Extrait

Les 7 de Babylone t.1 ; la mémoire des anciens
de Taï-Marc Le Thanh

Le 06/09/2017 à 11:04 - 0 commentaire

Auteur :

Editeur :

Genre :

Date de parution :

ISBN :

Total pages :

Prix :

Taï-Marc Le Thanh

Slalom

07/09/2017

9782375540930

404

14,90 €

chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782375540930

Editeur : Slalom

Prix grand format : 14,90 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Une uchronie originale en plein cœur de Paris qui met en scène un adolescent de 13 ans, Jasper. Celui-ci est sollicité par plusieurs personnalités historiques afin de mener à bien, avec eux, une mission ultra secrète liée aux 7 merveilles du monde.
Un dramaturge français du XIXe siècle, un chef gaulois, un aède du VIIIe siècle avant JC surnommé " le poète " par les Anciens, deux frères linguistes et philologues allemands, un compositeur allemand du XVIIIe siècle, un romancier français du Moyen Âge... constituent les 7 de Babylone. Leur mission : empêcher leurs ennemis de toujours de réunir des fragments des 7 merveilles du monde, qui leur permettraient d'acquérir un pouvoir destructeur.

 

Premier chapitre

Pour mes amis les profs : Flore, Pascal, Philippe, Rachel, Tristan, Véronique et, surtout, la plus rock’n roll d’entre tous : May-lise.

 

 

Chapitre 1

Je m’appelle Jasper Meade.

J’ai treize ans.

Et je vais mourir.

 

Tout du moins, c’est la première pensée qui me vient à l’esprit lorsque ce colosse à la barbe blanche brandit son maillet au-dessus de ma tête, prêt à l’abattre. Et tout, absolument tout autour de moi me laisse présager du pire : les tables renversées, la chaise projetée contre le tableau et à moitié enfoncée dans le mur, les hurlements stridents de mon professeur de physique qui résonnent dans le couloir et surtout, surtout, la malveillance dans le regard de l’homme qui me fait face. J’ai dressé une main devant moi dans un ultime réflexe. Mes doigts me paraissent si fins. Je pourrais presque en rire, si la situation n’était pas aussi dramatique. La barbe du colosse est impressionnante, blanche et… fleurie. Un sourire se dessine à travers les boucles, ou plutôt un rictus. Il prend son temps, savoure l’instant, comme s’il s’agissait d’une gourmandise.

Et moi, je tremble de tous mes membres, songeant aux derniers mots que je vais prononcer. Que je vais devoirprononcer. J’ai lu dans un livre il y a bien longtemps que c’était un droit accordé aux condamnés. Mes dernières paroles pourraient être « non ! » tout simplement, juste pour signifier à mon agresseur que je ne suis pas du tout d’accord avec ce qu’il s’apprête à faire. Ou « adieu la vie », mais j’ai peur que ça sonne faux. Le temps paraît filer à toute vitesse. Alors que je me résous à opter pour un simple « non ! », le colosse à la barbe fleurie me coupe dans mes pensées. Sa voix est sèche, comme un éboulement de rocailles le long d’une pente pierreuse :

— Il y a quelque chose au fond de toi que je cherche.

— Quoi ?

Ma voix n’est qu’un filet, et là, je n’ai pas eu besoin de réfléchir aux mots que j’allais utiliser. C’est sorti tout seul.

Quelque chose au fond de moi ? Je hausse les épaules. Je ne vois pas trop ce qu’il pourrait chercher au fond de moi. Peut-être parle-t-il d’une qualité que je possède et qu’il m’envie ? Cela me rend encore plus perplexe. Je n’ai à mon sens aucune qualité particulière. Des défauts, en revanche, j’en ai en pagaille.

J’hésite à en faire la liste au colosse à la barbe fleurie. Je pourrais lui parler du fait qu’il m’arrive de mentir. Je pourrais lui avouer que je suis toujours en retard. Lui révéler que j’ai souvent la flemme. Et lui confier mon plus grand plaisir : crapahuter sur les toits de Paris à la nuit tombée. Il est probable qu’après de telles confessions, le colosse abaisse son arme et me demande d’un air ahuri :

— Mais comment font tes parents ?

Mais je ne dis rien, et lui se contente de répéter :

— Il y a quelque chose au fond de toi que je cherche.

En y réfléchissant bien, j’ai peut-être un défaut qui pourrait lui plaire : je ne prends jamais rien au sérieux. Certains le considèrent même comme une qualité. Comme une vision du monde et de la vie légère, libérée.

 

 

page suivante

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

critiques

critiques En territoire Auriaba, 4ème roman de Jérôme Lafargue

critiques "La peinture est une chose intellectuelle"

critiques Don Quichotte par Rob Davis : Cervantès plus vivant que jamais

critiques Kierkegaard et la sirène

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

les-7-de-babylone-t-1-la-memoire-des-anciens-tai-marc-le-thanh

6524