, le grand seigneur libertin qui a fasciné, entre autres, Molière (avec Dom Juan ou le Festin de pierre, 1665) et Mozart (avec Don Giovanni, 1787). Au début des Âmes du purgatoire, Mérimée propose un pacte de lecture régi par une démarche archéologique : il s’agit pour lui de clarifler la généalogie du mythe de Don Juan, en présentant ses deux sources historiques. Ancrées toutes deux dans la Séville du Siècle d’or, celles-ci se distinguent par leur fin. Don Juan Tenorio, qui a inspiré Mozart et Molière, est foudroyé par le courroux divin, tandis que don Miguel de Mañara, dont s’inspire Mérimée, connaît la rédemption. Au seuil de son texte, l’écrivain précise de quelle fable il a fait le choix et expose avec un scrupule d’expert son modus operandi :

 

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

les-ames-du-purgatoire-prosper-merimee

2336